Avis

[Mavilyly] Tiny Pretty Things

Tiny Pretty Things

Editeur: Hachette
Nombre de pages: 451 pages
Prix: 18 euros
Année de parution: 2019

Résumé:

Gigi, Bette et June sont danseuses dans la prestigieuse école du Ballet de New York.

Lorsque Gigi, nouvelle et seule élève noire, est choisie pour incarner le rôle phare du premier ballet de l’année, les rivalités se déchaînent. Bette, ballerine star de l’école, est prête à tout pour récupérer son titre et éviter la rage de sa mère, qui ne tolère pas qu’elle ne soit pas la meilleure. La perfectionniste June rêve quant à elle de ne plus être cantonnée au rôle de l’éternelle doublure. Lorsque Alec, petit ami de Bette, devient le partenaire de Gigi : c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase !

Les trois filles ont bien du mal à résister à la pression du monde impitoyable de la danse… Amies ? Ennemies ? Peu importe finalement, ce qui compte c’est d’être la meilleure des meilleures !

Plié, jeté, relevé… pas de pitié !

 

Mon avis:

J’étais impatiente de lire ce roman dans l’univers de la danse de haut niveau qui est un monde qui me fascine beaucoup autant pour la magie que pour tous les côtés négatifs que l’on connait.

Malheureusement, j’ai été plutôt déçue par cette lecture. Au vu du sujet, je m’attendais à quelque chose d’un peu plus sous tension. Je voulais un thriller jeunesse certes, mais tout de même. Et là je me suis retrouvé avec un roman où ce sont plus les états d’âmes d’adolescent et notamment leurs histoires amoureuses qui sont mises en avant… Il se passe es choses fortes et très dures dans ce roman mais je trouve que c’est vite passé et oublié et je trouve cela vraiment dommage.

J’ai aussi peur du message que ce roman véhicule, que ce ne soit pas bien décrypté par les jeunes. En plus de ça, je n’ai pas vraiment compris la fin. Je trouve que c’est comme un cheveu sur la soupe. J’ai vu après coup que c’était un tome 1 donc cette fin devient plus compréhensive mais tout de même. C’est dommage j’aurais aimé plus avec ce roman…

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] No home de Yaa Gyasi

No home
Editeur: Calmann-Lévy
Nombre de pages: 409 pages
Prix: 21.90 euros
Année de parution: 2017

 

Résumé:

Maama, esclave Ashanti, s’enfuit de la maison de ses maîtres Fantis durant un incendie, laissant derrière elle son bébé, Effia. Plus tard, elle épouse un Ashanti, et donne naissance à une autre fille, Esi. Ainsi commence l’histoire de ces deux demi-sœurs, Effia et Esi, nées dans deux villages du Ghana à l’époque du commerce triangulaire au XVIIIe siècle. Effia épouse un Anglais et mène une existence confortable dans le fort de Cape Coast, sans savoir que Esi, qu’elle n’a jamais connue, est emprisonnée dans les cachots du fort, vendue avec des centaines d’autres victimes d’un commerce d’esclaves florissant avant d’être expédiée en Amérique où ses enfants et petits-enfants seront eux aussi esclaves. Grâce à un collier transmis de génération en génération, l’histoire se tisse d’un chapitre à l’autre : un fil suit les descendants d’Effia au Ghana à travers les siècles, l’autre suit Esi et ses enfants en Amérique.

 

Mon avis:

Je suis vraiment en retard pour mes chroniques et donc je me retrouve avec un livre que j’ai terminé fin mai et où les ressentis sont bien loin… Je vais essayé de faire avec ce que j’ai écrit mais je m’excuse d’avance si cela vous parait un peu creux.

No home est un roman sur l’esclavagisme c’est pour cela que je l’ai choisi à la bibliothèque et aussi parce que je l’ai vu sur une chaîne youtube (celle-ci) et qu’Emmanuelle a été très enthousiaste… Malheureusement, ça n’a pas été mon cas.

