[Mavilyly] Mon enfance assassinée de Patricia Pattyn

Mon enfance assassinée

Résumé:

Patricia a cinq ans quand son calvaire commence. Cinq ans, et déjà toute la misère du monde pèse sur ses frêles épaules décharnées. Cinq ans, et déjà plus aucune illusion, plus aucun rêve… à part celui, lointain, inaccessible, de mourir.Affamée, battue, violée… Patricia ne connaîtra de la vie que ses horreurs, ses pires cauchemars. Et si la mort lui enlève son premier bourreau, ce n’est que pour en voir apparaître de nouveaux, toujours plus barbares…C’est après seize ans de tortures que Patricia découvrira enfin la liberté. Celle, à vingt et un ans, d’accéder à une majorité qui lui donne la possibilité de choisir, de dire non.Aujourd’hui, Patricia témoigne. Car le silence est plus cruel que les cris, car se taire est la plus atroce des complicités.

Mon avis:

Je savais en commençant cette lecture, qu’elle ne serait pas facile et que la vérité serait difficile à concevoir. Mais j’étais loin de la réalité. Tout au long de ma lecture, je devais me rappeler que ce que je lisais était un témoignage et non une fiction. Ce qu’on lit est tellement atroce qu’il nous ait plus facile de se voiler la face en s’imaginant que ce n’est pas possible…

J’ai été vraiment ahurie par la vie que Patricia Pattyn a commencé son existence. Bien sûr, on sait que beaucoup d’enfants ont été et sont encore maltraités mais là, c’est un acharnement que subit cette famille. Tellement de personnes auraient pu et auraient dû leur venir en aide, au lieu de les enfoncer comme ils l’ont fait. Et il y a ceux qui ne voyaient rien ou qui ne voulaient pas voir, ils sont tout aussi incompréhensibles.

Sur cette fratrie de cinq enfants, c’est les deux filles qui m’ont le plus touchée. Est-ce le fait que ce sont des filles et que du coup, je m’y suis identifiée? Parce que c’est d’elles que l’on entend le plus? Je ne sais pas mais j’ai ressenti, comme souvent quand je lis un témoignage, une honte de vivre dans le même monde qu’elles… J’avais tellement honte que notre pays est laissé faire ça. Certes, c’était dans les années 50-60 mais tout de même. J’ai beaucoup de mal à imaginer qu’on est pu autoriser ces atrocités ne serait-ce qu’un jour!!!!

C’est toujours délicat de dire ça vu le sujet, mais j’ai apprécié ma lecture. Malgré mon envie de fermer le livre afin de ne plus penser à ce qu’avait vécu Patricia Pattyn et ses frères et soeur, je continuais à tourner les pages afin de leur rendre hommage d’une certaine façon et aussi parce que quand je commence un récit comme celui-ci, quand je le ferme, j’ai l’impression d’être comme ces gens qui ont fermé les yeux pour leur petit confort. Je voulais aussi dire que l’auteur sait très bien manier les mots. Ils sont percutants sans être trop fort. On sent qu’elle veut raconter sa vie telle qu’elle l’a vécu tout simplement. Elle ne veut pas faire de sensationnel, juste raconter ses 21 premières années.

Malgré tout, il m’a manqué un petit épilogue. J’aurais aimé avoir quelques lignes sur Marie-Claire et Patricia. Quelle femmes sont-elles devenues? Ont-elle réussit à créer une famille??? Des petites questions qui resteront sans réponse. Enfin ces dernières auraient peut-être été là juste pour me rassurer et ce n’est pas le plus important n’est-ce pas???

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s