Avis

[Mavilyly] Un dimanche au bord de la piscine de Madeleine Wickham

un dimanche au bord de la piscine
Editeur: Pocket
Nombre de pages: 340 pages
Prix: 7.50 euros
Année de parution: 2015

 

Résumé:

Un dimanche de mai, entre amis et voisins, au bord de la piscine des Delaney. Parmi les invités, Louise, ses deux filles, son futur ex-mari… et son amant. Survient un terrible accident… Un roman dans la veine tragi-comique de Madeleine Wickham, alias Sophie Kinsella.

 

Mon avis:

Lorsque j’ai sorti ce roman de ma PAL, je m’attendais à du chick-lit comme j’ai l’habitude de lire avec Sophie Kinsella sauf que la surprise a été grande et qu’on est face plutôt à un contemporain dramatique. Pour autant, j’ai passé un bon moment de lecture.

Comme je le disais, une fois la surprise passée, je suis assez vite rentrée dans l’histoire et je me suis laissée guider par l’auteur et sa plume qui ne change pas peut importe le genre du roman. Je ne dis pas qu’elle est reconnaissable entre toutes mais elle est agréable, facile à lire et entraînante et c’est suffisant pour moi. Bien que j’ai été passablement énervée par certains personnages, un en particulier, et le comportement de quasiment tous, j’ai apprécié la mise en place de l’histoire.

Je ne m’attendais pas à un drame et je l’ai trouvé bien fait. J’ai trouvé ce récit assez réaliste et sans être trop fort en émotions, il ne laisse pas indifférent.

Ce n’est pas le meilleur roman de l’auteur que j’ai lu mais il a fait son job de me divertir et de réellement m’entraîner en me faisant oublier mon quotidien quelques temps chaque jour…

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Publicités
Avis

[Mavilyly] Le poids de l’océan de Heidi Cullinan

cullinan
Editeur: MxM Bookmark
Nombre de pages: 351 pages
Prix: 20.00 euros
Année de parution: 2017

 

Résumé:

Le lycéen Jeremey Samson n’a qu’une envie, se terrer sous sa couette et dormir jusqu’à ce qu’il puisse entrer à la fac. C’était sans compter l’arrivée fracassante dans sa vie d’un ouragan appelé Emmet Washington. Le major de promo en maths et informatique est non seulement magnifique, hardi, incroyablement intelligent – et intéressé par Jeremey – mais également autiste.
Mais Jeremey ne s’en soucie pas. Il est bien trop occupé à se blâmer, tout comme ses parents qui ne croient pas que la dépression puisse être une véritable maladie. Quand il atteint le point de rupture, Emmet le sauve et l’accueille comme colocataire à Roosevelt, un établissement atypique pour personnes dépendantes.

À mesure que Jeremey reprend doucement pied, Emmet commence à croire qu’il peut être aimé au-delà de son autisme. Mais avant de lui faire suffisamment confiance pour se laisser aller à l’aimer, Jeremey doit trouver la force de croire en ses propres mots, de croire que l’amitié soigne l’âme et que l’amour peut surmonter tous les obstacles.

 

Mon avis:

Je vais être rapide, ce roman est un très très bon moment de lecture.

Heidi Cullinan nous offre une romance M/M bien différente de ce qu’on a l’habitude de lire. Celles que j’ai pu lire jusque là sont pour la plupart, un condensé de testostérone et de passion mais ici avec Jeremey et Emmet, on en est très très loin…

Les deux jeunes hommes ont une maladie mentale, l’un l’autisme et l’autre la dépression. L’auteur évoque ces deux maladies avec beaucoup de justesse en tous les cas aux vues de ce que j’en connais et tout cela sans aucune pitié mal placée ou de moments tire-larmes.

J’ai beaucoup apprécié l’humour qui est mis dans cette histoire. Emmet est de part son autisme, sans filtre et cela amène des situations et des dialogues tellement franche et par moment drôle. C’est un côté rafraîchissant qui est bénéfique car l’auteur nous propose des scènes pas simples pour les personnages et qui nous font réfléchir à nos propres réactions.

Malheureusement, j’ai pas réussi à entrer complètement dans l’histoire car on ressent forcément une petite distance avec les personnages évoqués. Sans cela j’aurais eu un coup de coeur mais en même temps sans cette distance, l’histoire n’aurait pas été la même donc pas sûre que j’aurais préféré que l’auteur l’enlève ^^.

C’est une romance M/M un peu déroutante mais tellement plaisante que je la conseille vraiment et même pour commencer le genre car elle est très soft.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

 

Avis

[Mavilyly] L’héritage de Christopher Paolini

couv39712176.jpg
Editeur: Bayard jeunesse
Nombre de pages: 900 pages
Prix: 22.80 euros
Année de parution: 2012

Résumé:

Il n’y a pas très longtemps, Eragon, le tueur d’Ombres, dragonnier, n’était qu’un pauvre garçon de ferme, et son dragon, Saphira, seulement une pierre bleue dans la forêt. Maintenant, le destin d’un peuple entier repose sur leurs épaules.
De longs mois d’entraînements et de batailles ont rapporté des nombreuses victoires et de l’espoir, mais ils ont causé aussi des pertes déchirantes. Et puis, la réelle bataille n’a pas encore eu lieu : ils doivent affonter Galbatorix. Quand ils le feront, ils devront être assez fort pour le vaincre. Et s’ils ne le peuvent pas, personne ne le pourra. Il n’y aura pas de seconde chance.
Le dragonnier et son dragon sont allés plus loin que personne n’aurait pu l’espèrer. Mais peuvent-ils renverser le roi maudit et restaurer la justice en Alagaësia ? Et dans ce cas, quel en sera le prix ?

 

Je voulais vous mettre mes avis sur les tomes précédents mais c’est sur mon ancien blog. Je suis étonnée par les notes que j’avais mise vu mon souvenir plutôt très bon que j’ai aujourd’hui lorsque j’y pense… Comme quoi la mémoire est étrange!

Mon avis:

Je vais commencer par remercier StorieBooks car elle m’a choisi ce 4ème et dernier (?) tome pour le mois de mai et sans elle je ne sais pas si j’aurais réussi à le sortir ^^. Donc merci…

Maintenant, passons à mon avis! Les 3 premiers tomes m’ont laissé un très bon souvenir et ils sont d’ailleurs toujours dans ma bibliothèque car je ne mets pas de côté de les relire, surtout le premier, et surtout je veux les faire découvrir. Avec ce tome, c’est le même sentiment. J’ai été bien, la lecture est facile, l’histoire prenante avec des actions et des combats qui s’enchaînent tout en nous laissant respirer. J’aime toujours autant l’univers créé par Christopher Paolini, tant par ses créatures multiples que pour toutes les croyances et coutumes inventées.

Malheureusement, les défauts que j’ai repéré dans les précédents tomes se répètent ici. Il y a trop de longueurs pour moi. Notamment avec des descriptions trop longues ou alors qui a mon sens ne sont pas vraiment utiles pour la lecture de l’histoire. Cela peut nous faire décrocher un peu alors qu’il faut s’accrocher, en tous cas moi. A mon sens, le livre aurait pu se voir enlever une petite centaine de pages.

Quant à la fin, elle est très bien mais pas suffisante pour moi. Je trouve qu’elle appelle une suite directe et à priori ce n’est pas prévu. L’auteur ne ferme pas la porte à écrire en gardant le décor et certains personnages mais Eragon et Saphira ne seront plus les personnages principaux et c’est vraiment dommage. Pour moi, on aurait pu partir sur un nouveau cycle de la saga mais rester avec eux… Petite déception de ce côté là.

Voila, des petites choses qui me font tiquer mais si on considère l’ensemble du roman et plus large l’ensemble de la saga, je la recommande franchement.

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] Merci maîtresse! : »De rien, c’est mon job. » d’Anouk. F

Merci maîtresse
Editeur: Cherche midi
Nombre de pages: 256 pages
Prix: 17 euros
Année de parution: 2019

 

Résumé:

C’est l’histoire de Carla, qui est venue et qui a dû repartir. Trop vite.
C’est l’histoire de Martim, qui aurait préféré ne pas être là, avec nous.
C’est aussi celle d’Habib, qui espère chaque matin qu’il y aura sport aujourd’hui.
C’est l’histoire de Valentine et de son papa.
D’Adriano et de la quiche qu’il a vomie sur sa dictée ce matin.
De Timéo, qui n’avait pas de chat mais des griffures quand même.
De la corde de Laurence, la directrice, sur laquelle on a un peu trop tiré.
C’est leur histoire à tous.
Et la mienne, aussi.
L’histoire de mon école, de notre école. Et de la vôtre aussi, sûrement.

 

Mon avis:

Encore une lecture que j’ai pu faire grâce au site Netgalley et aux éditions du Cherche midi que je remercie grandement.

Merci maîtresse: « De rien c’est mon job. » est un témoignage simple mais efficace. Anouk F. nous raconte son quotidien d’institutrice dans une classe d’une zone prioritaire (j’ai un doute en le disant mais je crois quand même ^^) en tous les cas avec des élèves qui n’ont pas un parcours linéaire.

Sans faire attention plus que ça aux particularités de ces enfants qui pour moi ne reste que des enfants, j’ai trouvé très intéressant le retour de cette maîtresse sur son quotidien. Finalement on les côtoie tous les jours, ces femmes et ces hommes, mais on ne sait pas ce qu’ils vivent entourés de nos petites têtes blondes.

Je l’ai tellement apprécié qu’une fois commencé, je n’ai pas pu le reposer jusqu’à la dernière page. Ce n’est pourtant pas le récit du siècle mais il est bien écrit, il est vrai et j’aime me plonger dans ces vies que je ne vivrais jamais.

On sent qu’Anouk F. ne désire que nous transmettre son quotidien, on ne ressent aucun message, aucunes revendications dans son récit juste un témoignage d’une vie.

Bref, une bonne lecture qui ne casse pas trois pattes à un canard mais qui mérite amplement d’être lue.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] On sème la folie de Laurent Bonneau

On sème la folie
Editeur: Bamboo
Nombre de pages: 118 pages
Prix: 21.90 euros
Année de parution: 2018

 

Résumé:

« Un bel hommage à l’amitié… ». Cinq amis d’enfance décident de se retrouver dans une maison louée en bord de mer. Un week-end à les suivre dans leurs déambulations, leurs pensées et leurs aspirations. Ils rigolent, jouent, discutent, et se remettent en question, faisant le bilan de leurs vies. À un moment où leurs vies atteignent un chiffre rond, ils font le bilan, se confient, rient et se questionnent. Heureux de se revoir, ils échangent sans pudibonderie leurs points de vue de jeunes adultes sur leurs vies. Entre humour et confessions, blagues et questionnements, un voyage graphique au coeur de retrouvailles.

 

Mon avis:

Encore une fois c’est une bande dessinée conseillée par ma bibliothécaire que je vous présente là. Je suis une piètre connaisseuse dans ce domaine donc quand j’en ai envie, je lui fais confiance. Et avec On sème la folie, le sujet, de ces copains de lycée qui se retrouvent après quelques temps de séparation me plaisait bien.

J’ai passé un super moment avec cette BD. Déjà, il faut savoir, que j’ai eu un gros coup de coeur pour les dessins de Laurent Bonneau. Ils ne sont pourtant pas dans le style qui me plaît habituellement mais ils m’ont beaucoup touché. Les traits de ses personnages sont extrêmement bien fait et ils m’ont mis une claque. Sur plusieurs planches je suis restée bloquée à les détailler. Et comme une idiote, j’ai oublié de vous faire des photos sorry!!!

J’ai moins été touché par les textes que j’ai trouvé un peu décousus par moment et encore une fois, je préférais me plonger dans les dessins. Par contre j’ai fortement apprécié la façon dont l’auteur raconte son histoire. Il est très succinct avec cette familiarité que seuls des amis de longues dates peuvent partager. Ces hommes n’avaient pas besoin de tout se dire pour se comprendre mais pour autant, ils osaient se dire des vérités parfois un peu dures.

On sème la folie (titre tellement beau pour moi même si je ne l’ai pas vu aux premiers abords) est un magnifique écrit sur l’amitié, sur les changements en nous avec l’âge qui avance. J’ai passé un excellent moment et je ne mets pas de côté de me la procurer un jour.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] Les chasseurs de Mammouths de Jean M. Auel

les chasseurs de mammouths
Editeur: Presse de la Cité
Nombre de pages: 630 pages
Prix: 21.20 euros
Année de parution: 2002

Résumé:

Pendant plusieurs saisons, Ayla et son compagnon Jondalar ont tout partagé.
Ils ont taillé le silex, entretenu le feu, chassé le renne et le cerf, construit des abris et des bateaux. Ensemble ils ont eu peur et froid, et vécu dans une intimité du corps et de l’esprit qui a fait naître en eux un sentiment troublant et inconnu. Le clan remuant des  » chasseurs de mammouths  » qui les accueille est stupéfait par ce couple de géants blonds aux yeux bleus qui savent monter à cheval et apprivoiser le loup.
Parmi eux, Rance le sculpteur est ému par Ayla. Le combat immémorial de l’amour et de la jalousie s’est déclenché.

 

Mon avis sur le tome 1 (pas transféré de l’ancien blog -_-‘), tome 2

Mon avis:

Je continues tranquillement cette saga que j’apprécie toujours autant. J’en suis au tome 3 et je me sens toujours dans mon petit cocon avec ces lectures.

La force de cette saga, en tout cas, avec moi, c’est la plume de l’auteur qui me met vraiment à mon aise. Ensuite il y a les personnages que j’apprécie de plus en plus soit à découvrir, soit à connaître de plus en plus… Bien que dans ce tome, le tumulte cérébral et sentimental que subit Jondalar m’a un peu pesé cela est vite oublié lorsque tout s’arrange!

Encore une fois, on est face à une lecture avec peu d’actions mais où on est centré sur les émotions, les sentiments des personnages tout en suivant leur quotidien qui comme le notre n’est pas sujet à des péripéties tous les jours.

Bien que je ne cherche pas à savoir la véracité des propos de Jean M. Auel, j’aime découvrir comment cette civilisation préhistorique évolue et nous ressemble un peu plus à chaque avancé.

Malheureusement c’est une saga qui ne peut pas plaire à tout le monde à cause de sa longueur mais pour moi à chaque fois c’est un régal! Je suis impatiente de me procurer le tome 4!

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

 

Avis

[Mavilyly] La vie est belle de Roberto Bengnigni

LA vie est belle
Editeur: Folio
Nombre de pages: 254 pages
Prix: 6.9 euros
Année de parution: 1997

Résumé:

Et, direz-vous, pourquoi faire rire d’une chose aussi tragique, de la plus grande horreur du siècle ? Mais parce que c’est une histoire dédramatisée, un film dédramatisé. Parce que la vie est belle, et que le germe de l’espoir se niche jusque dans l’horreur ; il y a quelque chose qui résiste à tout, à quelque destruction que ce soit. Le rire nous sauve ; voir l’autre côté des choses, le côté surréel, amusant, ou parvenir à l’imaginer, nous empêche de nous briser, d’être emportés comme des fétus, nous aide à résister pour réussir à passer la nuit, même lorsqu’elle paraît longue. Et l’on peut, après tout, faire rire sans blesser personne : il existe toute une tradition d’humour juif particulièrement téméraire à cet égard.

 

Mon avis:

Je vais être assez concise sur cet avis. C’est il me semble la première fois que je lis un livre qui est le scénario d’un film. La vie est belle est sûrement un des films que j’ai le plus vu dans ma vie mais qui me bouleverse à chaque fois et je voulais voir s’il en serait de même avec le livre.

Et oui, la aussi j’ai pleuré mais je me remettais le film en tête en temps aussi donc il était tout ce qu’il y a de plus réel. C’est une oeuvre qui est vraiment sublime, dure, horrible mais tellement belle dans cet amour d’un père pour son fils. On n’en voit très peu mais on devine tout.

Si vous ne connaissez pas ce film, je vous le conseille fortement surtout si vous aimez tout ce qui touche à al seconde guerre mondiale et au histoire des camps…

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume