Avis

[Mavilyly] Le putain d’énorme livre du bonheur qui va tout déchirer de Anneliese Mackintosh

Le putain d'énorme livre du bonheur qui va tout déchirer
Editeur: Milady
Nombre de pages: 416 pages
Prix: 18.20 euros
Année de parution: 2018

 

Résumé:

Ottila a décidé d’être heureuse et ça va faire mal. Ottila a un problème. Enfin, elle en a un paquet. D’abord elle est alcoolique. Son père est mort pendant qu’elle se complaisait dans une éternelle gueule de bois. Sa soeur a été internée. Sa mère est en train de craquer. Et ses amis la tirent vers le bas. Sauf Thalès, le type le plus sain qu’elle ait jamais rencontré. Thalès donne envie à Ottila de devenir meilleure. Alors elle décide de faire un doigt à son « contexte » pourri et vole Le Petit Livre du bonheur à la bibliothèque. Puis elle entreprend de le scrapbooker sauvagement : mails, SMS, transcriptions de séances de thérapie, dessins… tout y passe..

 

Mon avis:

C’est grâce aux box du confinement du compte Le comptoir de Dantes que j’ai pu avoir ce roman et lorsqu’il a été proposé en LC sur Facebook en suivant, je n’ai aps hésité à le sortir, pour une fois que j’avais le roman proposé 😂. On voulait une lecture feel good pour contrer la morosité du confinement donc vu le titre c’était vite vu.

Malheureusement, on a très vite déchantées. Plusieurs de la LC ont même abandonné. J’ai voulu poursuivre pour voir où tout allait nous mener et sans dire que j’ai passé un super moment, je suis contente de lui avoir laissé sa chance et fini.

Le premier blocage que j’ai eu c’est que comme je disais, je m’attendais à un roman feel good et drôle sauf que l’auteur y aborde ici des thèmes très durs comme l’addiction, le deuil, la maladie mentale ou physique donc ça plombe pas mal le récit. En plus de cela certes l’auteur veut y mettre de l’humour mais peut-être trop et cela devient lourd, vraiment le personnage en devient fatigant.

Une fois que j’avais bien intégré que cette lecture ne serait pas joyeuse ni drôle, cela passait mieux. Finalement j’aimais bien comment était traité le sujet de l’addiction et bien que l’humour me gênait encore, je passais outre.

Je ne vais pas garder un souvenir énorme de cette lecture malheureusement mais elle n’a pas été si pire finalement… ^^

 

Avis

[Mavilyly] Le voile de la peur de Samia Shariff

Le voile de la peur
Editeur: France Loisirs
Nombre de pages: 458 pages
Prix: 12.95 euros
Année de parution: 2006

 

Résumé:

Née en Algérie dans une riche famille musulmane pour qui la naissance d’une fille est une véritable malédiction, totalement dominée par son père, Samia se retrouve mariée de force à seize ans. Son époux la viole, la roue de coups, menace de la brûler vive. Elle mettra au monde six enfants dans cette atmosphère saturée de chantage et de peur. Afin de soustraire sa progéniture, surtout ses deux filles, à cette culture de soumission, Samia Shariff traversera frontière sur frontière, au gré des centres d’hébergement et de difficultés de toutes sortes, pour trouver enfin un havre de paix en France, puis au Canada. Le Voile de la peur : l’écho des souffrances de milliers de femmes dans le monde, qu’elles soient les otages de systèmes de pensée d’un autre âge ou simplement victimes de la violence masculine.

 

Mon avis:

Il y avait bien longtemps, j’ai l’impression que je n’avais pas lu un témoignage et pourtant c’est avec eux que j’ai vraiment commencé à lire. Tout particulièrement les témoignages sur le spays arabe, et la condition de la femme.

Il ets souvent difficile de dire qu’un témoignage est génial et que l’on a passé un excellent moment car ils racontent souvent des situations, des périodes de vie compliqué pour les auteurs. Avec Le voile de la peur, Samia Sharif nous relate des actes, des discours qui font froid dans le dos mais avec une sincérité et un recul très appréciable. On sent qu’elle écrit d’abord pour elle, pour sa propre thérapie. Elle n’appelle pas à la pitié ou à nous faire pleurer, juste nous raconter ce qu’a pu être le début de sa vie.

C’est un témoignage très bien écrit et qui plaira aux adeptes du genre.

 

 

Avis

[Mavilyly] Ca commence comme moi de Julien Vidal

Ca commence par moi
Editeur: Points
Nombre de pages: 320 pages
Prix: 14.90 euros
Année de parution: 2019

 

Résumé:

Et si nous avions déjà les solutions dans notre quotidien pour changer le monde à notre échelle ?

Tester et adopter une action écocitoyenne chaque jour pendant un an, c’est le défi que s’est lancé Julien Vidal. Il a choisi de partager son expérience et a répertorié ses 365 actions sur le site internet cacommenceparmoi.org. Voici un récit de vie au pays de l’utopie écologique à l’énergie contagieuse et à l’optimisme entraînant, accessible et rassembleur. Des solutions du quotidien, simples, efficaces (et économiques) pour changer le monde, ou comment réduire son empreinte écologique par quatre et diviser la taille de sa poubelle par dix, tout en économisant 300 euros par mois et en se reconnectant avec soi-même.
« Oui, nous avons tous un rôle à jouer dans la préservation de notre planète. Oui, nous pouvons donner du sens à notre vie et agir pour que chaque être humain vive décemment. Je veux prouver que participer à la construction d’un monde meilleur, c’est possible, même pour le monsieur Tout-Le-Monde que je suis. Je vais partager ce vécu en toute transparence, en racontant les joies et les galères, les victoires et les échecs. Et si je me lance dans cette démarche, c’est surtout parce que j’ai envie d’être heureux. C’est parti, changer le monde, ça commence par moi ! »

Julien Vidal a 32 ans. Après des études de droit et de politique internationale, il s’engage quatre ans dans les ONG, sous l’égide du Volontariat de solidarité internationale. De retour en France, il se lance dans le projet Ça commence Par Moi en parallèle de son travail au sein de l’association Unis-Cité.

 

Mon avis:

Je partais très frileuse avec cette lecture. Je ne lis pas de guide pratique, de développement personnel… car je finis souvent par m’ennuyer. Dans la lecture je recherche le voyage, l’évasion donc du récit mais voila lorsque l’on fait des challenges, il faut parfois sortir de notre zone de confort et je suis contente de l’avoir fait avec le Blossom Spring Challenge et ce livre.

J’ai vraiment pris mon temps pour le lire et aisni ne pas faire d’ingestion. Je le lisais quand j’en avais envie et quand mon cerveau était open ^^. Finalement j’ai plutôt apprécié ma lecture. Julien Vidal nous développe ses observations, le fruits de ses diverses recherches et interrogations pour finir par nous donner ces petites choses du quotidien qu’il met en place pour réduire son impacte sur la planète.

Son ton ni moralisateur, ni jugeant (ce qui me fait toujours peur dans ces livres) m’a donné envie de toujours en faire plus. Bien sûr certaines actions sont déjà d’actualité à la maison mais j’ai pu en mettre d’autres en place au cours de ma lecture et d’autres suivront. J’ai aimé le fait qu’il ne  » demande » pas un changement total mais au contraire il nous montre que chaque geste petit ou grand, collectif ou individuel, a une incidence sur notre présent et notre futur. Je pense que chacun peut trouver quelque chose à faire avec ce livre.

Je ne mettrais pas tout en place parce que je ne suis pas prête psychologiquement à el faire ou parce que c’set compliqué à faire – comme aller au travail à vélo – mais ce que je fairais sera déjà un pas vers le mieux…

 

Avis

[Mavilyly] Père & Fils T1 de Mi Tagawa

Père & Fils 1
Editeur: Ki-oon
Nombre de pages: 194 pages
Prix: 7.90 euros
Année de parution: 2016

 

Résumé:

Torakichi, apothicaire ambulant, passe la majeure partie de son temps sur les routes pour rendre visite à ses clients. Résultat, il n’a quasiment jamais vu son fils de trois ans, Shiro… À la mort de sa femme, il prend une décision qui changera sa vie : celle d’emmener le petit garçon avec lui sur les routes !

Mais si Torakichi est incollable sur les plantes médicinales, il n’y connaît rien aux enfants et est loin d’être un père modèle… Pourquoi Shiro pleure-t-il ? Pourquoi se réveille-t-il en pleine nuit ? Entre les soucis du quotidien et son travail éreintant, le jeune papa est complètement dépassé. Les aléas du voyage et les rencontres diverses l’aideront-ils à renouer le lien perdu avec son fils ?

 

Mon avis:

C’est sous les conseils de StorieBooks que j’ai décidé d’acheter et de commencer cette saga. Plutôt frileuse sur les oeuvres graphiques, je n’ai acheté que le tome 1 mais quel malheur!!!

Il n’y a pas un cliffhanger de malade à la fin de cet opus mais j’ai eu un tel coup de coeur pour cette histoire et ses personnages que si j’avais eu la suite, je me serais plongée dedans directement. J’ai ressenti beaucoup d’émotions lors de ma lecture dû au fait que je me susi très vite attachée aux personnages. Torakichi, on voit très vite qu’il est vraiment dépassé par la situation mais il veut bien fair et puis le petit Shiro sur lequel on est obligé de craquer je pense.

Les illustrations sont elles aussi magnifiques et pourtant les dessins des mangas ne sont pas mes préférés à cause de la non-couleur mais là, c’est super bien passé et je peux vous dire qu’il y a même une qui m’a mis les larmes aux yeux. Je vous laisse aller voir le post sur Insta que j’ai fait pour ce début de saga.

Je suis complètement conquise et j’espère ne pas traîner à acheter la suite!

 

coup_de_coeur

 

Avis

[Mavilyly] Les désastreuses aventures des orphelins de Baudelaire T2: Le laboratoire aux serpents de Lemony Snicket

Le laboratoire aux serpents
Editeur: Nathan
Nombre de pages: 190 pages
Prix: 6.50 euros (autre édition)
Année de parution: 2005

 

Résumé:

Dans ce deuxième épisode, les orphelins sont confiés à un cousin chaleureux et sympathique qui exerce une bien curieuse activité : il étudie les serpents. Mais l’horrible Conte Olaf n’a pas abandonné la partie, et les enfants vont à nouveau aller de malchance en catastrophes…

 

Mon avis:

Il y a plusieurs mois, années?, que j’ai lu le premier tome donc j’espérais m’y retrouver en lisant ce second. J’avais pas mal de lacunes mais même sans nous rappeler chaque détails, l’auteur nous redit ce que l’on doit savoir afin de ne pas être perdu et nous resituer la situation.

J’ai passé un bon moment avec cette lecture. Clairement, je vais l’oublier assez vite mais c’est un bon moment de détente sur le moment et c’est le B.A-BA pour moi d’un livre.

J’aime beaucoup le style de narration que l’auteur propose dans cette saga. Il parle directement à l’auteur avec beaucoup d’humour et cela change mais c’est bien fait pour moi.

Je compte poursuivre cette sag vu que la suite est dans ma pal mais ce ne sera pas une priorité…

 

Avis

[Mavilyly] Le seuil de Fanny Vella

Le seuil
Editeur: Big Pepper
Nombre de pages: 126 pages
Prix: 17 euros
Année de parution: 2020

 

Résumé

Camille, une jeune femme pétillante, est empêtrée dans une relation toxique.
Au seuil d’un nouveau départ, saura-t-elle saisir les mains qui lui sont tendues?

Mon avis:

Alerte PEPITE!!!!

Voila tout est dit ^^. Non je vais essayer de détailler un peu mais vraiment tout est bon dans cette bande-dessinée et j’aimerais qu’elle soit lue par tous à partir de 16-17 ans, filles, garçon, transgenre, bref tout le monde.

Fanny Vella aborde le sujet des relations toxiques dans cet ouvrage avec les violences morales et physiques qui vont avec. J’ai commencé à découvrir cette BD sur Insta et j’ai été très contente lorsque l’illustratrice a trouvé une maison d’édition pour l’accompagner. J’ai participé avec plaisir à la campagne Ulule pour la voir publiée.

Vu son thème principal, forcément ce n’est pas une lecture que l’on fait avec le sourire en continu. Elle est grave et dure, très dure par moment mais malgré tout Fanny Vella y distille suffisamment d’amour et d’espoir pour pouvoir montrer toutes les facettes de la vie. J’ai lu d’une traite et j’en suis ressortie vraiment chamboulée. J’en ai même parlé sur mes comptes perso parce que je veux vraiment que ce soit lu et relu un maximum…

Lorsque je dis qu’il faut que ce soit lu par tous c’est que non seulement elle parlera aux personnes vivant cette situation, ils s’y reconnaîtront, y trouveront peut-être un peu de réconfort qui leur permettra de rebondir mais elle est aussi importante pour les autres. Fanny Vella passe un message très fort pour moi à ceux qui entourent les personnes qui subissent de la violence. Elle prône la main tendue et surtout la patience. Elle met un point d’honneur à dire que l’aide que l’on veut donner n’arrive peut-être pas au bon moment, les gens ne la prendront pas dans l’instant mais pour autant il faut la laisser tendue et attendre qu’ils soient prêts à nous la prendre.

Je compte me relire cette bande-dessinée dans très peu de temps et je pense le faire très régulièrement.

 

coup_de_coeur

Avis

[Mavilyly] La route de Cormac McCarthy

La route
Editeur: Points
Nombre de pages: 251 pages
Prix: 7 euros
Année de parution: 2008

 

Résumé:

L’apocalypse a eu lieu. Le monde est dévasté, couvert de cendres. Un père et son fils errent sur une route, poussant un caddie rempli d’objets hétéroclites et de vieilles couvertures. Ils sont sur leurs gardes car le danger peut surgir à tout moment. Ils affrontent la pluie, la neige, le froid. Et ce qui reste d’une humanité retournée à la barbarie.

 

Mon avis:

C’est à plusieurs reprises, lors de challenge souvent, que je sortais ce roman de ma PAL mais il y revenait autant de fois. Il me faisait peur. Il est encensé par la critique d’une part et sa mise en page ù on peut voir peu de dialogue d’autre part m’impressionnaient. Je l’ai finalement lu lors d’un énième challenge, le bemybookfriend organisé sur Insta par Pauline du compte Patratas.

Je suis très contente de l’avoir lu et d’avoir dépassé mon appréhension. L’histoire est sympa et très prometteuse mais malheureusement, j’ai retiré beaucoup trop de négatif de ce livre pour l’apprécier réellement.

La première chose est que l’auteur fait le choix d’en dire très peu sur le contexte (pays, période, année…) mais aussi sur les personnages. On ne connaît pas leurs prénoms, leur âge, leur vie avant la catastrophe… Même le monde post-apo n’est pas réellement défini, on ne sait de qui les personnages ont peur ni comment ces « choses » sont arrivées. Bref beaucoup trop de questionnement pour s’attacher aux personnages et pouvoir s’imaginer l’histoire dans sa globalité.

En plus de cela, la fin ne m’a pas du tout plu. Comme je disais on a déjà beaucoup de questions qui restent sans réponse et avec les dernières pages, j’avais qu’une envie c’est demander à l’auteur « Et ensuite? ». Elle est trop brutale, il nous lâche d’un coup et j’ai vraiment pas aimé.

Par contre, je dois dire que malgré le peu de dialogues, la lecture se fait facilement et on  pas l’impression d’ingurgiter une brique sèche de mots. Je comprends totalement qu’il est pu plaire aux lecteurs adeptes du genre car il apporte une vraie originalité je pense mais avec moi cela ne l’a pas fait…