Avis

[Mavilyly] Un dimanche au bord de la piscine de Madeleine Wickham

un dimanche au bord de la piscine
Editeur: Pocket
Nombre de pages: 340 pages
Prix: 7.50 euros
Année de parution: 2015

 

Résumé:

Un dimanche de mai, entre amis et voisins, au bord de la piscine des Delaney. Parmi les invités, Louise, ses deux filles, son futur ex-mari… et son amant. Survient un terrible accident… Un roman dans la veine tragi-comique de Madeleine Wickham, alias Sophie Kinsella.

 

Mon avis:

Lorsque j’ai sorti ce roman de ma PAL, je m’attendais à du chick-lit comme j’ai l’habitude de lire avec Sophie Kinsella sauf que la surprise a été grande et qu’on est face plutôt à un contemporain dramatique. Pour autant, j’ai passé un bon moment de lecture.

Comme je le disais, une fois la surprise passée, je suis assez vite rentrée dans l’histoire et je me suis laissée guider par l’auteur et sa plume qui ne change pas peut importe le genre du roman. Je ne dis pas qu’elle est reconnaissable entre toutes mais elle est agréable, facile à lire et entraînante et c’est suffisant pour moi. Bien que j’ai été passablement énervée par certains personnages, un en particulier, et le comportement de quasiment tous, j’ai apprécié la mise en place de l’histoire.

Je ne m’attendais pas à un drame et je l’ai trouvé bien fait. J’ai trouvé ce récit assez réaliste et sans être trop fort en émotions, il ne laisse pas indifférent.

Ce n’est pas le meilleur roman de l’auteur que j’ai lu mais il a fait son job de me divertir et de réellement m’entraîner en me faisant oublier mon quotidien quelques temps chaque jour…

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Publicités
Avis

Pour que le jour de votre mort soit le plus beau jour de votre vie de Lionel Abbo

abbo

 

Éditeur : Editions Plon
Nombre de pages : 220 pages
Prix : 17.00 euros
Date de Parution : 11 Avril 2019
Disponible en E-book

 

Résumé :

De Paris à Hollywood, suivez la folle et chaotique aventure d’Adolphe Goldstein, devenu croque-mort par opportunisme. Jubilatoire!
 » Je m’appelle Adolphe Goldstein. Je ne suis pas un simple croque-mort. Je propose à mes clients de choisir le moment et la façon dont ils quitteront ce monde. Une personne décède toutes les cinquante-quatre secondes en France. Mon commerce a de l’avenir. Death planner, c’est mon job. « 

Jusqu’à présent, le trépas demeurait un sujet tabou, s’accommodant mal de la liberté du commerce. Mais demain, organiser sa fin sera considéré comme un acte aussi anodin que préparer son mariage.
Pourquoi craindre cet instant inéluctable et le subir alors que l’on peut décider du moindre détail ? Choisir sa mort comme on a choisi sa vie.

Porté par cette mission qu’il juge d’utilité publique, jusqu’où ira Adolphe pour convaincre le monde ?

 

Mon avis :

Ce livre m’a été offert par le site NetGalley et je les remercie infiniment.

Une nouvelle fois, grâce à eux, j’ai passé un bon moment de lecture, ce livre n’a pas un thème très gai, mais l’histoire est fluide ainsi que la plume de l’auteur.

Dans ce roman, on apprend que l’on ne joue pas avec la mort, la mort n’a rien de drôle, mais on apprend que fasse à nous, on a des personnes qui sont en capacité de nous aider pendant ce dur moment.

Mais, on peut aussi le voir autrement, on peut aussi le voir, comme une leçon de vie, où tout bêtement envisagé comment on aimerait que soit ce dernier jour de votre vie. Personnellement, on ne pense pas à ça, et moi la première.

Ce livre fera peut être comprendre à plusieurs personnes que la mort n’est pas un sujet tabou, mais que de dire à nos proches ce qu’on aimerait le jour où ce moment fatidique arrivera et vraiment important.

On verra tous ce livre de façon différente, et je le conseille.

 

Ma note :

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] Mille baisers pour un garçon de Tillie Cole

Mille baisers pour un garçon
Editeur: Hachette
Nombre de pages: 274 pages
Prix: 16,90 euros
Année de parution: 2016

 

Résumé:

Poppy et Rune sont amoureux depuis l’enfance. Ils pensaient que rien ni personne ne pourrait jamais les séparer. Jusqu’au jour où Rune est parti deux ans dans sa Norvège natale…

Pourquoi Poppy cesse-t-elle alors de répondre aux appels de Rune ? Pourquoi avoir coupé les ponts, sans raison, sans explication ?

Rune a le sentiment qu’on lui a arraché le cœur. Poppy, elle, a le cœur brisé par un secret bien trop lourd.

La vie leur laissera-t-elle le temps de se retrouver et de s’aimer ?

 

Mon avis:

Voila un avis dont j’appréhende l’écriture.

J’ai lu ce livre sous l’insistance de Valou qui a adoré et StorieBooks s’est jointe à moi et nous l’avons lu en lecture commune. J’ai acheté ce roman parce que le résumé me tentait beaucoup mais je n’arrivais plus à le sortir. Avec la couverture, j’avais peur d’avoir encore un de ces romans un peu niais avec ces romances trop simple et déjà vu et mon dieu comme je me suis trompée.

Je vais y aller par quatre chemins, ce roman est un coup de coeur. Un coup de coeur livresque mais aussi littéral, j’en ai versé des larmes pendant et après ma lecture…

Maintenant, il va falloir que j’arrive un minimum à structurer mes idées…

Je vais commencer par la première chose qui m’a choqué avec la plume de l’auteur. Lorsque l’on commence notre lecture, nos deux protagonistes ont 5 ans de mémoire. C’est aussi à ce moment là qu’ils se rencontrent pour la première fois. Puis les chapitres qui suivent sont un condensé de leur vie jusqu’à leur adolescence et le début de leur amourette. Là où l’auteur m’a bluffé c’est qu’au fil de ces pages, elle n’aurait pas eu besoin de me donner de repères temporels tant son écritures me permettait de savoir approximativement l’âge de Poppy et Rune. Je ne saurais pas l’expliquer mais la façon dont elle tournait leur pensées, leurs ressentis ou encore leur dialogue retranscrivaient parfaitement leur âge. C’est vraiment bluffant, c’est la première fois que je ressens cela avec une lecture.

Et puis après commence l’explosion d’émotions plus ou moins fortes. On peut difficilement parler de ce roman sans spoiler donc je n’en dirais pas plus sur l’histoire. Par contre je peux vous dire que l’auteur a une façon d’écrire et de faire vivre ses personnages qui ne vous permets pas de rester insensible à ce qu’ils sont et ce qu’ils vivent. Et ce qu’ils vivent est quelque chose d’absolument impossible à imaginer.

Là aussi, (lien avec Hope never Dies) j’ai été très touchée par ses jeunes adultes qui font tout pour puiser en eux une force tellement belle. Poppy a cette joie de vivre et cette envie de mordre la vie qui est éblouissante et l’a rend tellement belle. Quant à Rune, lui, sa force c’est de combattre ses faiblesses et de toujours pousser plus loin ce qu’il peut faire pour lui ou Poppy. J’essaye de mesurer chacun de mes mots pour ne rien laisser transparaître car il est important pour moi que chacun tombe dans ce roman en en sachant le moins possible.

Comme je le disais, j’ai beaucoup pleuré dans ce roman parce qu’il est vraiment dramatique mais aussi parce que pour moi qui suis une éternelle romantique, cet amour puissant et indestructible qui lie deux êtres est vraiment un idéal pour moi. Certains diront que ce n’est pas sain et pas viable tout une vie, et une partie de moi est d’accord mais je le trouve tellement beau et même plus que ça!

je ne sais pas si j’ai réussi à dire tout ce que je voulais dire ni si tout ce que j’ai écrit ici est compréhensible mais sachez que ce roman me tord encore les tripes aujourd’hui. J’ai une boule dans la gorge en écrivant cette chronique et si je m’écoutais je le relirais aujourd’hui. Je suis heureuse que Valou m’ai incité à le sortir de ma PAL et ça m’oblige à me pencher un peu plus sur l’auteur dont j’avais mis plusieurs romans dans ma wish-list. J’ai cette impression de ne pas en avoir dit assez pour vous convaincre de le lire si ce n’est déjà fait mais il me semble ne pas pouvoir aller plus loin non plus donc je vais m’arrêter la et croisez les doigts pour que vous lui donniez sa chance.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

coup_de_coeur

Avis

[Mavilyly] Je suis ton soleil de Marie Pavlenko

Je suis ton soleil
Editeur: Flammarion jeunesse
Nombre de pages: 462 pages
Prix: 17,50 euros
Année de parution: 2017

