Avis

[Mavilyly] Le tatoueur d’Auschwitz d’Heather Morris

Le tatoueur d'Auschwitz
Editeur: France Loisirs
Nombre de pages: 288 pages
Prix: 14.50 euros
Année de parution: 2019

Résumé:

L’histoire vraie de Lale Solokov, Juif chargé de tatouer les femmes arrivant à Auschwitz. C’est ainsi qu’il rencontre Gita et en tombe amoureux. Ensemble, ils partagent des moments volés au coeur de l’horreur, sans jamais perdre l’espoir d’être réunis à leur sortie du camp.

Mon avis:

Un livre sorti de la pal quasiment aussitôt après l’avoir acheté grâce à StorieBooks qui m’a proposé une LC dessus.

Je suis vraiment contente de m’être laissée tenter par ce roman car c’est un très très bon roman pour moi. On est face à un témoignage retranscris par un journaliste. Mais Heather Morris a réussi à me faire oublier que ce n’était pas Lale qui écrivait directement.

Lale et Gina se rencontre et ont un coup de foudre. Rien de bien surprenant pour une histoire d’amour sauf que le contexte ne le permet pas vraiment. En effet, ils sont tous les deux retenus dans le camps d’Auschwitz donc question intimité et romantisme, on est pas au top. Mais encore une fois, l’auteur arrive avec beaucoup de pudeur à nous transmettre cette amour dans ce milieu si cruel.

C’est un roman touchant, rempli d’espoir mais qui n’aspire pas à faire pleurer le lecteur. J’ai eu les larmes aux yeux forcément parce que je suis comme ça mais on sent bien que ce n’est pas la volonté des narrateurs.

Je suis peut-être naïve mais grâce à ce roman, j’ai appris que les juifs dans les camps pouvaient « collaborer » avec leurs gardiens. Je mets collaborer entre guillemet car on ne leur laissait pas vraiment le choix non plus. Mais malgré tout, certains que Lale travaillait en direct avec les matons et du coup avait des avantages et une voix plus forte que les autres. C’était intéressant de voir de quelle façon, il s’en servait, pour lui ou pour les autres. Je ne pensais pas que des déportés arrivaient ainsi à se démarquer et pouvaient grâce à ds actes ou des demandes particulières rendre la vie de tous les jours un tout petit peu plus facile.

Mon seul petit bémol sur ce roman, c’est la fin. J’ai aimé que l’auteur nous parle de la vie après Auschwitz mais j’aurais aimé que cela aille moins vite et qu’on y passe plus de temps. Mais bon je comprends que ce n’est pas forcément le sujet du récit.

Bref une très bonne lecture que je conseille, particulièrement aux férus d’Histoire.

 

 

Vous verrez un petit changement sur nos articles avis de livres. Avec Storiebooks nous avons décidé (suite à l’article de Valou Un temps pour elle) de ne plus noter les romans. On y mettra seulement la mention coup de coeur si c’est le cas mais vous ne verrez plus nos petites plumes à la fin des articles.
Publicités