Je n’ai rien a dire sur le sujet, le roman traite bien d’esclavagisme et il est même bien fait dans le sens où on voit les deux faces de l’esclavagisme et on traverse le temps et donc le après. J’ai beaucoup aimé le fait que l’auteur n’est pas choisi de se concentrer sur un personne ou deux mais de traverser une famille sur deux branches différentes. On voit vraiment l’évolution de cette traite d’humain mais aussi les impacts différents en fonction de l’avancé dans l’Histoire.

Mais ce gros points positifs s’est retourné contre l’auteur pour moi, et c’est devenu un point noir. A cause de ce choix, l’auteur développe beaucoup de personnages mais pour moi, ils ne sont du coup pas assez travaillés et à chaque changement de chapitre je me sentais frustrée. C’est aussi ce sentiment qui a prédominé lorsque j’ai terminé ma lecture.

Il avait tout pour me plaire ce roman, le sujet, la plume très appréciable et une construction qui se serait voulu complète mais finalement j’ai eu l’impression de passer à côté de plein de choses et de ne pas avoir toutes les cartes en main. Je me suis dit que finalement, j’aurais préféré peut-être une saga afin de prendre mon temps avec les personnages et leur vie impactée par cette tranche de la Vie.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] Les anges sont de mauvais poil de Sophie Jomain

Les anges sont de mauvais poil
Editeur: Rebelle
Nombre de pages: 325 pages
Prix: 11 euros
Année de parution: 2013

Résumé:

« La fièvre du samedi soir a brûlé et mon jardin se retrouve une nouvelle fois envahi par les vampires. J’aurais dû savoir que j’allais au-devant de sacrés ennuis en acceptant de les héberger. Ma stupidité me perdra, me voilà encore plongée dans une histoire que j’aurais préféré éviter. Ce coup-ci, ce sont les changelings qui me tournent autour et ils ne sont pas de très bon poil. En ajoutant deux ou trois fées au décor, un fiancé mégalo et un lycan sexy à mourir, c’est l’explosion assurée. Il n’y a pas à dire, je suis un authentique aimant à problèmes  »

 

Mon avis sur le tome 1 et 2

Mon avis:

Je ne vais pas m’étendre longtemps sur cette chronique. Avec ce troisième tome, on continue sur la lancée des deux précédents.

La plume de l’auteur est plaisante, la mythologie et les créatures qui composent le récit sont très intéressantes mais le personnage de Felicity Atcock plombe à chaque fois ma lecture… Elle craque sur tous les mâles qui passent dans a vie et franchement c’est saoulant. Surtout que sans vous en dire trop, elle est dans un moment de sa vie où il me semble qu’elle a autre chose à faire, qu’avoir des rendez-vous galants…

Ces jérémiades et ses moments d’ « amourette » gâchent vraiment ma lecture.

Mais alors pourquoi je continues? Parce que tout le long de ma lecture, je me dis que c’est le dernier tome et là Sophie Jomain nous écrit un épilogue qui fait qu’on est obligées de lire la suite. Je ne m’attendais pas du tout à ce revirement de situation et il est hors de question pour moi de ne pas savoir ce qui va se passer.

Je peux le dire Sophie Jomain est très forte, et je remercie très fort Valou de m’avoir prêter la suite parce que j’aurais eu mal au coeur de les acheter mais il aurait été frustrant de pas l’avoir…

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] Confidences de Sara Shepard

Confidences
Editeur: 12-21
Nombres de pages: 290 pages
Prix: 9.99 euros (numérique)
Année de parution: 2013

 

Résumé:

Salut les filles… Surprise ! Vous savez qui vous parle ? Non, vraiment pas ? Il faut dire que depuis l’Affaire Jenna les pertes de mémoire vous arrangent bien… Mais moi je n’ai rien oublié et vous n’avez pas fini d’avoir de mes nouvelles. D’ailleurs j’espère que vous appréciez mes petits mails et textos amicaux qui vous rappellent que je suis là, tout près de vous… Car vous avez été de très très vilaines filles, Aria, Spencer, Emily et Hanna. Vous ne méritiez pas l’amitié d’Alison. Vous qui étiez comme les cinq doigts de la main, sa disparition ne semble pas vraiment vous avoir affectées… Il faut dire que vous lui aviez fait des confidences plutôt… compromettantes, hein ? Sa disparition vous est bien tombée pas vrai ?Mais maintenant c’est fini, vous allez payer… Je crois voir que vous perdez votre sourire les miss Perfection ! Il fallait y songer avant les filles, c’est pas beau de mentir ! – A

 

Mon avis:

Confidences est le premier tome de la saga Pretty Little Liars et j’aurais presque envie de vous faire mon avis en une seule phrase mais bon je me dis que cela ne serait pas trop respectueux pour vous ^^.

Lorsque j’ai vu qu’il ne faisait que 290 pages après l’avoir terminé, j’ai été vraiment surprise parce qu’il m’a semblé beaucoup plus long que cela. Je trouve qu’il y a énormément de longueurs et j’ai eu pas mal de moment où je me suis ennuyée. J’ai difficilement accroché avec les personnages qui sont un peu trop jeunes pour m’identifier à eux et ils ont une liberté d’agir et une relation avec leurs parents tellement différents de ce que j’ai vécu que ça me paraissait fou. Bref encore une fois, un ptit souci avec les personnages qui entachent ma lecture.

Pour autant, à mon grand désespoir j’ai envie de lire la suite ^^. Et bien oui parce que bon la plume de Sara Shepard n’est pas mauvaise, elle sait titiller notre curiosité et on veut savoir forcément. On a tellement de questions tout au long de la lecture. Et puis j’ai la suite dans ma liseuse donc…

Bref, je débute cette saga un peu déçue mais je vais poursuivre  parce que je suis faible et advienne que pourra…

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

 

Avis

[Mavilyly] Seule dans la nuit d’Ann Rule

Seule dans la nuit
Editeur: France Loisirs
Nombre de pages: 382 pages
Prix: -/-
Année de parution: 2013

 

Résumé:

Neuf jours avant Noël, en 1998, Ronda Reynolds, trente-deux ans, s’apprête à passer quelque temps dans sa famille avant les vacances. Son deuxième mariage bat de l’aile au bout d’un an seulement, sa carrière est au point mort, mais cette jeune femme optimiste est déterminée à prendre un nouveau départ dans sa vie, comme elle le confie par téléphone à sa mère, Barb Thompson.

Alors, quand le lendemain matin, le mari de Ronda appelle la police pour annoncer que sa femme s’est donné la mort, Barb refuse d’y croire. Avec l’aide d’un policier qui partage sa conviction, elle entreprend une longue lutte pour prouver qu’il s’agit d’un meurtre, et rayer le mot « suicide » du certificat de décès de sa fille. Incohérences dans l’enquête, autopsie bâclée, témoignages divergents et lenteurs du système légal : Barb devra se battre onze années avant que sa cause soit entendue.

Avec sa ténacité habituelle, Ann Rule a interrogé tous les protagonistes de cette affaire, recoupé les déclarations des uns et des autres, et remonté le fil des événements pour répondre enfin à cette obsédante question : que s’est-il vraiment passé dans le silence de cette froide nuit de décembre ?

 

Mon avis:

Je suis très mitigée avec cette lecture. Elle était assez prometteuse. Une mort que l’on veut expliquer, une multitude de suspect et de possibilités et en plus une histoire véridique. Mais malheureusement, dans l’ensemble j’ai trouvé la lecture de Seule dans la nuit, longue et ennuyeuse.

Il s’en passe des choses dans ce roman mais la plume de l’auteur fait qu’on reste très en surface et que tout est plat malgré tout. Je n’ai réussi à m’identifier ou encore m’attacher à aucun des personages qui pourtant aurait dû me toucher au moins un petit peu connaissant mon coeur d’artichaut.

C’est une histoire qui m’a tenu en haleine car je voulais réellement savoir ce qui est arrivé à Ronda, c’est pour quoi j’ai continué mais même ça je n’ai pas eu ce que je voulais. La n’est pas la faute à l’auteur qui ne relate que ce qui s’est passé et malheureusement, au moment où elle a écrit son récit, quelques réponses ont été apportées mais pas toutes. Mais je me suis demandé si cela valait le coup du coup de publier son roman à ce moment la ou non?

Bref, j’ai été loin d’être emballée par cette lecture, qui est très lente et n’a pas de fin digne d’elle. La seule satisfaction de ma part c’est que ça me fiat un livre en moins dans ma pal…

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] Les anges mordent aussi & Les anges ont la dent dure de Sophie Jomain

Felicity Atcock 1&2
Editeur: France Loisirs
Nombre de pages: 595 pages
Prix: 10.99 euros
Année de parution: 2015

 

Résumé:

Tome 1 : Les anges mordent aussi
« J’ai vraiment pas de bol, il aura suffit d’une morsure, d’une seule, pour que je me retrouve embarquée dans une histoire sans queue ni tête. Je ne sais pas exactement comment ça a commencé, et je ne sais pas non plus de quelle manière tout cela va finir. Quoi qu’il en soit, celui qui fera en sorte que les jeunes vampires arrêtent de s’enterrer dans mon jardin, sera mon héros. Et si en plus il est beau, riche et intelligent, je ne me plaindrai pas ! Je veux retrouver ma vie d’avant, tranquille et… ennuyeuse à mourir. » Sauf qu’en voulant éloigner les ennuis, il arrive qu’on en attire d’autres… à plumes.

Tome 2 : Les anges ont la dent dure
« Je crois que cette fois, c’est sûr, je suis née sous une mauvaise étoile. J’ai d’abord découvert les vampires, puis les anges, ensuite les entre-deux, les démons, et maintenant, voilà qu’on me jette des sorts et qu’on accroche des poulets égorgés à ma porte. Il ne manquait plus que ça ! Daphnée, ma colocataire, affirme que c’est parce que j’ai un mauvais karma, tu parles !
Quoi qu’il en soit, j’allais devoir me sortir au plus vite de ce pétrin, mais c’était sans compter que j’avais une deuxième préoccupation : Greg le Bulldozer. Cet idiot s’était amouraché d’une griffeuse psychopathe que je ne voyais pas d’un bon œil. Il avait l’air d’avoir de sérieux problèmes.
C’était plus fort que moi, il fallait que je m’en mêle, même si à coup sûr, j’allais au-devant de sacrés ennuis. »

 

Mon avis:

Comme vous pouvez le voir sur la couverture, j’ai la version France Loisirs en double tome que j’ai lu l’un à la suite de l’autre, c’est pourquoi je vous fais un seul avis pour les deux premiers tomes. (Et aussi ça me permet d’aller un peu plus vite dans mes chroniques où je suis très en retard ^^).

J’ai commencé le premier tome en LC avec StorieBooks et avec Valou de Un temps pour elle qui nous a faiblement lâché ^^. D’ailleurs à cause de ça, elle a eu droit à un gage bien sympathique, je vous conseille d’aller voir sa chaîne…

Valou a arrêté la lecture car le personnage de Felicity l’agaçait énormément et j’avoue qu’il est difficile de lui donner tort. Felicity Atcock fait partie des personnages difficile à apprécier pour moi. Elle a un humour surjoué pour moi, tout comme certaines réactions à ce qui lui arrive.

Pour autant, mon problème c’est que j’accroche complètement avec l’histoire que je trouve très intéressante. On a, dans l’histoire, une multitude de créatures surnaturelles et j’aime vraiment les découvrir avec leurs qualités, leurs défauts et leur histoire toutes plus rocambolesque les unes que les autres. Sophie Jomain arrive très régulièrement à nous surprendre au cours de notre lecture. Soit en introduisant un nouveau type de personnages ou encore en évoquant un tournant dans la vie des personnages qui changent beaucoup voir tout.

Si seulement les personnages, parce qu’il n’y a pas que Felicity, n’étaient pas aussi prévisibles et aussi énervants, je pense que j’aurais le même engouement que beaucoup. Je vous ai déjà dit ce que je pensais de Felicity et pour les autres, tous les mâles et surtout Terrence et Stan (que je lis à chaque fois Satan) sont tellement dominants, sûr d’eux et arrogants qu’ils en deviennent horripilants. Il n’y a peut-être que Daphnée qui remporte mon suffrage. Je trouve que c’est la seule à évoluer dans le bon sens!

