Avis

[Mavilyly] Harry Potter et la Chambre des Secrets de J.K. Rowling

Harry Potter et la Chambre des secrets

Résumé:

Harry Potter fait une deuxième rentrée fracassante en voiture volante à l’école des sorciers. Cette deuxième année ne s’annonce pas de tout repos… surtout depuis qu’une étrange malédiction s’est abattue sur les élèves. Entre les cours de potion magique, les matchs de quidditch et les combats de mauvais sorts, Harry trouvera-t-il le temps de percer le mystère de la Chambre des Secrets ? Un livre magique pour sorciers et sorcières confirmés !

 

Mon avis sur le tome 1

Mon avis:

J’ai toujours du mal à écrire mon avis sur cette saga. Elle est tellement encensée qu’il est difficile de dire qu’on a aimé mais toujours sans coup de coeur.

Comme pour le premier tome, j’ai passé un très bon moment avec cette lecture. J.K Rowling sait vraiment bien tenir son lectorat. On s’attache plus ou moins aux personnages mais avec ce qu’ils vivent, on a forcément envie de savoir la suite.

Harry Potter et ses amis vivent des expériences assez intenses et on subit le suspens autant qu’eux. J’avoue que pendant ce deuxième opus, mon coeur a eu de temps en temps quelques cavalcades. On a peur pour les jeunes.

J’ai moins ressenti cette tension dans le premier tome, c’est peut-être ce qui m’a fait aimé un peu plus Harry Potter et la Chambre des Secrets. Surtout avec cette fin que je trouve super bien menée, qui m’a vraiment tenue en haleine.

Je vous annonce donc que je vais continuer la saga!!!

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Publicités
Avis

[Mavilyly] Une dernière preuve d’amour de Méral Tuzun

Une dernière preuve d'amour

Résumé:

Bérivan est une enfant facile et joyeuse. Brillante à l’école, elle fait la joie de ses parents. Jusqu’à son entrée au collège : soudain, tout se dégrade, plus rien ne la motive. Les psychiatres n’y comprennent rien. C’est que la cause est physique : une rare et grave maladie a déclenché une encéphalite. Elle va mourir. Commence pour Bérivan et sa mère Méral un chemin de croix, fait de perfusions, de vomissements, de périodes de coma, de surdoses de médicaments, de crises d’épilepsie… Sa mère s’occupe d’elle à plein temps, jour et nuit, épuisée. On avait prévu une mort rapide à Bérivan, mais son corps s’accroche, bien que son état soit de plus en plus intenable, entre vie et mort. En revanche, en esprit, elle semble avoir renoncé. Des proches commencent à conseiller à la mère de la laisser  » partir « . Au fil des ans, Bérivan souffre atrocement et Méral lit dans ses yeux sa requête : le soulagement doit être total. L’amour, c’est aider à vivre. C’est aussi libérer lorsque la souffrance devient sans nom : un geste qu’aura l’auteur en 2007, près de 17 ans après le début de la maladie de Bérivan…

Mon avis:

Un nouveau témoignage de lu. Et dire qu’avant je ne lisais que ce genre de récit…

Mes lectures se sont grandement variées depuis que j’ai mon blog mais malgré tout, j’aime beaucoup revenir de temps en temps à mon genre de prédilection. Le thème abordé dans Une dernière preuve d’amour est quelque chose de très dur et j’avais peur d’être vraiment émue par ce récit. Malheureusement, je n’ai ressenti assez peu d’émotions dans cette lecture. Attention, je ne critique pas, c’est juste que cette mère a écrit son histoire pas pour développer que ce qu’elle ressent, mais plus pour évoquer ces difficultés à obtenir ce qu’il y a de mieux pour sa fille malade.

Je ne sais pas si c’est voulu, mais j’ai trouvé l’écriture distante et qui se concentre en plus grosse partie sur le côté matériel et pratique de ce combat contre la maladie. Je ne dirais pas si c’est bon ou pas mais pour moi, qui aime avoir les sentiments des hommes et femmes d’un témoignage, il m’a manqué quelque chose.

J’ai été assez décontenancée par ce que raconte Méral Tuzun. Déjà, par tout ce qu’elle fait pour sa fille, que ce soit en voyage, en recherches, en RDV, c’est assez impressionnant et j’ai eu du mal à comprendre tout cet acharnement mais bon je ne suis pas maman et encore moins maman d’un enfant malade… Par contre, c’est un vrai choc de savoir toutes les incohérences du système médical français et surtout toutes ces personnes qui ne sont là qui pour profiter des familles et faire fructifier leurs bénéfices. Certes on est au courant de tous ces charlatans-médecins, mais tous ces fabricants de matériel médical qui est soi-disant fait pour vous aider… Mon Dieu, c’est vraiment honteux!

Un récit qui se lit très vite et qui malgré tout, ne peut que nous toucher. Un bon témoignage aussi pratique, à mon sens, que beau!!!!

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] Allumer le chat de Barbara Constantine

Allumer le chat

Résumé:

« Il se plante devant la porte ouverte, jambes écartées, poings sur les hanches. Il hume l’air. La nuit s’annonce douce et tranquille. Mais d’un coup, ses sourcils se froncent, une ombre passe, et sans se retourner…   – Passe-moi le fusil, j’vais allumer le chat ! Il n’a pas bu pourtant, juste quelques verres de rouge au dîner, autant dire rien.   – Et pourquoi tu veux l’allumer, dis ?   – Quand il me regarde, j’ai l’impression qu’il se fout de ma gueule. Alors, là, j’en ai marre… Je vais lui régler son compte à ce salopard ! »

Mon avis:

Avec cette auteur, j’ai une confiance absolue de passer un bon moment. J’en suis au 4ème écrit et Allumer le chat, n’est pas mon préféré mais encore une fois, j’ai beaucoup apprécié.

Je trouve que Barbara Constantine écrit joliment. Ces mots sont doux. on a dans ces histoires de l’humour, de la tendresse malgré des sujets plus ou moins durs abordés. Ici, on évoque l’alcoolisme, l’homosexualité, l’adultère entre autres. On peut dire que l’auteur ne dévoile complètement aucun de ces thèmes surtout dans Allumer le chat, mais pour moi ce n’est pas un désavantage. En effet, elle fait comprendre que malgré tout ce qui nous tombe dessus dans la vie, il est possible de se relever et de s’épanouir à nouveau.

Dans cette histoire, ce qu’il m’a un peu plus dérangé, c’est la multitude de personnage qui sont tous liés mais qui pourtant vivent chacun de leur côté et donc on ne s’attarde pas assez sur chacun d’eux. J’aime quand l’auteur travaille ses personnages et là, ça manque.

Il me reste un livre à découvrir de Barbara Constantine et j’espère le lire rapidement. Pour moi, elle fait parti de mes auteurs ‘doudous’.

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] Ma grand-mère vous passe le bonjour de Fredrick Backman

Ma grand-mère vous passe le bonjour

Résumé:

Elsa est une enfant solitaire. Sa seule amie est sa grand-mère, une femme fantasque, prête à tout pour faire rire sa petite-fille, même aux pires bêtises (entrer dans un zoo par effraction ; dire des insanités ; flirter avec des policiers) ! Moquée et persécutée à l’école, Elsa sait qu’elle trouvera toujours du réconfort auprès de Mamie, qui lui change les idées en lui racontant aussi de merveilleuses histoires. Puis, un jour, les contes s’arrêtent brutalement lorsque la vieille dame meurt. Elsa va alors faire son deuil en allant transmettre des lettres que sa grand-mère avait écrites pour de nombreux destinataires : lettres d’excuse, de regret et d’amour. Petit à petit, elle comprend que les contes de son aïeule s’inspiraient de personnages bien réels…

Mon avis:

J’ai gagné ce roman lors d’un concours et c’est lors du binôme du mois d’octobre que l’on m’a proposé de le sortir de ma PAL.

Je me lançais dans cette lecture sans trop savoir à quoi m’attendre, ne l’ayant pas vraiment vu sur la blogo, et ayant un résumé assez vague je trouve.

Si vous me suivez sur facebook, vous savez que je suis assez mitigée sur cette lecture. Commençons par le négatif. J’ai eu assez de mal à suivre l’histoire d’Elsa et son immeuble. Par moment, je ne savais plus où était la frontière entre le réel et le fictif. je ne savais plus comment me représenter les personnage humain ou animal. C’était un peu trop imagé pour moi, qui aime me faire le film du livre dans ma tête

Par contre, j’ai énormément apprécié ma lecture par la poésie du texte. La plume de l’auteur avec son humour et sa tendresse, rend le récit et les personnages extrêmement touchants et attachants. A plusieurs reprise j’ai été émue par les dialogues des protagonistes ou par les pensées de la jeune Elsa. Mais j’ai ausi souri, voir ri, par certaines réflexions.

Je suis sûre d’être passée à côté de quelque chose avec ce roman mais pour autant il m’a apporté beaucoup et ce fut des moments supers sympas… Surtout qu’il est mon 15ème livres de ma PAL à être sorti, ce qui veut dire: ACHETER UN LIVRE…. WAHOOOOOOOUUUUUUU!!!!!

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] Le choix de la banshee de Fanny André

Le choix de la Banshee

Résumé:

Pour Bane la banshee, Dorian est le pire coéquipier possible : un incube, créature au corps de rêve qui n’a de cesse de séduire toutes les femmes. Exactement le genre de comportement qu’elle et ses semblables châtient au quotidien. Et, évidemment, elle n’échappe pas à ses tentatives de drague lourdingues. Cela dit, c’est presque devenu un jeu de le remettre à sa place en utilisant ses pouvoirs.

Il faut dire qu’elle se le coltine depuis six mois ! Leur mission actuelle est un échec total. Pour preuve les deux armées qui se sont réunies dans cette prairie d’Écosse, prêtes à en découdre dès la nuit tombée : les leprechauns d’un côté, les brownies de l’autre. À moins d’un miracle de dernière minute, ce sera un massacre chez le petit peuple. Cependant, Dorian pourrait bien surprendre Bane…

 

Mon avis:

Je pense que mon avis va être aussi court que l’a été ma lecture. En effet, sur mon téléphone, le récit de Fanny André compte 36 pages. Il m’a donc fallu 20 minutes pour le lire.

J’ai aimé ma lecture, la plume est vraiment sympa mais j’ai eu un gros manque. J’ai l’impression qu’il me manque le début et que je n’ai pas eu la fin. Assez particulier vous en conviendrez.

Je peux difficilement en dire plus parce que comme vous l’imaginez, il est difficile de s’immerger dans le décor et d’appréhender complètement les personnages en 36 pages.

Mais je suis obligée de vous avouer que la couverture, j’en suis tombée amoureuse ^^.

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

 éditions Laska

Avis

[Mavilyly] Pimp de florence Gérard

Pimp

Résumé:

En 2010, le virus Z a décimé la population mondiale. Cependant, certains de ses morts sont inexplicablement revenus à la vie. Désormais dotés d’étonnantes capacités, ils sont devenus les « modifiés » ou Mods, par opposition aux « normaux » ou Norms. Dans ce monde post-apocalyptique a émergé l’ORDRE, l’Organisation Réunifiée Des Rescapés et Epargnés.

Aujourd’hui, en 2040, l’Ordre a étendu son influence à la planète entière, et s’est fixé pour mission d’éliminer les Mods2, les enfants des Mods, aux pouvoirs soi-disant encore plus puissants que ceux de leurs parents. C’est dans ce contexte que Pimp débarque à Marlon, un agglomérat issu des ruines des anciennes villes de Marseille et Toulon. La jeune femme ne cherche surtout pas d’histoires… mais cela n’empêchera pas les histoires de la trouver !

Mon avis:

Je me suis surprise à me plonger sans difficulté dans l’histoire que Florence Gérard nous propose ici. J’ai trouvé un petit rapprochement avec la saga de Scott Westerfeld, Uglies. On s’imagine très bien que ce qu’elle raconte pourra se passer dans quelques années dans notre monde. C’est pourquoi c’est un récit qui fait peur!!!

On a une alternance dans le récit entre le journal écrit par Anne MacKinley en 2010 et le récit présent de Pimp en 2040. Je trouvé cela très bien fait parce qu’on avait avec le journal, la génèse de ce nouveau monde et avec le présent, on a l’action, le rythme. Le résumé est assez vague donc je ne veux rien vous dévoiler en plus mais juste vous dire que Pimp est très attachante. tout ce qui arrive aux personnages est vraiment prenant!

Je suis très curieuse de lire la suite grâce à ce premier tome très prometteur!!!

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

éditions Laska

Avis

[Mavilyly] Fleurs sauvages de Kimberley Freeman

Fleurs sauvages

Résumé:

Glasgow, 1929

Beattie Blaxland avait des rêves. De grands rêves. Elle rêvait d’une vie remplie de mode et d’étoffes. Ce dont elle n’avait jamais rêvé, c’était de tomber enceinte de son amant, un homme marié, à la veille de son dix-neuvième anniversaire.

Londres, 2009

Emma Blaxland-Hunter vivait son rêve. Danseuse étoile au Ballet de Londres, elle avait tout… jusqu’au jour où elle a tout perdu.

Des décennies les séparent mais les deux femmes devront trouver la force de reconstruire leur vie. Un héritage les mènera au coeur des terres australiennes, à Wildflower Hill, la colline aux fleurs sauvages, là où une femme peut apprendre à se relever et découvrir ce qu’elle veut vraiment.

Mon avis:

Je suis obligée de commencer par remercier les éditions Charleston. Cette maison d’édition dont je suis au cinquième partenariat et qui ont été soit des coups de coeur, soit des « presque » coup de coeur. C’est assez fous et j’en suis toute surprise, mais toutes les parutions que j’ai lues pour le moment ont été de super bons moments. Ça fait presque peur en fait ^^.

Comme vous l’avez compris, j’ai adoré lire Fleurs sauvages. C’est encore un récit qui m’a aspiré dès les premières lignes. Je n’ai eu aucun effort à faire pour entrer dans l’histoire et me familiariser avec les personnages. Emma qui est plus contemporaine m’a semblé très intéressante de par sa remise en question face à notre monde superficiel, toujours dans le rapide et assez égoïste. Mais c’est sur Beattie que mon coeur a jeté son dévolu.

Cette femme m’a profondément touchée avec toutes les épreuves qu’elles subies et qui malgré tout garde la tête haute et fait en sorte de s’en sortir en tous les cas. J’ai eu l’impression de ressentir avec elle ses sentiments, et les larmes sont régulièrement montées jusqu’à mes yeux.

Ce secret de famille qui nous ai dévoilé grâce à ces deux récits entremêlés, est juste super bien tissé. Encore une fois, je me sentais vivre avec les personnages. C’est avec cette envie de découvrir la vérité que je me suis rapprochée d’Emma. En fait pour tout vous avouer, je m’imaginais être Emma et que tout cela me concernait.

Malheureusement, je ne pourrait pas compter ce roman de Kimberley Freeman dans mes coups de coeur parce que pour moi, il perd un peu en émotion à la fin. Il m’a semblé décrocher lègèrement de l’histoire de famille et je n’aurais pas voulu…

Vous l’aurez compris, tout de même, cette lecture on la vit pleinement et il est obligatoire que vous la découvriez. Tout comme les éditions Charleston d’ailleurs…

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

édition Charleston