Résumé:

Déborah démarre son année de terminale sans une paire de chaussures, rapport à Isidore le chien-clochard qui s’acharne à les dévorer. Mais ce n’est pas le pire, non.
Le pire est-ce sa mère qui se met à découper frénétiquement des magazines ou son père au bras d’une inconnue aux longs cheveux bouclés?
Le bac est en ligne de mire, et il va falloir de l’aide, des amis, du courage et beaucoup d’humour à Déborah pour percer les nuages, comme un soleil.

 

Mon avis:

Une nouvelle lecture commune faites avec Valou de la chaîne Un temps pour elle. J’ai eu ce roman entre les mains suite aux recommandations de ma bibliothécaire qui était sur d’elle que j’aimerais. Et je peux vous dire qu’elle a eu raison mais pas complètement ^^.

Si je prends ma lecture dans son ensemble, oui j’ai aimé le moment, oui la plume de l’auteur est très sympathique et les thèmes abordés sont très forts surtout pour un roman jeunes ados. C’est un roman très prometteur qui puise toute sa force dans l’écriture de Marie Pavlenko qui a su me faire passer les émotions et qui a su m’arracher quelques sourires tout comme quelques larmes.

Malheureusement, là où cela a pêché pour moi c’est dans le nombre de thème abordés ici. Pour moi, ils sont tellement nombreux, adultère, homosexualité, romance entre ados, amitié, secret familial, études et j’en passe… qu’aucun n’est réellement poussé et tout est finalement assez facile pour nos personnages. J’aurais aimé un peu plus de profondeur surtout sur certains d’entre eux qui nous sont balancés à la figure pour ensuite ne plus y revenir…

Quant aux personnages, certains m’ont vraiment fait sortir de mes gonds. La meilleure amie surtout dont je n’ai pas retenu le nom qui a une attitude tellement ignoble envers Déborah ainsi que cette dernière qui est tellement nonchalante et geignarde. Heureusement, on a deux personnages qui arrivent un peu plus tard qui m’ont redonné le sourire et ont donné un nouveau souffle à la lecture.

En bref, je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé mais vu tout ce que j’en avais entendu, j’en attendais plus et j’ai eu une petite déception. Pour ce qui est de Valou, les débuts pour elle, ont été encore plus compliqué mais la fin a su combler ses attentes.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

 

Avis

[Mavilyly] Love Never Dies de Ludivine Delaune & Delinda Dane

Love never dies
Editeur: Something else
Nombre de page: 292 pages
Prix: 16.99 euros
Année de parution: 2018

Résumé:

Jusqu’où seriez-vous prêt à aller pour sauver un être cher ?

Everly Hastings, fille d’un richissime homme d’affaires et maman célibataire, n’aurait jamais cru en arriver là…

Lorsque la vie ne tient qu’à un fil, l’espoir est tout ce qui lui reste. Elle ne reculera devant rien, allant même jusqu’à flirter avec l’illégalité…

Puisque son unique chance de sauver son fils, c’est lui… Malcolm Blake. Deux mètres de testostérone, désagréable, grossier, cet ancien des forces spéciales ne pense qu’avec son entrejambe et… son flingue.

Entre eux, c’est le choc des titans, un combat où tous les coups sont permis.

Venez découvrir une aventure humaine à couper le souffle où l’amour ne meurt jamais…

 

Mon avis:

Pour vous raconter l’anecdote de la fille qui ne fait pas gaffe; je demande un titre sur NetGalley qui s’intitule Hope Never Dies, j’ai complètement flashé sur la couverture et le résumé me plaisait bien. Puis vient le moment où je le rentre dans ma pal sur Livraddict et que je me rends compte que c’est un tome 2 ^^. J’avais les boules de pas pouvoir le lire rapidement donc j’ai été voir si je trouvais le tome 1 sur le site de Kobo et il était à 1.99€, j’ai donc plus hésité et je l’ai pris. Voila, vous êtes contents non???

Et quel bien m’en a fait car j’ai passé un super moment avec cette lecture. Pour moi, sans être un ovni, Love Never Dies ne ressemble à aucun livre que j’ai lu. il y a de la romance, il y a du drame, il y a une petite part de thriller. Les auteurs ont réussi à nous faire vivre ce road-trip si particulier qui transpire l’espoir et l’amour sans oublier sa part sombre et cruelle.

Elles ont réussi à nous faire rire, tout en nous faisant pleurer. On déteste ces personnages mais en même temps on les adore (surtout Malcolm ^^). Tout ça dans une intrigue si dure! Il est impossible de se mettre dans la peau de ces parents prêts à tout pour leurs enfants. J’ai beau être maman et me dire que je suis prête à tout, tant qu’on a pas vécu ce qu’ils vivent c’est inimaginable.

Il est dommage que j’ai réussi par moment des longueurs bien qu’elles ne soient pas handicapantes et que je les ai vite oublié. Après une quinzaine de jours, je ne retiens que ce sentiment d’amour qui ressort du roman. Des amours différents, des amours plus ou moins forts mais des amours intense et sincères…

J’ai été choquée par un des choix des auteurs bien qu’en y réfléchissant il était difficile de faire autrement, mais sur le coup cela m’a littéralement coupé le souffle, c’est un passage extrêmement dur. Mon plus grand regret, est ce qui suit ce passage. Tout va trop vite et c’est peut-être un peu trop prévisible mais bon cela n’enlève rien à la lecture.

Je suis en train de lire le deuxième tome et pour le moment, il est encore mieux que celui-ci…

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] Confidences de Sara Shepard

Confidences
Editeur: 12-21
Nombres de pages: 290 pages
Prix: 9.99 euros (numérique)
Année de parution: 2013

 

Résumé:

Salut les filles… Surprise ! Vous savez qui vous parle ? Non, vraiment pas ? Il faut dire que depuis l’Affaire Jenna les pertes de mémoire vous arrangent bien… Mais moi je n’ai rien oublié et vous n’avez pas fini d’avoir de mes nouvelles. D’ailleurs j’espère que vous appréciez mes petits mails et textos amicaux qui vous rappellent que je suis là, tout près de vous… Car vous avez été de très très vilaines filles, Aria, Spencer, Emily et Hanna. Vous ne méritiez pas l’amitié d’Alison. Vous qui étiez comme les cinq doigts de la main, sa disparition ne semble pas vraiment vous avoir affectées… Il faut dire que vous lui aviez fait des confidences plutôt… compromettantes, hein ? Sa disparition vous est bien tombée pas vrai ?Mais maintenant c’est fini, vous allez payer… Je crois voir que vous perdez votre sourire les miss Perfection ! Il fallait y songer avant les filles, c’est pas beau de mentir ! – A

 

Mon avis:

Confidences est le premier tome de la saga Pretty Little Liars et j’aurais presque envie de vous faire mon avis en une seule phrase mais bon je me dis que cela ne serait pas trop respectueux pour vous ^^.

Lorsque j’ai vu qu’il ne faisait que 290 pages après l’avoir terminé, j’ai été vraiment surprise parce qu’il m’a semblé beaucoup plus long que cela. Je trouve qu’il y a énormément de longueurs et j’ai eu pas mal de moment où je me suis ennuyée. J’ai difficilement accroché avec les personnages qui sont un peu trop jeunes pour m’identifier à eux et ils ont une liberté d’agir et une relation avec leurs parents tellement différents de ce que j’ai vécu que ça me paraissait fou. Bref encore une fois, un ptit souci avec les personnages qui entachent ma lecture.

Pour autant, à mon grand désespoir j’ai envie de lire la suite ^^. Et bien oui parce que bon la plume de Sara Shepard n’est pas mauvaise, elle sait titiller notre curiosité et on veut savoir forcément. On a tellement de questions tout au long de la lecture. Et puis j’ai la suite dans ma liseuse donc…

Bref, je débute cette saga un peu déçue mais je vais poursuivre  parce que je suis faible et advienne que pourra…

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

 

Avis

[Mavilyly] Les larmes noires sur la terre de Sandrine Collette

Les larmes noires sur la terre
Editeur: Livre de Poche
Nombre de pages: 384 pages
Prix: 7.90 euros
Année de parution: 2018

 

Résumé:

Il a suffi d’une fois. Une seule mauvaise décision, partir, suivre un homme à Paris. Moe n’avait que vingt ans. Six ans après, hagarde, épuisée, avec pour unique trésor un nourrisson qui l’accroche à la vie, elle est amenée de force dans un centre d’accueil pour déshérités, surnommé «la Casse». La Casse, c’est une ville de miséreux logés dans des carcasses de voitures brisées et posées sur cales, des rues entières bordées d’automobiles embouties. Chaque épave est attribuée à une personne. Pour Moe, ce sera une 306 grise. Plus de sièges arrière, deux couvertures, et voilà leur logement, à elle et au petit. Un désespoir. Et puis, au milieu de l’effondrement de sa vie, un coup de chance, enfin : dans sa ruelle, cinq femmes s’épaulent pour affronter ensemble la noirceur du quartier. Elles vont adopter Moe et son fils. Il y a là Ada, la vieille, puissante parce qu’elle sait les secrets des herbes, Jaja la guerrière, Poule la survivante, Marie-Thé la douce, et Nini, celle qui veut quand même être jolie et danser. Leur force, c’est leur cohésion, leur entraide, leur lucidité. Si une seule y croit encore, alors il leur reste à toutes une chance de s’en sortir. Mais à quel prix? Après le magistral Il reste la poussière, prix Landerneau Polar 2016, Sandrine Collette nous livre un roman bouleversant, planté dans le décor dantesque de la Casse.

 

Mon avis:

Une fois n’est pas coutume, ce roman m’a été prêté par ma belle-mère. Habituellement c’est l’inverse, mais là elle s’est laissée tenter et elle a énormément aimé donc le voila rendu chez moi. J’ai mis un peu de temps à lire car le résumé ne m’attirait pas plus que cela et comme toujours, on a encore et toujours d’autres livres à lire ^^.

Une fois commencé, je m’y suis assez vite sentie bien. L’auteur a une plume plaisante et la lecture est plutôt fluide mais j’ai assez vite déchanté. Plus je poursuivais ma lecture, plus la façon dont l’auteur narre son récit me gênait. J’avais l’impression qu’elle mettait une distance entre le lecteur et ses personnages qui me dérangeait forcément dans mon attachement pour eux mais aussi pour ma visualisation des choses. C’est assez compliqué à expliquer mais j’ai eu l’impression que l’auteur m’empêchait de rentrer dans son histoire.

Dans le fond, ce livre est une pépite parce qu’il décrit une société qui fait froid dans le dos mais qui en même temps fait tellement écho à ce qui se passe sur la planète. L’auteur est dans l’extrême mais je n’ai pas arrêté de me demander si notre vie allait devenir comme Sandrine Collette le décrit et j’espère très fortement que non. Chaque personnage de l’histoire atterrit dans la Casse pour une raison différente mais dont on a forcément entendu parler que ce soit dans notre vie ou au travers d’un écran. Ce sont des gens qui sont de nos jours déjà stigmatisés et on se rend compte que même si cela nous paraît aberrant de les parquer ainsi, je me dis que cela peut être le futur et ça fait très très peur!!! Je ne suis pas du genre alarmiste mais sur ce côté le roman a beaucoup remué en moi et encore maintenant lorsque j’y pense, une certaine gêne persiste.

Malheureusement à part cela, je me suis assez ennuyée pendant ma lecture mais encore une fois à cause de cette distance que je sentais entre moi et les personnages. En même temps si je m’y étais attachée, je ne sais pas dans quel état on m’aurait retrouvé à la fin ^^. Puis il y a eu la fin qui pour moi n’est clairement pas crédible. A partir du drame vécu par Moe, tout était cousu de fil blanc pour moi (ma belle-mère, elle n’a rien vu venir par contre) et mon intérêt pour le livre a encore baissé. Comme je vous le disais avant, cette fin est pour moi impossible. Je peux difficilement en dire plus sans spoiler mais pour moi l’auteur a choisi la facilité afin de rendre les choses beaucoup moins noires quelles ne l’étaient et selon moi, ce n’était pas le bon choix…

Les larmes noires sur la terre n’est pas un roman qui a fonctionné sur moi, pour autant beaucoup l’ont apprécié donc à vous de juger.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume