[Mavilyly] Le biniou ensorcelé et autres contes musicaux de Daniel Tharaud

Le biniou ensorcelé

Résumé:

« Alors, une indescriptible panique s’empara du garçon. Il se mit à trembler, rassembla ses hardes et, sans quitter l’instrument des yeux, gagna la porte. Dès qu’il fut dehors, il partit, tout courant, sans demander son reste. Il n’avait pas fait trente pas qu’il entendit le chant continuer à résonner derrière lui. La peur au ventre, il jeta un coup d’il par-dessus son épaule et vit l’instrument, qui courait après lui, ses deux bourdons lui servant de jambes. Fou de terreur, Grégoric pressa l’allure, mais le biniou semblait régler sa course sur la sienne; plus il allait vite, plus l’autre courait, et s’il ralentissait, même conduite. Quand il s’arrêta un moment, hors d’haleine, le biniou stoppa à son tour; son chant se fit alors plus grinçant et plus ironique. » «  »Le Biniou ensorcelé… » » ou six «  »contes musicaux » » dans lesquels les instruments, à vent ou à cordes, sauvent, fascinent, font danser ou font frémir. Six récits qui en appellent tout autant au registre du policier qu’à celui du fantastique, travaillés par les thèmes du courage, du dépassement et de la quête de soi, de la puissance de la filiation, de la recherche de la paix, qui laissent entendre ces notes, touchantes ou facétieuses, qui leur donnent tout leur caractère.

Mon avis:

Encore une fois, j’étais sceptique lorsque j’ai vu ce livre dans le colis que Janyce des éditions Société des écrivains m’a envoyé. C’est pour cela que j’ai mis autant de temps à le sortir de ma Pile à lire malgré sa toute petite taille (66 pages).

Pour commencer, j’explique un peu le titre de ce livre. Dans ce recueil, on a six petits contes dont Le Biniou ensorcelé. Tous écrits par Daniel Tharaud, ils tournent tous autour de la musique et surtout d’un instrument de musique.

A ma grande surprise, j’ai passé un super moment avec ces lectures. Forcément, je prenais mon temps surtout entre deux contes. Même s’ils sont faciles à distinguer car chacun à son décor, son instrument et des personnages bien différents. Je ne pourrais pas dire lequel j’ai préféré, ils m’ont tous plu et enchanté. Bon bien sur, ils font entre 6 et 15 pages donc ce n’est pas très détaillé mais l’auteur a su mettre ce qu’il fallait pour que l’on ne s’ennuie pas.

Et le gros plus de ce recueil, c’est qu’il est illustré. J’ai beaucoup aimé ce point surtout que les dessins sont beaux et collent très très bien avec les propos de Daniel Tharaud. L’illustratrice est Anne-Violaine Szabados et avec ces dessins type peinture (je crois), elle apporte vraiment un plus aux écrits. J’ai flashé notamment sur une et je vous met plus bas, la photo que j’ai prise.

Je veux vraiment remercier Janyce et la maison d’édition qui comme très souvent me surprennent dans le choix qu’ils font des livres qu’ils m’envoient.

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

 éditions Société des écrivains

20150531_221029

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s