[Mavilyly] La concubine russe de Kate Furnivall

La concubine russe

 Résumé:

Chine, 1928. Chassée de sa Russie natale par les bolcheviques, la belle Valentine s’est réfugiée avec sa fille Lydia à Junchow, au nord de la Chine. Elles tentent de survivre, aristocrates mais ruinées, méprisées par toute la colonie occidentale de la ville. Très vite, Lydia devient un pickpocket hors pair, mais l’un de ses vols tourne mal. Condamnée à mort, elle est sauvée in extremis par un mystérieux Chinois, Chang An Lo, qui vit dans la clandestinité depuis son adhésion au Parti communiste. Entre eux naît une passion irrésistible, forcément impossible : tout les sépare. Mais les deux amants prennent tous les risques, au péril de leurs vies. Lydia devra alors choisir entre son amour impossible pour un fugitif consumé par ses idéaux et la fuite en Russie pour y retrouver ses racines…

Mon avis:

Alors que dire de ce roman… Déjà je vais commencer par remercier les éditions Charleston de m’avoir envoyer le roman. Je suis toujours très confiante lorsque je commence un livre de cette collection mais là malheureusement, je pense que ce n’est pas une histoire faite pour moi…

Le premier chapitre m’a juste transporté. On est avec Valentine, Jens et Lydia dans un train en Russie. Ils ne voyagent pas mais sont déportés. J’ai trouvé ces premières pages rythmées, haletantes et j’ai vraiment accroché. Mais dès la 25ème page, on est transportés en Chine, plusieurs années plus tard. Et la on suit Lydia, adolescente qui essaye de survivre avec sa mère dans ce départ où elles ont exilé.

Il m’a manqué toute cette route qu’elle ont faite pour arriver jusqu’ici et comment elles sont devenues ce qu’elles sont.

La suite m’a peu enveloppé parce que qui dit Chine, dit toute une mythologie, toute une croyance que j’ai eu du mal à comprendre et à suivre. En plus de ça, je n’ai pas réussi à m’accrocher aux personnages.Je n’arrivais pas à comprendre Valentine, Lydia m’a paru aussi un peu « bizarre » et Chang An Lo beaucoup trop mythe…

J’ai trouvé du bonheur dans la passion qui nait entre Lydia et Chang An Lo qui, pour la romantique que je suis, m’a émue et m’a fait passé un très bon moment pendant une grosse centaine de pages… Je suis vraiment déçue de le lire mais c’est le seul moment du livre que j’ai véritablement apprécié.

Je tiens quand même à préciser que ce livre est bien écrit, peu vraiment plaire si on s’intéresse à la Chine et la Chine des années 1920-30, au communisme… Il y a des livres comme ca qui ne nous sont pas destiné et La concubine russe en fait parti pour moi…

Ma note:

A note 1A note 1A note 0A note 0A note 0

édition Charleston

Publicités

1 Comment

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s