Avis

[Mavilyly] Confidences de Sara Shepard

Confidences
Editeur: 12-21
Nombres de pages: 290 pages
Prix: 9.99 euros (numérique)
Année de parution: 2013

 

Résumé:

Salut les filles… Surprise ! Vous savez qui vous parle ? Non, vraiment pas ? Il faut dire que depuis l’Affaire Jenna les pertes de mémoire vous arrangent bien… Mais moi je n’ai rien oublié et vous n’avez pas fini d’avoir de mes nouvelles. D’ailleurs j’espère que vous appréciez mes petits mails et textos amicaux qui vous rappellent que je suis là, tout près de vous… Car vous avez été de très très vilaines filles, Aria, Spencer, Emily et Hanna. Vous ne méritiez pas l’amitié d’Alison. Vous qui étiez comme les cinq doigts de la main, sa disparition ne semble pas vraiment vous avoir affectées… Il faut dire que vous lui aviez fait des confidences plutôt… compromettantes, hein ? Sa disparition vous est bien tombée pas vrai ?Mais maintenant c’est fini, vous allez payer… Je crois voir que vous perdez votre sourire les miss Perfection ! Il fallait y songer avant les filles, c’est pas beau de mentir ! – A

 

Mon avis:

Confidences est le premier tome de la saga Pretty Little Liars et j’aurais presque envie de vous faire mon avis en une seule phrase mais bon je me dis que cela ne serait pas trop respectueux pour vous ^^.

Lorsque j’ai vu qu’il ne faisait que 290 pages après l’avoir terminé, j’ai été vraiment surprise parce qu’il m’a semblé beaucoup plus long que cela. Je trouve qu’il y a énormément de longueurs et j’ai eu pas mal de moment où je me suis ennuyée. J’ai difficilement accroché avec les personnages qui sont un peu trop jeunes pour m’identifier à eux et ils ont une liberté d’agir et une relation avec leurs parents tellement différents de ce que j’ai vécu que ça me paraissait fou. Bref encore une fois, un ptit souci avec les personnages qui entachent ma lecture.

Pour autant, à mon grand désespoir j’ai envie de lire la suite ^^. Et bien oui parce que bon la plume de Sara Shepard n’est pas mauvaise, elle sait titiller notre curiosité et on veut savoir forcément. On a tellement de questions tout au long de la lecture. Et puis j’ai la suite dans ma liseuse donc…

Bref, je débute cette saga un peu déçue mais je vais poursuivre  parce que je suis faible et advienne que pourra…

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

 

Publicités
Avis

[Mavilyly] Les larmes noires sur la terre de Sandrine Collette

Les larmes noires sur la terre
Editeur: Livre de Poche
Nombre de pages: 384 pages
Prix: 7.90 euros
Année de parution: 2018

 

Résumé:

Il a suffi d’une fois. Une seule mauvaise décision, partir, suivre un homme à Paris. Moe n’avait que vingt ans. Six ans après, hagarde, épuisée, avec pour unique trésor un nourrisson qui l’accroche à la vie, elle est amenée de force dans un centre d’accueil pour déshérités, surnommé «la Casse». La Casse, c’est une ville de miséreux logés dans des carcasses de voitures brisées et posées sur cales, des rues entières bordées d’automobiles embouties. Chaque épave est attribuée à une personne. Pour Moe, ce sera une 306 grise. Plus de sièges arrière, deux couvertures, et voilà leur logement, à elle et au petit. Un désespoir. Et puis, au milieu de l’effondrement de sa vie, un coup de chance, enfin : dans sa ruelle, cinq femmes s’épaulent pour affronter ensemble la noirceur du quartier. Elles vont adopter Moe et son fils. Il y a là Ada, la vieille, puissante parce qu’elle sait les secrets des herbes, Jaja la guerrière, Poule la survivante, Marie-Thé la douce, et Nini, celle qui veut quand même être jolie et danser. Leur force, c’est leur cohésion, leur entraide, leur lucidité. Si une seule y croit encore, alors il leur reste à toutes une chance de s’en sortir. Mais à quel prix? Après le magistral Il reste la poussière, prix Landerneau Polar 2016, Sandrine Collette nous livre un roman bouleversant, planté dans le décor dantesque de la Casse.