Je pensais m’arrêter là, vu que je n’avais pas la suite dans ma PAL mais l’auteur nous fait une révélation de dingue à la toute fin du deuxième tome et Valou m’a très gentiment prêté tous les autres tomes donc me voila à nouveau en LC avec StorieBooks pour la suite…

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] Satan était un ange de Karine Giébel

Satan est un ange
Editeur: Pocket
Nombre de pages: 376 pages
Prix: 7.50 euros
Année de parution: 2015

Résumé:

Lorsque François apprend que sa tumeur est incurable et qu’il ne lui reste plus que quelques mois à vivre, il monte en voiture et erre sans destination. En chemin, il prend en auto-stop, un autre fuyard, Paul. En quelques jours, les deux hommes apprennent à se connaître et à profiter de la vie.

 

Mon avis:

Je partais extrêmement confiante avec ce roman que Storiebooks m’a choisi pour le mois de février. Confiante car c’était du Karine Giébel et si vous me suivez, vous savez que c’est une de mes auteurs chouchou!!

Mais malheureusement cela a été une petite déception. Mais une déception parce que c’est Karine Giébel car le roman en lui-même est très bien. On retrouve par toute logique, la plume très sympa, dynamique de l’auteur. La lecture est fluide et se fait très bien mais il m’a manqué deux choses.

Avec cette auteur, ce que j’aime, c’est être sous tension en continu pendant toute ma lecture. Généralement, je suis aussi stressée que les personnages, ce qui implique une impossibilité à reposer le livre. Mais avec Satan était un ange, je n’ai pas ressenti cette pression. Il m’a manqué ma boule au ventre et la boulimie qui me prend avec cette auteur. Cela a été vraiment dur pour moi, je déchantais au fur et à mesure des pages, c’était terrible.

Le second point c’est la fin. Encore une fois, j’aime les romans de l’auteur car elle nous donne des fins qu ne sont pas des happy end pour tous les personnages mais cette fin est beaucoup trop facile pour moi.

Bref, une belle déception pour moi sans pour autant être une mauvaise lecture. Mais encore une fois, je ne suis pas sûre que ma déception sera telle si le nom de l’auteur était différent…

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

 

Avis

[Mavilyly] Interfeel d’Antonin Atger #PLIB2019

Interfeel
Editeur: PKJ
Nombre de pages: 496 pages
Prix: 18.5 euros
Année de parution: 2018

Résumé:

Et si le monde entier avait accès à vos émotions ?
Nathan et ses amis sont en permanence connectés à Interfeel, un réseau social qui permet de partager ses émotions. Pour l’immense majorité des habitants de la planète, connaître les émotions de chacun est tout aussi naturel que téléphoner. Mais un événement tragique va se produire sous leurs yeux et bouleverser Nathan. Fasciné par Élizabeth, une  » sans-Réseau  » qui vit en marge de la société, il voit toutes ses certitudes vaciller. Ce que les deux adolescents découvriront pourrait bien changer le monde à jamais…

 

Mon avis:

Une nouvelle lecture faite pour le PLIB2019 dont j’entendais que du bien et sur laquelle je mettais beaucoup d’attentes. Et comme vous allez le voir, il ne fait pas partie de mes finalistes car dans l’ensemble je n’ai pas apprécié ma lecture bien qu’elle soit loin d’être mauvaise.

Je vais commencer par son résumé, il m’a attiré assez vite. J’étais curieuse de voir ce réseau social créé à travers les émotions des personnages. Et dans le principe, l’idée reste bonne mais à mon sens pas suffisamment exploitée au point que je n’ai pas compris exactement comment il fonctionnait. Et surtout, je ne comprends pas le terme réseau social ici. Les gens connaissent les émotions des autres qu’ils croisent mais ils ne peuvent pas s’en servir pour communiquer, pour échanger, le but d’un réseau social, non?

De plus, l’auteur n’a pas suffisamment travaillé ses personnages selon moi. Ils sont pourtant bons et intéressants mais on en connaît pas assez sur eux pour s’y attacher ou s’y identifier ce qui est bien dommage.

Et enfin pour finir sur les mauvais points, l’auteur prend beaucoup de facilité dans son récit. Pour s’en sortir, les personnages utilisent des objets, des procédés dont on avait pas entendu parler avant et c’est plutôt déroutant. Et, à mon sens, cela a enlever de la crédibilité à l’histoire. Tout en nous laissant avec énormément de questions à la fin du roman.

Je pense que ce one-shot (qui peut ne plus en être si le livre fonctionne -_-‘ no coment) aurait dû être au moins une duologie pour que l’auteur peaufine tout ça et nous apporte quelque chose de vraiment abouti. Tout ce négatif est vraiment dommage car on est face à une plume très sympa et de ce fait une lecture fluide… Vraiment dommage !

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

 

Pour le PLIB:  #ISBN9782823811834

Avis

[Mavilyly] Un nouveau départ d’A.J. Thomas

un nouveau départ
Editeur: MxM Bookmark
Nombre de pages: /
Prix: 5.99 euros
Année de parution: 2019

Résumé:

Après une confuse nuit de beuverie, Patrick Connelly devient père. Déterminé à être présent pour son fils, Patrick abandonne l’un de ses sports favoris et décide de cacher sa sexualité à jamais. Suite à un divorce brutal et à un violent crime de haine, son fils Jay développe une obsession pour les tags. Avec l’espoir de pouvoir recommencer à zéro, Patrick déménage et emmène Jay à Seattle, sa ville natale. Deux semaines plus tard, son fils est de nouveau arrêté. Alors qu’il s’apprête à venir le chercher, Patrick s’interpose lors d’une agression, mais finit lui aussi par se faire embarquer par la police. Alors qu’il pensait que les choses ne pouvaient être pires, il se retrouve confronté à l’homme le plus sexy qu’il ait jamais vu : le nouveau conseiller pénitentiaire de probation de son fils, Ken Atkins.

Le plus dur, dans le boulot de Ken, c’est de travailler avec des parents peu coopératifs, et Patrick Connelly, qui est incontestablement beau, va être de ceux-là. Mais après avoir passé une nuit torride avec lui suite à une rencontre fortuite, Ken est pris au dépourvu. Alors qu’ils essaient tous deux de faire en sorte que Jay reste sur le droit chemin, il leur devient impossible de résister à la passion qui les dévore. Quand l’agression désamorcée par Patrick revient les hanter et que Jay a de nouveau des ennuis, Ken doit le convaincre qu’assurer le bonheur de son fils ne signifie pas pour autant sacrifier le sien.

 

Mon avis:

Je vais commencer par remercier les éditons MxM Bookmark ainsi que le site NetGalley pour l’envoi de ce roman.

Que dire de cette lecture? Malheureusement elle sera de celle qui ne me laissera pas un souvenir impérissable et elle commence déjà s’effacer de ma mémoire.

On est avec Pat et Jay qui débarque à Seattle pour fuir tous leurs problèmes restés à New-York. Malheureusement tout ne se passe pas comme prévu et Jay retrouve son contrôle judiciaire. Et à partir de la tout commence et surtout la romance entre Pat et Ken le conseiller judiciaire de Jay.

Déjà premier point négatif, je n’ai absolument pas accroché aux personnages si ce n’est Jay donc quand c’est une romance cela devient très compliqué. Je les ai pas trouvé marquant au point que durant toute ma lecture j’ai eu du mal à associer le prénom au personnage et du coup lorsque l’auteur nous parle d’eux par leur couleur de cheveux ou leur métier c’était assez compliqué.

Ensuite tout va beaucoup trop vite je trouve, surtout quand on sait que Pat ne veut pas tomber amoureux et qu’en plus la situation actuelle de l’histoire est un grand frein à leur histoire. On a quelques pages où ils freinent des quatre fers et puis en une phrase ils se retrouvent nus!!! J’ai eu beaucoup de mal à suivre l’auteur dans ces décisions. Sachant que j’avais aussi du mal à suivre l’avancée du temps. Souvent je pensais les personnages en week-end alors qu’on était mercredi et inversement.

Bref, je en peux pas dire que cette lecture est une mauvaise lecture mais elle n’a pas retenu mon attention ce qui a entraîné des blocages et des problèmes de compréhension. En plus de ça lorsque je lis une romance, j’aime avoir de la passion et souvent dans le M/M, elle est plutôt bestial, ce que j’apprécie beaucoup mais là j’ai trouvé la relation des deux gommes assez fade.

Allez j’arrête la, il ne m’a pas convaincu mais pour autant il trouvera son public.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

 

Avis

[Mavilyly] Libre d’aimer d’Olivier Merle

libre d'aimer
Editeur: XO
Nombre de pages: 464 pages
Prix: 19.90 euros
Année de parution: 2019

Résumé:

Juillet 1942. Elle s’appelle Esther, elle a vingt ans, elle est juive. Ses parents ont été arrêtés, elle erre dans les rues de Paris, perdue et terrifiée. Alors qu’elle se repose sur un banc, son regard croise celui d’une femme élégante, plus âgée qu’elle, qui fume de longues cigarettes à la terrasse d’un café. Esther ne le sait pas encore mais sa rencontre prochaine avec Thérèse Dorval, l’épouse d’un homme cynique et violent qui collabore avec les Allemands, va bouleverser sa vie. Naissance d’un désir irrésistible, en pleine tragédie. Amour interdit de deux femmes emportées par le feu de la passion. À Dinard, où elles se réfugient, elles devront, sous la pluie des bombes alliées, décider de leur destin?: se séparer pour tenter de survivre ou accepter de mourir par amour.

 

Mon avis:

Je vais commencer par remercier les éditions XO ainsi que le site NetGalley pour l’envoi de ce roman et m’excuser pour l’attente de cette chronique.

Libre d’aimer est un roman qui avait beaucoup de bons points pour me plaire mais malheureusement deux choses sont venues ternir mon ressenti.

J’étais curieuse de découvrir le roman d’Olivier Merle de par son contexte de la Seconde Guerre Mondiale surtout que l’auteur se concentre sur les conditions des femmes à cette époque. On suit donc Esther, jeune juive qui a vu ses parents se faire emmener par la police française et Thérèse, jeune femme qui mène une vie plutôt sympa au vu des événements. Elles se rencontrent et comme le dit le résumé, tombent amoureuses.

Vous conviendrez qu’à ce moment de l’Histoire les femmes n’avaient pas vraiment voix au chapitre, elles étaient complètement sous le joug de leur père ou mari plus tard, et je pense que ça fait du bien de nous le rappeler de temps en temps. Mais en plus de ça, Esther et Thérèse ont une sexualité absolument réprouvée dans ces années. Elles doivent donc se battre et se cacher perpétuellement. J’ai vraiment aimé me plonger dans la vie de « mes ancêtres » et me rappeler que des choses qui me paraissent acquises aujourd’hui ne l’étaient pas il y a pas si longtemps que ça. Un exemple? Une femme qui voulait travailler devait avoir l’accord de son père ou son mari!!!!

En plus de ça l’auteur a une plume très sympathique qui rend la lecture fluide et facile. Malgré tous ces points, j’ai eu du mal avec ce livre car je n’ai absolument pas accroché aux personnages qui pour l’une est tellement naïve et sous la coupe de l’autre qu’elle m’énervait et pour la deuxième ce sont ces caprices et sa personnalité de petite fille gâtée qui m’insupportait. On rajoute à ça, une fin pour moi un peu trop facile qui ne m’a pas convaincu. Durant tout le récit, l’auteur joue sur le fil, nous fait croire au pire pour finalement finir dans le monde des bisounours ^^. Plus ça va et plus je me rends compte que j’aime lorsque les romans n’ont pas un happy end total, comme dans la vraie vie quoi, à moins de lire une pure romance, un chick-lit où la je suis prévenue avant même de commencer ma lecture.

Bref, je ne peux pas vous déconseiller Libre d’aimer car si, contrairement à moi, vous accrochez avec les personnages c’est quasiment gagné, mais en même temps il ne sera pas dans la liste des romans que je recommanderais autour de moi.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume