Avis

[Mavilyly] Marion: 13 ans pour toujours de Nora Fraisse

Marion 13 ans pour toujours

Résumé:

« Marion, ma fille, le 13 février 2013, tu t’es suicidée à 13 ans, en te pendant à un foulard, dans ta chambre.

Sous ton lit en hauteur, on a trouvé ton téléphone portable, attaché au bout d’un fil, pendu lui aussi pour couper symboliquement la parole à ceux qui, au collège, te torturaient à coups d’insultes et de menaces.

J’écris ce livre pour te rendre hommage, pour dire ma nostalgie d’un futur que tu ne partageras pas avec moi, avec nous.

J’écris ce livre pour que chacun tire les leçons de ta mort. Pour que les parents évitent à leurs enfants de devenir des victimes, comme toi, ou des bourreaux, comme ceux qui t’ont fait perdre pied. Pour que les administrations scolaires s’évertuent à la vigilance, à l’écoute et à la bienveillance à l’égard des enfants en souffrance.

J’écris ce livre pour qu’on prenne au sérieux le phénomène du harcèlement scolaire.

J’écris ce livre pour que plus jamais un enfant n’ait envie de pendre son téléphone, ni de suspendre à jamais sa vie. »

 

Mon avis:

Si vous avez lu le résumé, vous savez que ce livre traite d’un sujet sensible, le harcèlement scolaire qui, ici, a une fin tragique. Je pensais être effondrée pendant ma lecture mais c’est un tout autre sentiment qui m’a habité, du début à la fin de ma lecture.

J’ai été en colère, vraiment en colère contre les adultes et la société en lisant Marion: 13 ans pour toujours. Pas contre les parents de Marion qui malheureusement n’ont pas vu venir les choses. Aujourd’hui, avec les nouvelles technologies, les enfants sont encore plus vulnérables car ils peuvent être attaqués H24 et les adultes ont plus de difficultés à contrôler leurs relations, leur quotidien…

Non c’est contre les autres adultes, après le drame que ma révolte a grondé. L’aveuglement de l’éducation nationale et notamment le directeur du collège m’a fait hérissé les poils par son attitudes, ses non-actions et ses paroles… Tout comme les parents des amis, des harceleurs qui sont bien contents de se mettre les œillères qu’ont leur autorise à porter!

J’ai terminé le livre, il y a 15 jours et pourtant je revis tout en ce moment. La colère remonte et la boule au ventre se reforme. J’ai prêté ce livre à ma soeur qui travaille en école primaire et je compte bien le faire lire à beaucoup de personnes. J’estime que c’est un objet qui mérite d’être abîmé car il doit être lu par la plus grande majorité de personnes!

Je voudrais revenir sur le fait que je n’ai pas été triste pendant ma lecture, ce qui m’a assez déroutée, car je suis plus du genre à pleurer toutes les larmes de mon corps habituellement qu’à sortir de mes gonds. Et en y réfléchissant, je me suis aperçu que c’est sûrement dû au fait que la plume de Nora Fraisse, la maman de Marion, est tout en délicatesse, ne veut pas nous tirer les larmes et surtout veut juste faire vivre un peu encore Marion. C’est assez étrange, mais au fil des pages, bien que je savais qu’elle était décédée, je me l’imaginais essentiellement vivante, pleine de joie de vivre. Cette maman a vraiment su transmettre son amour pour sa fille avec cet ouvrage et ça le rend magnifique malgré son sujet et sa tragédie…

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume