Avis

[Mavilyly] La vie inachevée d’Addison Stone d’Adèle Griffin

La vie inachevée d'Addison Stone

Editeur: Castelmore
Nombre de pages: 320
Prix: 9,99 euros (numérique)
Année de parution: 2015

 

Résumé:

Addison Stone est morte dans des circonstances mystérieuses : suicide ou meurtre ?

L’auteure endosse le rôle d’une journaliste qui veut faire la lumière sur la fin tragique de cette étoile filante. Tour à tour, elle interroge toutes les personnes qui ont croisé la route d’Addison : parents, professeurs, meilleure amie et ex-petits amis vont nous livrer leur portrait de la jeune artiste et de sa vie…

Ce portrait troublant est magnifiquement servi et enrichi par une iconographie foisonnante et une mise en page entièrement en quadrichromie.

 

Mon avis:

J’ai lu ce roman lors de l’épreuve des alliés du tournoi des élites organisé par le plib. Il m’a donc été choisi par mon binôme et je l’en remercie parce que malgré qu’il me faisait envie, je n’arrivais pas à le faire sortir de ma pal.

Malheureusement, je ne peux pas dire que j’ai apprécié ma lecture. Et pour être franche, j’ai été jusqu’au bout afin qu’il compte pour le challenge sinon je l’aurais abandonné en cours de route.

L’auteur choisi d’écrire son histoire en nous donnant le point de vue de beaucoup de personnages, ce qui est intéressant car on a une facette plutôt complète d’Addison Stone mais finalement on ne s’attache à personne et j’ai trouvé que cela cassait pas mal le rythme. En plus du fait que finalement le récit est plutôt plat, qu’il ne se passe pas grand chose, la lecture devient vite longuette.

Je ne dis pas que je l’aurais plus apprécié e format papier mais je pense que cela apporte un gros point positif. Le livre est accompagné de pas mal d’illustrations, phots, représentations de tableaux ect… qui en noir et blanc e rendent pas grand chose. Voir même on ne les voit pas du tout pour certains tableaux…

Et pour finir, j’ai été déçue par la fin. J’aurais aimé avoir une révélation choc mais non tout comme le récit, la fin est plate et sans grande saveur, c’est vraiment dommage. La vie inachevée d’Addison Stone sera un roman que j’aurais lu vite mais que finalement j’oublierais assez vite aussi.

Avis

[Mavilyly] Campus T1: Sur invitation de Kate Brian

Sur invitation
Editeur: Bayard jeunesse
Nombre de pages: 328 pages
Prix: 11.50 euros
Année de publication: 2008

 

Résumé:

L’avenir de Reed Brennan s’annonce aussi brillant que les deux carats de diamants aux oreilles de ses nouvelles colocataires. Admise à Easton, elle a accompli l’impossible : intégrer le cercle ‘très fermé’ des Billings.

Son nouveau statut suscite le respect et l’envie, et Reed va vite en faire les frais… Lors d’une soirée, quelqu’un prend des photos compromettantes d’elle et les utilise pour la faire chanter. Reed se trouve face un choix cruel : dénoncer les agissements des Billings, ou quitter l’Académie d’Easton.

Depuis la fugue de Thomas, Reed est désemparée. Une mystérieuse « fête de l’Héritage » se prépare à New York, avec des invités triés sur le volet. La rumeur dit que Thomas y fera une apparition. Reed n’est pas conviée, mais elle est prête à tout pour retrouver son amoureux…

 

Mon avis:

La lecture du premier tome remonte à très très loin… J’ai donc commencé ce tome 2 complètement dans le flou et franchement si ce n’était pas un des livre du challenge 12 personnes/12 livres pas sur qu’il serai sorti de ma PAL un jour ^^.

Je ne vais pas m’attarder car cette lecture a été vraiment compliqué pour moi. Je n’ai pas vraiment passé un bon moment avec elle. En ce qui concerne l’histoire, je n’ai pas grand chose à lire, elle reprend les codes des séries américaines que l’on peut connaitre. Des adolescents plus ou moins riches qui essayent de s’intégrer en se bouffant les uns, les autres.

Là où j’ai pas du tout apprécié ma lecture c’est le personnage principal qui montre une personnalité et prone un message que je n’ai pas du tout aimé surtout lorsque l’on sait que le roman est voué à être lu par des jeunes ado. Alors bien sûr la saga est vieille maintenant, on entendait pas autant parler du harcèlement peut-être mais tout de même.

Une jeune fille qui accepte d’être l’esclave de ses camarades de chambre et les défend en disant mais non elles ne font pas ça à mal ce sont mes amis, euh soit tu es excessivement naïve soit tu es c****… Et pour finir par elle-même utiliser un de ces camarades pour une raison débile. Bref, je suis vraiment énervée par ce qui est dit dans ce deuxième tome et il est clair que la saga s’arrêtera la bien que la pseudo enquête du roman m’intrigue…

Avis

[Mavilyly] 54 minutes de Marieke Nijkamp

54 minutes
Editeur: Hachette
Nombre de pages: 290 pages
Prix: 15.90 euros
Année de parution: 2017

 

Résumé:

Opportunity School, Alabama. Les élèves sont réunis pour écouter leur directrice. Mais lorsque le discours s’achève, l’un d’entre eux, Tyler Browne, verrouille les portes et tire sur la foule.

Commencent alors cinquante-quatre minutes de massacre, cinquante-quatre minutes glaçantes racontées dans les messages des victimes à leurs proches et par quatre élèves, à l’intérieur et à l’extérieur de la salle. Tous ont un lien avec Tyler : Claire, son ex-petite amie, Autumn, sa propre sœur, Sylvia, la petite amie d’Autumn et le frère de celle-ci, Thomas.

Cinquante-quatre minutes pendant lesquelles Tyler force ses otages terrorisés à l’écouter se plaindre. Il n’a jamais été aimé, ni par sa petite amie Claire, ni par son père violent et alcoolique, et encore moins par sa sœur Autumn, à laquelle il ne pardonne pas de vouloir partir à New York pour être danseuse.

Mais loin d’être une victime, Tyler est avant tout un psychopathe, qui assassine trente-neuf personnes.

 

Mon avis:

54 minutes n’est pas resté longtemps dans ma PAL, car Sylvie alias Storiebooks me l’a offert dans notre swap de Noël et on l’a lu en LC en janvier. Il avait une saveur particulière aussi car c’était le premier livre que je sortais de ma pal depuis le mois de novembre…

Malheureusement, il n’a pas atteints les attentes que j’avais mis en lui. Le sujet bien qu’un peu morbide m’intéresse beaucoup. Sans paraître complètement chelou, je suis hyper intriguée par ce qui peut se passer dans la tête des psychopathes, sociopathes, serial killers, ou encore preneur d’otages comme ici. J’attendais donc en lisant le roman de Marieke Nijkamp à ressentir des émotions, celles des victimes ou du psychopathe.

Malheureusement, je n’ai absolument rien ressenti pendant ma lecture. L’auteur choisi de mettre en avant beaucoup de personnages et je pense que c’était un peu trop et finalement cela a empêcher d’aller au fond des choses, au fond d’eux et enlever cette partie qui aurait rendu son récit plus fort, plus percutant.

Je suis complètement passée à côté de ce roman, beaucoup d’ennui et d’attentes non comblées.

 

Avis

[Mavilyly] Belle de gris de Ariel Holzl

Belle de gris
Editeur: Mnémos
Nombre de pages: 265 pages
Prix: 17 euros
Année de parution: 2017

 

Résumé:

Trois semaines séparent Tristabelle Carmine du Grand Bal de la Reine. Trois semaines pour trouver la robe de ses rêves, un masque, une nouvelle paire d’escarpins… et aussi un moyen d’entrer au Palais. Car Tristabelle n’a pas été invitée. Mais ça, c’est un détail. Tout comme les voix dans sa tête ou cette minuscule série de meurtres qui semble lui coller aux talons.

En tout cas, elle ne compte pas rater la fête. Quitte à écumer les bas-fonds surnaturels de Grisaille, frayer avec des criminels, travailler dans une morgue ou rejoindre un culte. S’il le faut, elle ira même jusqu’à tuer demander de l’aide à sa petite sœur. Car Tristabelle Carmine est une jeune femme débrouillarde, saine et équilibrée. Ne laissez pas ses rivales ou ses admirateurs éconduits vous convaincre du contraire. Ils sont juste jaloux. Surtout les morts.

 

Mon avis:

J’ai continué très rapidement sur cette saga assez rapidement vu que je les empruntais à la bibliothèque. Le problème de ne pas acheté souvent des romans et de commencer des sagas. Bref..

Avec ce deuxième tome, j’ai subi les montagnes russes. Comme pour le premier, j’ai adoré l’intrigue, certains personnages m’ont beaucoup plu, fait rire ou attendri mais malheureusement avec Tristabelle cela ne l’a pas fait du tout ^^.

Je conçois très bien que c’est un parti pris de l’auteur, que sans ce caractère une partie de l’histoire ne pourrait être mais franchement elle m’a tapé sur le système lol. Et malheureusement, je crois que pour moi lors d’une lecture c’est surtout les personnages qui doivent matcher avec moi à moins d’une histoire et/ou une plume exceptionnelle donc ça ne l’a pas fait.

Je ne pourtant pas rester la car je voulais la suite que j’ai lu très vite ensuite… car tout de même le reste m’a plu et les deux autres sœurs surtout.

Avis

[Mavilyly] The promised Neverland T1 de Kaiu Shirai & Posuka Demiku

the promised neverland 1
Editeur: Kaze
Nombre de pages: 192 pages
Prix: 6.89 euros
Année de parution: 2018

 

Résumé:

Emma, Norman et Ray coulent des jours heureux à l’orphelinat Grace Field House. Entourés de leurs petits frères et sœurs, ils s’épanouissent sous l’attention pleine de tendresse de « Maman », qu’ils considèrent comme leur véritable mère. Mais tout bascule le soir où ils découvrent l’abominable réalité qui se cache derrière la façade de leur vie paisible ! Ils doivent s’échapper, c’est une question de vie ou de mort !

 

Mon avis:

J’ai longtemps hésité à vous faire ou non cet avis. Comme vous le savez je suis très en retard sur mes chroniques et donc je ne vous parle pas ici de toutes mes lectures (la grande majorité quand même) contrairement à sur Insta.

Je me suis lancée dans ce manga car je voyais énormément de coup de coeur et on le voit vraiment partout. Je ne comptais pas l’acheter pour autant mais j’ai pu les emprunter donc… Je suis partie avec mes 3 tomes assez confiante tout comme lorsque je me suis lancée dans la lecture. A tel point que je n’avais pas lu le résumé ni ouvert pour voir l’intérieur ^^.

Et je dois vous avouer que je suis passée complètement à côté de ma lecture. Je ne peux pas dire que c’est mauvais, juste que ce n’est pas ce à quoi je m’attendais et que cela ne l’a pas fait avec moi. J’ai été déçue par les dessins qui ne me plaisaient pas et puis l’histoire m’a aussi surprise. Encore une fois, le fait de ne pas m’être renseigner dessus, je ne m’attendais pas à un manga fantastique donc j’ai été plutôt décontenancée.

Encore une fois, comme vous pouvez le voir, ce n’est pas l’oeuvre en elle-même que je remets en questions mais bien mon rapport avec lui.

Avis

[Mavilyly] Chanson douce de Leïla Slimani

Chanson douce
Editeur: Gallimard
Nombre de pages: 227 pages
Prix: 18 euros
Année de parution: 2016

 

Résumé:

Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l’affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu’au drame.

 

Mon avis:

C’est un pur hasard si j’ai lu ce roman. Je suis arrivée à un baby-sitting avec ma lecture en cours où il ne restait qu’une vingtaine de pages, pas suffisant pour me tenir toute la soirée. Je me suis donc permise de jeter un coup d’oeil à la bibliothèque des parents où j’ai trouvé Chanson douce dont j’avais tant et tant entendu parler.

Des avis que j’avais vu passer sur ce roman, j’avais retenu que c’était un récit choc, traumatisant et qui ne laisse pas indemne. Malheureusement, ce n’est pas ce que j’ai vécu en le lisant. Attention je ne dis pas que c’est une lecture facile mais je n’ai pas été aussi chamboulée que je le pensais et pourtant je suis sensible surtout quand cela concerne les enfants.

Je l’ai lu d’une traite et je ne peux pas nier que la plume de l’auteur rend son roman addictif car il est malsain dans le fond et que du coup on veut connaître l’enchaînement des événements. Comme je disais, j’ai été perturbée par cette relation parents/nounou surtout en tant que professionnelle de la petite enfance où on sait que la distance est la base. L’emprise que Louise met de plus en plus sur la famille sans que celle-ci s’en rende compte où du moins qu’elle s’y complaise fait assez froid dans le dos.

Par contre là où j’ai pêché, c’est la compréhension du geste final de Louise. Bien sûr, il est incompréhensible et indéfendable pour autant j’aurais aimer que l’auteur le rende moins flou, moins dans la folie. Après je me dis aussi que je suis peut-être passé à côté de quelque chose car je l’ai fini sur les coups des 1h du matin donc avec de la fatigue mais j’en suis ressorti avec un sentiment d’incomprehension et de questionnement persistant encore maintenant.

Je n’ai pas vraiment compris l’importance que ce roman a pris à l’époque si ce n’est pour la plume de l’auteur addictive et incisive…

Avis

[Mavilyly] Une saison au bord de l’eau de Jenny Colgan

Une saison au bord de l'eau
Editeur: Prisma
Nombre de pages:459 pages
Prix: 19.95 euros
Année de parution: 2018

 

Résumé:

Assistante juridique dans un cabinet d’avocats à Londres, Flora McKenzie était loin d’imaginer qu’il lui faudrait, pour son travail, retourner à Mure, l’île sur laquelle elle a grandi. Une île qu’elle a quittée avec perte et fracas après le décès brutal de sa mère, quelques années plus tôt. Quand elle arrive à Mure pour s’installer dans la ferme familiale, la jeune femme sent très vite qu’elle n’est pas la bienvenue. Les non-dits et les rancœurs du passé empoisonnent ses relations avec son père, ses frères, mais aussi avec la plupart des habitants du village. Jusqu’au jour où Flora tombe par hasard sur le vieux cahier de recettes de sa mère. En se plongeant dans ce carnet, elle se découvre une nouvelle passion pour la cuisine qui pourrait bien l’aider à se réconcilier avec sa famille et son île natale. Emportée par son élan gourmand, Flora décide de rénover une boutique sur le port dans l’espoir d’y ouvrir un restaurant éphémère…

 

Mon avis:

Je partais très confiante dans cette lecture. A plusieurs reprise, Stéphanie de la chaîne Pikiti bouquine parle de cette auteur avec des éloges et je l’ai emprunté à la bibliothèque. On ne m’en dit que du positif et rien à perdre donc, c’est parti.

Et quelle déception!! Je suis vraiment tombée de haut avec ce roman. Je vais d’abord vous dire ce que j’ai aimé cela va être rapide ^^. Tout est concentré sur une île (inventée par l’auteur malheureusement) écossaise qui m’a fait rêver. Les deux pays que l’on espère visiter dans un futur proche avec le Chéri sont l’Irlande et l’Ecosse. Je suis tombée amoureuse des paysages que l’auteur décrit, un bonheur. Et il y a aussi les mythes et croyances évoquées dans le roman notamment les selkies. Il va vraiment falloir que je me penche sur le livre L’Edda que je me suis offert et ainsi que sur d’autres écrits sur ces légendes/croyances des pays nordiques, ça me passionne.

Maintenant en ce qui concerne le reste, l’histoire et les personnages, je suis restée assez indifférente et c’est très problématique, on va se le cacher… En plus d’une certaine lenteur dans le récit qui entraîne des longueurs, les personnages m’ont pour la plupart énervé surtout Flora et ses indécisions.

Mais ce qui m’a le plus gênée dans ma lecture, c’est ces moments où j’avais l’impression que l’auteur nous écrivait des dialogues ou des scènes qui ne collaient pas, ils arrivaient comme un cheveu sur la soupe. J’ai du mal à expliquer mais part moment j’avais l’impression que certains passages avaient été supprimés et du coup qu’il n’y avait plus de liaison entre deux paragraphes… Alors peut-être que le fait de ne pas être à fond dans le récit est une explication mais pas seulement car dans certains cas , je revenais en arrière mais même ainsi ça me choquait tout autant.

J’ai été vraiment déçue par ce roman parce que je pensais lire un roman typique d’été sans prise de tête mais pour moi il n’a pas été fluide et trop de point négatifs. Et ce triangle amoureux qui n’a pas lieux d’être et qui est carrément mal fait, on en parle? Bref, malheureusement, à cause de cette mauvaise expérience, je ne compte pas découvrir plus l’auteur…