[Mavilyly] Nous étions les hommes de Gilles Legardinier

Nous étions les hommes

Résumé:

C’est l’une des plus fascinantes énigmes qui soit. Sur notre planète, il existe plus de 1800 espèces de bambous. Chaque fois que l’une d’elles fleurit, tous ses spécimens, où qu’ils se trouvent sur Terre, le font exactement au même moment. Ensuite, l’espèce meurt. Personne ne sait expliquer ce chant du cygne, ni l’empêcher. Aujourd’hui, l’homme va peut-être connaître le même sort. Arrivé lui aussi à son apogée, il risque de disparaître… Dans le plus grand hôpital d’Edimbourg, le docteur Scott Kinross travaille sur la maladie d’Alzheimer. Associé à une jeune généticienne, Jenni Cooper, il a découvert une clé de cette maladie qui progresse de plus en plus vite, frappant des sujets toujours plus nombreux, toujours plus jeunes. Leurs conclusions sont aussi perturbantes qu’effrayantes. Si ce fléau l’emporte, tout ce qui fait de nous des êtres humains disparaîtra. Nous redeviendrons des animaux. C’est le début d’une guerre silencieuse dont Kinross et Cooper ne sont pas les seuls à entrevoir les enjeux. Partout sur la Terre, face à ceux qui veulent contrôler le monde et les vies, l’ultime course contre la montre a commencé…

Mon avis:

Gilles Legardinier est plus connu au jour d’aujourd’hui grâce à ces romans humoristiques-contemporains mais c’est par les policiers-thriller qu’il a commencé sa carrière de romancier. J’ai déjà lu trois de ces livres que j’ai beaucoup aimé mais je voulais le découvrir dans un autre genre et j’ai donc emprunté ce thriller à ma bibliothèque!

Je trouve que l’on reconnaît bien la plume de Gilles qui est simple, et douce à lire. Je ne vais pas dire qu’il a été très simple à lire à cause de plusieurs points mais j’ai tout de même apprécié faire défiler les pages. Je disais qu’il avait été compliqué à lire pour différents points, il faut que je développe. On est, dans ce roman, dans un contexte médical et donc scientifique. Y sont employés des mots assez compliqués et des termes très spécifiques, par moment, on se sent un peu submergé. J’ai fini par ne plus m’arrêter sur ces passages.

Ensuite, il faut savoir que l’on suit trois groupes, si on peut appelé ça comme ça, et ces trois groupes prennent la parole en fonction des chapitres. En soit rien de bien compliqué mais le seul hic c’est qu’à part Jenni et Scott, on connaît très peu de choses sur les protagonistes. L’auteur nous donne leur nom, pour certains leur fonction mais on ne sait pas qui ils sont par rapport au récit. C’est assez perturbant et par moment j’avais du mal à me rappeler qui ils étaient et ce qu’ils faisaient…

En écrivant mon avis, je me rend compte que ce sont les points négatifs qui ressortent le plus et pourtant, je n’ai pas eu l’impression de passer un mauvais moment. Je ne sais pas si je réessayerais Gilles Legardinier mais je peux quand même vous conseiller d’essayer parce que ça reste une plume intéressante et agréable à lire…

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s