 

Mon avis:

Une fois n’est pas coutume, ce roman m’a été prêté par ma belle-mère. Habituellement c’est l’inverse, mais là elle s’est laissée tenter et elle a énormément aimé donc le voila rendu chez moi. J’ai mis un peu de temps à lire car le résumé ne m’attirait pas plus que cela et comme toujours, on a encore et toujours d’autres livres à lire ^^.

Une fois commencé, je m’y suis assez vite sentie bien. L’auteur a une plume plaisante et la lecture est plutôt fluide mais j’ai assez vite déchanté. Plus je poursuivais ma lecture, plus la façon dont l’auteur narre son récit me gênait. J’avais l’impression qu’elle mettait une distance entre le lecteur et ses personnages qui me dérangeait forcément dans mon attachement pour eux mais aussi pour ma visualisation des choses. C’est assez compliqué à expliquer mais j’ai eu l’impression que l’auteur m’empêchait de rentrer dans son histoire.

Dans le fond, ce livre est une pépite parce qu’il décrit une société qui fait froid dans le dos mais qui en même temps fait tellement écho à ce qui se passe sur la planète. L’auteur est dans l’extrême mais je n’ai pas arrêté de me demander si notre vie allait devenir comme Sandrine Collette le décrit et j’espère très fortement que non. Chaque personnage de l’histoire atterrit dans la Casse pour une raison différente mais dont on a forcément entendu parler que ce soit dans notre vie ou au travers d’un écran. Ce sont des gens qui sont de nos jours déjà stigmatisés et on se rend compte que même si cela nous paraît aberrant de les parquer ainsi, je me dis que cela peut être le futur et ça fait très très peur!!! Je ne suis pas du genre alarmiste mais sur ce côté le roman a beaucoup remué en moi et encore maintenant lorsque j’y pense, une certaine gêne persiste.

Malheureusement à part cela, je me suis assez ennuyée pendant ma lecture mais encore une fois à cause de cette distance que je sentais entre moi et les personnages. En même temps si je m’y étais attachée, je ne sais pas dans quel état on m’aurait retrouvé à la fin ^^. Puis il y a eu la fin qui pour moi n’est clairement pas crédible. A partir du drame vécu par Moe, tout était cousu de fil blanc pour moi (ma belle-mère, elle n’a rien vu venir par contre) et mon intérêt pour le livre a encore baissé. Comme je vous le disais avant, cette fin est pour moi impossible. Je peux difficilement en dire plus sans spoiler mais pour moi l’auteur a choisi la facilité afin de rendre les choses beaucoup moins noires quelles ne l’étaient et selon moi, ce n’était pas le bon choix…

Les larmes noires sur la terre n’est pas un roman qui a fonctionné sur moi, pour autant beaucoup l’ont apprécié donc à vous de juger.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

 

 

Avis

[Mavilyly] Le testament de Ryan de Leïla Meacham

Le testament de Ryan

Résumé:

Dans son testament, Ryan Langston lègue sa part du ranch familial du Texas à sa meilleure amie Cara Martin, exigeant que la jeune femme y vive durant au moins un an. Cara ne comprend pas ce que son ami avait en tête mais elle ne supporte pas de lui refuser son dernier souhait, même si cela implique qu’elle vive sous le même toit que Jeth, le frère aîné de Ryan, qu’elle trouve très arrogant.

