Avis

[Mavilyly] Qui ne se plante pas, ne pousse jamais de Sophie Tal Men

qui ne se plante pas

Editeur: Albin Michel
Nombre de pages: 288 pages
Prix: 18 euros
Année de parution: 2019

 

Résumé:

Lorsqu’elle apprend qu’elle est malade, Jacqueline mesure plus que jamais le prix de chaque instant. Au crépuscule d’une vie riche d’expériences et de souvenirs, elle veut faire partager son goût du bonheur aux deux êtres qui comptent le plus à ses yeux. Alexandre, le garçon qu’elle a élevé, jeune interne en médecine, et Margaux, sa petite-fille, qui travaille dans l’illustre chocolaterie familiale. Tous deux ne sont qu’à la moitié du chemin et déjà happés par leur vie professionnelle ! Depuis les falaises du Cap Fréhel où la vieille dame les a réunis, elle met sur pied un projet un peu fou pour qu’enfin ils ne s’empêchent plus de rêver et écoutent battre leur coeur. Car savoir qui on est, c’est savoir où on va… sans redouter les obstacles qui vous font grandir !

Une histoire pleine de générosité, fraîche et optimiste. Sophie Tal Men nous invite à savourer la vie, à la croquer à pleines dents, comme une tablette de chocolat !

 

Mon avis:

Qui ne se plante pas, ne pousse jamais est un achat au hasard suite à ma rencontre avec Sophie Tal Men au salon du livres de Vannes et qui m’a été choisi par StorieBooks pour le Dans ma PAL tu choisis… du mois d’août.

J’étais assez curieuse de découvrir la plume de l’auteur et son histoire qu’elle m’a très bien vendu en juin dernier. Malheureusement, je n’ai pas été aussi enchantée que je l’aurais voulu. Je ne dis pas que c’est une mauvaise lecture car dans la globalité, j’ai passé un bon moment, cela se lit vite et facilement. Et l’histoire est super sympa avec cette mamie qui veut rapprocher ses « petits-enfants » qui se sont perdus de vue et qui selon elle se sont aussi perdu de vue eux-mêmes.

Là où j’ai eu du mal c’est avec les personnages et surtout le personnage féminin Margaux. Elle est typiquement le genre de femme que je ne supporte pas. Oui elle souffre, oui elle s’est créé une carapace mais ces personnes qui en deviennent hautains, méchants et si inhumain pour ces raisons m’horripilent. Forcément, au fil des pages, elle évolue et devient meilleure mais pour autant, je n’ai pas ressenti le changement radical que j’aurais voulu et mon inimitié pour elle était trop fore.

Je fais parti des gens qui ont besoin d’accrocher pleinement aux personnages pour être à fond dans l’histoire donc la c’était compliqué. Je voudrais lire un autre roman de l’auteur pour me faire un autre avis parce que malheureusement je ne reste pas sur un sentiment positif pour Qui ne se plante pas, ne pousse jamais (par contre ce proverbe me plaît beaucoup même si j’ai mis du temps à le comprendre ^^).