Mon avis:

Le testament de Ryan a été ma première lecture pour le challenge finir en beauté organisé par les membres organisateurs du PLIB2019 et qui se déroulait du 28/12 au 31/12. On devait lire sur ces 3 jours, des livres de notre PAL contenant moins de 350 pages afin de liquider notre PAL avant la nouvelle année. Petite parenthèse, lors de ce challenge, j’ai aussi lu 3 Disney, Le voyage d’Arlo, Coco et Le Roi Lion mais je n’en parlerais pas sur le blog. Parenthèse fermée…

Donc en ce qui concerne ma lecture du roman de Leila Meacham, j’avoue que je suis un peu déçue. Bien que l’auteur nous précise au début du livre que c’est son premier écrit, lancé suite à une sorte de pari, et donc qu’il n’est pas le meilleur de sa plume, je m’attendais à mieux. En effet, de l’auteur, j’ai dans ma bibliothèque Les virevoltants, La plantation et Le Ranch des trois collines qui ont été des très bonnes lectures voire des coups de coeur. Bon après Le testament de Ryan n’est pas mauvais mais il n’est pas au niveau des autres.

J’ai aimé le personnage de Cara qui reste forte tout au long de le lecture malgré ce qu’on lui fait subir, j’ai adoré le personnage de Ryan et celui de Jeth ça dépendait des pages ^^.

Quant à l’histoire d’amour, elle est finalement assez facile et on la voit venir à des kilomètres à la ronde. C’est encore un jeu du chat et de la souris sympathique. C’est une histoire peu innovante mais bon ce n’est pas ce que l’auteur voulait au moment de l’écriture.

Il n’est pas mauvais mais je ne vous conseillerais pas ce roman si vous voulez découvrir l’auteur!

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] Une douce odeur de pluie de Jojo Moyes

Une douce odeur de pluie

Résumé:

1953.
Le soir du couronnement de la reine Elizabeth II, la communauté britannique de Hong Kong se réunit. Pendant que tout le monde s’efforce de suivre la cérémonie sur une radio défectueuse, la jeune Joy tombe follement amoureuse. En 1980, sa fille Kate se rebelle et fuit l’Irlande avec Sabine, son enfant illégitime. Quinze ans plus tard, Kate envoie Sabine en vacances en Irlande chez ses grands-parents, Edward et Joy, qu’elle connaît à peine.
Lorsque Sabine, sa mère et sa grand-mère se retrouvent, un secret de famille profondément enfoui resurgit…

 

Mon avis:

On commence par les éternels remerciements pour NetGalley et les éditions Milady qui m’ont permis de lire ce roman.

Malheureusement, ce sera ma dernière lecture de l’auteur. J’ai commencé avec elle en lisant Avant toi dont j’ai eu un réel coup de coeur. Il fait d’ailleurs partie de mon top 3 encore aujourd’hui! J’ai donc voulu découvrir le reste des oeuvres de l’auteur mais si ce n’est la suite Après toi et Après tout, je n’ai apprécié aucun des autres de ses romans, c’est fou.

Avec Une douce odeur de pluie, il y a tellement de choses que je n’ai pas compris!!! On commence par suivre Joy lors des années 50 à Hong Kong et cette partie me plaisait pas mal bien que j’avais du mal à situer tout ça, étant une époque que je connais peu et une ville que je ne connais pas du tout mais j’étais bien tout de même. Puis tout a basculé lorsque l’on saute dans le futur et que l’on apprend à connaitre Kate et Sabine, fille et petite-fille de Joy.

Déjà j’ai eu du mal à m’attacher à elle deux donc ça ne facilite pas les choses et les interrogations n’ont fait que se succéder. Pourquoi Kate décide d’envoyer sa fille à des centaines de kilomètre d’elle, chez ses parents qu’elle déteste et que sa fille ne connait absolument pas??? J’espérais le comprendre mais même en ayant refermé le livre, je n’ai pas ma réponse.

Ensuite, on se retrouve essentiellement avec Sabine qui au fil des pages, m’énervait de plus en plus surtout lorsqu’elle fantasmait sur Tom (je crois que c’est son prénom ^^). Le type, il a l’âge d’être son père et elle, dès qu’elle le voit, limite elle le voudrait dans son lit. En soit ça arrive de fantasmer sur plus vieux que soi mais là, ça m’a profondément dérangé. Elle s’imagine tout un monde et en même temps fait sa capricieuse (dans sa tête bien sûr elle ne dévoile rien) s’il ne répond pas comme elle l’attend. C’était des scènes qui m’ont vraiment mise mal à l’aise jusqu’à la scène ultime où elle se dévoile un peu trop mais où l’auteur balaye ce moment et ne revient plus jamais dessus.

On continue, par l’histoire d’Annie qui est certes tragique et très touchante (c’est peut-être elle qui m’a le plus intéressée finalement) mais je ne comprends pas pourquoi l’auteur a voulu la placer ici. Qu’est ce qu’elle apporte à l’histoire de Joy, Kate et Sabine??? Peut-être le rapprochement entre elles mais je suis sûre qu’il y avait une autre façon de faire sans compliquer le récit avec ce destin parallèle.

Et je finis par la fin, c’est mieux me direz vous. Pour moi, elle est trop facile. Jojo Moyes ne se gêne pas pour nous balancer, une quantité folle de bombe tout au long de son roman. Bombes qui trouvent plus ou moins une finalité mais par contre la fin du roman est toute gentillette, tout le monde est heureux et on en parle plus. Et bien non, je ne suis pas convaincue.

Wahou, cela fait bien longtemps que je n’ai pas écrit un aussi long texte pour parler d’un roman. Bravo à ceux qui ont été jusqu’à la fin!!! C’est avec Une douce odeur de pluie que j’arrête ma « liaison » avec Jojo Moyes. Elle a su me faire flacher avec Lou et Will mais malheureusement ce sera tout.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] A la lumière du petit matin d’Agnès Martin-Lugand

A la lumière du petit matin

Résumé:

À l’approche de la quarantaine, Hortense se partage entre son métier de professeur de danse et sa liaison avec un homme marié. Elle se dit heureuse, pourtant elle devient spectatrice de sa vie et est peu à peu gagnée par un indicible vague à l’âme qu’elle refuse d’affronter. Jusqu’au jour où le destin la fait trébucher… Mais ce coup du sort n’est-il pas l’occasion de raviver la flamme intérieure qu’elle avait laissée s’éteindre ?

 

Mon avis:

Lorsque j’ai vu ce roman à la bibliothèque, je n’ai pas hésité longtemps pour l’emmener à la maison car pour moi Agnès Martin-Lugand est une valeur sûre.

Avec A la lumière du petit matin j’ai passé un super moment, c’est un livre tout doux. Encore une fois l’auteur nous raconte la vie, et souvent la remise en question de la vie, d’Hortense. Ce n’est pas toujours simple, il y a de la douleur, des larmes mais il y a aussi beaucoup d’émotions, de reconnaissance de soi, d’accomplissement!

Malheureusement je ne me suis pas attachée à Hortense comme habituellement avec les personnages de l’auteur. Mais la plume de l’auteur a balayé ce petit bémol. Je me sens tellement bien avec ses mots, elle me transmet énormément et rien que pour ça je vous conseil ce dernier roman et tous les autres.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] Quand la nuit devient jour de Sophie Jomain

quand la nuit devient jour

Résumé:

On m’a demandé un jour de définir ma douleur. Je sais dire ce que je ressens lorsque je m’enfonce une épine dans le pied, décrire l’échauffement d’une brûlure, parler des nœuds dans mon estomac quand j’ai trop mangé, de l’élancement lancinant d’une carie, mais je suis incapable d’expliquer ce qui me ronge de l’intérieur et qui me fait mal au-delà de toute souffrance que je connais déjà.
La dépression.
Ma faiblesse.
Le combat que je mène contre moi-même est sans fin, et personne n’est en mesure de m’aider. Dieu, la science, la médecine, même l’amour des miens a échoué. Ils m’ont perdue. Sans doute depuis le début.
J’ai vingt-neuf ans, je m’appelle Camille, je suis franco-belge, et je vais mourir dans trois mois.
Le 6 avril 2016.
Par euthanasie volontaire assistée.

 

Mon avis:

J’ai sorti ce roman de Sophie Jomain suite à un gage que j’ai eu avec le Challenge Lis ou je te punis que je fais sur Livr’addict.

Sans trop savoir pourquoi, j’espérais beaucoup de ce roman. Le sujet y est pour beaucoup je pense. Le suicide assisté est quelque chose que je défends et je trouvais cela très intéressant d’avoir un écrit dessus, bien que ce soit fictif, car ils sont rares.

Malheureusement, je ressors extrêmement mitigée face au roman de Sophie Jomain. Je ne remets absolument pas en cause sa plume, toujours aussi fluide et sympathique à lire, je ne remets pas en cause le sujet qui sans être trop détaillé, trop scientifique, est bien au centre de ce roman (bien que cela dévie un peu sur la fin, dommage).

Mon gros problème a été Camille. Mon Dieu que ce personnage m’a laissé insensible. Moi qui suis un coeur d’artichaut, une vraie éponge, je n’ai absolument pas adhéré à son désarroi, sa souffrance et vous conviendrez que pour ce roman sans ça, on passe à côté. Je connais assez peu finalement la maladie de la dépression mais là elle atteint un niveau qui est encore moins connu et je pense que cela m’a pas mal dérouté aussi.

Par contre a contrario, j’ai vécu un gros crush pour le personnage secondaire MArc. Je l’ai trouvé tellement doux, franc, humain et sensible. Cette homme m’a mis des papillons dans le ventre et j’ai presque enfin non c’est sur, j’ai été plus touché par ses paroles, ses actions que celles de Camille.

Et arrive la fin. Et c’est la qu’est ma plus grande déception, je dirais même frustration. Mais pourquoi Sophie Jomain a décidé de faire ça. Avec ce qu’elle a mis en place tout au long du roman, elle pouvait faire un happy end ou une fin plus tragique mais finalement, j’ai eu l’impression qu’elle n’a pris aucune décision. On ne sait pas! Je ne suis pas contre les fins ouvertes mais pas ici. On avait besoin de savoir ce qu’il advenait de Camille et de Marc. On attend cette fin avec impatience presque, et j’ai eu l’impression que l’auteur me la volé.

Bref malgré des points très positifs, la plume de l’auteur, le personnage de Marc, le courage d’évoquer ce sujet et cette maladie, le choix de l’auteur dans son histoire et Camille ont rendu ma lecture décevante et frustrante!

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] Le silence de Melodie de Sharon M. Draper

Le silence de Melodie

Résumé:

Quand j’ai eu deux ans, tous mes souvenirs avaient des mots, et tous mes mots avaient une signification.
Mais seulement dans ma tête.
Je n’ai jamais prononcé un seul mot. J’ai bientôt onze ans.

 

Mon avis:

J’ai sorti Le silence de Melodie de ma Pal grâce à StorieBooks qui me l’a choisi pour ma lecture de septembre du Dans ma Pal, tu choisis… Je suis contente de l’avoir sorti parce que le sujet me donnait très envie mais je ne sais pas, j’avais une petite réticence à le sortir.

Dans ce roman, l’auteur nous raconte les journées, le quotidien d’une jeune adolescente emmurée dans son corps avec un esprit qui marche à 100 à l’heure! Ce roman m’a fait mal. Ce que vit Melodie est vraiment dur. Cela commence avec ces adultes qui pensent tout savoir, qui se base sur des tests, des exercices pas forcément adaptés, qui pour certains ont un tact horrible. Et puis il y a les enfants qui ne sont vraiment pas tendres non plus. On a pas envie d’y croire mais pourtant c’est certain, les scènes décrites dans ce roman sont le quotidien des ados handicapés voire même pour les adultes. C’est vraiment affligeant de voir ça.

Pour autant, je ne me suis pas identifiée aux personnages vu leur âge. Pour cette raison , je me suis sentie assez étrangère à l’histoire. Pour moi, Le silence de Melodie est un excellent jeunesse qui fait prendre du recul mais il est peut-être un peu moins attrayant pour les adultes.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume