Avis

[Mavilyly] La déferlante de Lily Haime

La déferlante

Editeur: Mxm Bookmark
Nombre de pages: 454 pages
Prix: 20 euros
Année de parution: 2016

 

Résumé:

« C’est avant tout une histoire entre l’homme et la mer ; entre le cœur et les vagues. » Lill surfe depuis qu’il sait marcher. Il adore Malibu, cette vie entre le sable et l’eau ; son père et ses amis, la tranquillité de son quotidien. Tout pourrait être parfait, sans remous et sans houle, si Lara, sa grande sœur, n’avait pas débarqué de New York quelques années plus tôt. Si elle n’était pas comme un rappel constant que Diane, leur mère, n’a jamais voulu de lui. Quand il regarde Lara, Lill a l’impression de ne pas être « assez »… Un sentiment qui le hante depuis son plus jeune âge. Un sentiment qu’il voudrait ignorer mais qui tourne dans sa tête – dans son cœur – de plus en plus vite lorsqu’il rencontre le petit ami de Lara. Aidan… Aidan qu’il aimerait détester, mais par qui il ne peut s’empêcher d’être intrigué. Aidan qui le met mal à l’aise, qui le regarde et qui le voit vraiment. Aidan qui sera là à l’aube des plus beaux jours. Au crépuscule des plus sombres… « C’est une histoire entre l’océan et moi. »

 

Mon avis:

Quel plaisir de retrouver les mots et les histoires de Lily Haime, elle fait partie de mes auteurs chouchous. J’ai lu celui-ci avec le book club de Maude sur Insta.

Comme d’habitude, l’auteur nous offre des personnages très puissants, des émotions fortes, et une histoire pleine de sentiments et avec l’amour au centre. Quand je parle d’amour c’est toute sorte d’amour, le « amoureux », l’amitié, le familial…

J’ai été transportée par cette lecture et pourtant ce n’était pas gagné. Je suis angoissée par l’eau et cette histoire tourne autour du surf donc ce n’était pas censée me parler. Mais voila Lily Haime a réussi à me donner envie de tester cette pratique, bon pas sûr de passr à l’acte mais tout de même.

C’est le genre de lecture où je suis bien. Je m’attache tout de suite aux personnages, je vis les émotions fortes, je pleure, je ris et une fois commencé, on a pas envie de le refermer.

Je vous conseille très fortement cette lecture, et cette auteur.

 

Avis

[Mavilyly] Résilience de Julia M. Tean

Résilience

Editeur: Rebelle
Nombre de pages: 147 pages
Prix: 10 euros
Année de parution: 2016

 

Résumé:

Pour ses dix-neuf ans, Vincent s’est offert un parricide. Il a tué son bourreau. Mais peut-on vraiment se libérer de l’emprise du Mal ? Peut-on se reconstruire après avoir subi le pire ? Incarcéré, Vincent doit affronter ses démons, apprendre à se connaître et s’accepter… pour atteindre la délivrance, sa résilience.

 

Mon avis:

Merci à Storiebooks qui m’a permis de lire ce roman qui a un résumé qui m’intriguait tellement… J’étais si curieuse de voir comment l’auteur allait parler du parricide, et je n’ai pas été déçue ^^.

Vu le sujet, on se doute que ce ne sera pas une lecture simple mais je ne m’attendais pas à cette dureté tout de même. On ne la retrouve pas seulement dans l’intrigue mais aussi dans la plume de l’auteur. Elle donne une puissance encore plus forte à son récit en choisissant bien ses mots et sa plume intransigeante.

Je mets un petit bémol avec un duo de personnage qui m’a fait un peu tiqué mais pour en avoir discuté avec Valou de ma chaîne Un temps pour elle, elle cela ne l’a pas du tout dérangé donc c’est quelque chose de personnel. Malheureusement, je dois rester dans le flou.

Par contre, la fin a ce qui a fini de me convaincre. L’auteur aurait pu choisir une fin tout autre mais j’ai complètement adhérer à sa décision. Et je dirais même que j’aurais été déçue si elle avait été différente.

Je vous recommande cette lecture en vous mettant en garde tout de même, certaines scènes sont assez hard donc à faire attention à qui le lit et si vous vous sentez assez blindé ^^.

Avis

[Mavilyly]Mon désir le plus ardent de Pete Fromm

Mon désir le plus ardent

Editeur: Gallmeister
Nombre de pages: 288 pages
Prix: 9.20 euros
Année de parution: 2019

 

Résumé:

Maddy s’était juré de ne jamais sortir avec un garçon du même âge qu’elle, encore moins avec un guide de rivière. Mais voilà Dalt, et il est parfait. À vingt ans, Maddy et Dalt s’embarquent dans une histoire d’amour qui durera toute leur vie. Mariés sur les berges de la Buffalo Fork, dans le Wyoming, devenus tous deux guides de pêche, ils vivent leur passion à cent à l’heure et fondent leur entreprise de rafting dans l’Oregon. Mais lorsque Maddy, frappée de vertiges, apprend qu’elle est enceinte et se voit en même temps diagnostiquer une sclérose en plaques, le couple se rend compte que l’aventure ne fait que commencer.

Mon désir le plus ardent est le portrait d’un couple ancré dans le temps présent qui affronte avec courage et humour les épreuves de la vie. Avec sa voix pleine d’énergie, tout à la fois drôle et romantique, Pete Fromm nous offre une histoire d’amour inoubliable.

 

Mon avis:

Je vais commencer par remercier Angélique qui m’a fait découvrir ce roman en me l’offrant. Un grand merci car Mon désir le plus ardent est un coup de coeur.

J’ai eu très peur au début car la plume est plutôt monotone, assez distante et j’avais du mal à rentrer dedans mais une fois les personnages bien mis en place ainsi que leur histoire, mon coeur a succombé. Et finalement cette linéarité dans l’écriture laisse toute la place aux personnages de Maddy et Dalton et surtout leur amour magique.

Avec ce roman on voyage autant dans les paysages, les lieux mais aussi dans l’univers et la façon de penser de nos tourtereaux. Une idéologie qui m’a beaucoup plu et qui m’a vraiment marqué. La plupart des couples dans les romans sont explosifs, très lumineux mais eux c’est tout le contraire. Sur insta, je les ai qualifié de lunaire et c’est bien cela. Ils irradient aussi mais plus discrètement et le plus souvent pour eux-mêmes.

Ce roman est une ode à l’amour sans artifice, sans ce besoin de je t’aime, moi non plus ou au contraire cette passion déchirante. Bien sûr ce que Pete Fromm dans cette histoire est loin d’être tout rose et j’ai versé beaucoup de larmes mais je n’ai pas vécu tout cela de la même manière que les autres romances. Oui c’est poignant, oui c’est dur mais c’est fait dans la simplicité et une pudeur remarquable.

A faire cette chronique longtemps après avoir fini le roman me donne envie de m’y replonger très vite. Je vous le recommande chaudement vraiment que vous aimiez la romance ou non car elle est au centre mais sans prendre toute la place. Tout est tellement bien imbriqué que rien ne prend le pli sur le reste.

Sinon je ne connaissais pas cette maison d’édition et vous?

 

coup_de_coeur

 

Avis

[Mavilyly] Le seuil de Fanny Vella

Le seuil
Editeur: Big Pepper
Nombre de pages: 126 pages
Prix: 17 euros
Année de parution: 2020

 

Résumé

Camille, une jeune femme pétillante, est empêtrée dans une relation toxique.
Au seuil d’un nouveau départ, saura-t-elle saisir les mains qui lui sont tendues?

Mon avis:

Alerte PEPITE!!!!

Voila tout est dit ^^. Non je vais essayer de détailler un peu mais vraiment tout est bon dans cette bande-dessinée et j’aimerais qu’elle soit lue par tous à partir de 16-17 ans, filles, garçon, transgenre, bref tout le monde.

Fanny Vella aborde le sujet des relations toxiques dans cet ouvrage avec les violences morales et physiques qui vont avec. J’ai commencé à découvrir cette BD sur Insta et j’ai été très contente lorsque l’illustratrice a trouvé une maison d’édition pour l’accompagner. J’ai participé avec plaisir à la campagne Ulule pour la voir publiée.

Vu son thème principal, forcément ce n’est pas une lecture que l’on fait avec le sourire en continu. Elle est grave et dure, très dure par moment mais malgré tout Fanny Vella y distille suffisamment d’amour et d’espoir pour pouvoir montrer toutes les facettes de la vie. J’ai lu d’une traite et j’en suis ressortie vraiment chamboulée. J’en ai même parlé sur mes comptes perso parce que je veux vraiment que ce soit lu et relu un maximum…

Lorsque je dis qu’il faut que ce soit lu par tous c’est que non seulement elle parlera aux personnes vivant cette situation, ils s’y reconnaîtront, y trouveront peut-être un peu de réconfort qui leur permettra de rebondir mais elle est aussi importante pour les autres. Fanny Vella passe un message très fort pour moi à ceux qui entourent les personnes qui subissent de la violence. Elle prône la main tendue et surtout la patience. Elle met un point d’honneur à dire que l’aide que l’on veut donner n’arrive peut-être pas au bon moment, les gens ne la prendront pas dans l’instant mais pour autant il faut la laisser tendue et attendre qu’ils soient prêts à nous la prendre.

Je compte me relire cette bande-dessinée dans très peu de temps et je pense le faire très régulièrement.

 

coup_de_coeur

Avis

[Mavilyly] La route de Cormac McCarthy

La route
Editeur: Points
Nombre de pages: 251 pages
Prix: 7 euros
Année de parution: 2008

 

Résumé:

L’apocalypse a eu lieu. Le monde est dévasté, couvert de cendres. Un père et son fils errent sur une route, poussant un caddie rempli d’objets hétéroclites et de vieilles couvertures. Ils sont sur leurs gardes car le danger peut surgir à tout moment. Ils affrontent la pluie, la neige, le froid. Et ce qui reste d’une humanité retournée à la barbarie.

 

Mon avis:

C’est à plusieurs reprises, lors de challenge souvent, que je sortais ce roman de ma PAL mais il y revenait autant de fois. Il me faisait peur. Il est encensé par la critique d’une part et sa mise en page ù on peut voir peu de dialogue d’autre part m’impressionnaient. Je l’ai finalement lu lors d’un énième challenge, le bemybookfriend organisé sur Insta par Pauline du compte Patratas.

Je suis très contente de l’avoir lu et d’avoir dépassé mon appréhension. L’histoire est sympa et très prometteuse mais malheureusement, j’ai retiré beaucoup trop de négatif de ce livre pour l’apprécier réellement.

La première chose est que l’auteur fait le choix d’en dire très peu sur le contexte (pays, période, année…) mais aussi sur les personnages. On ne connaît pas leurs prénoms, leur âge, leur vie avant la catastrophe… Même le monde post-apo n’est pas réellement défini, on ne sait de qui les personnages ont peur ni comment ces « choses » sont arrivées. Bref beaucoup trop de questionnement pour s’attacher aux personnages et pouvoir s’imaginer l’histoire dans sa globalité.

En plus de cela, la fin ne m’a pas du tout plu. Comme je disais on a déjà beaucoup de questions qui restent sans réponse et avec les dernières pages, j’avais qu’une envie c’est demander à l’auteur « Et ensuite? ». Elle est trop brutale, il nous lâche d’un coup et j’ai vraiment pas aimé.

Par contre, je dois dire que malgré le peu de dialogues, la lecture se fait facilement et on  pas l’impression d’ingurgiter une brique sèche de mots. Je comprends totalement qu’il est pu plaire aux lecteurs adeptes du genre car il apporte une vraie originalité je pense mais avec moi cela ne l’a pas fait…

Avis

[Mavilyly] Les écorchés T1: Ruine de Tillie Cole

Ruine
Editeur: Milady
Nombre de pages: 442 pages
Prix: 16.90 euros
Année de parution: 2017

 

Résumé:

Kisa est la fille du chef de la mafia russe de New York qui tient le Donjon – un ring clandestin – et la fiancée d’Alik, un tueur endurci. Un jour, elle croise par hasard un sans-abris couvert de tatouages et de cicatrices qui éveille en elle des sentiments inconnus. Quelque temps plus tard, elle le revoit en train de combattre au Donjon. Alors qu’il sème la peur et la mort sur son passage, Kisa brûle de désir pour cet homme que tout le monde appelle Ruine. Mais celui-ci poursuit un but ignoré de tous : il recherche celui qui lui a volé sa vie et souhaite assouvir sa vengeance qu’il attend depuis de trop longues années…

 

Mon avis:

Cela fait un bout de temps que je veux découvrir cette saga. Je me laissée convaincre par l’auteur déjà, dont j’ai lu deux romans qui ont été des coups de coeur ou très bonne lecture. Mais je voulais aussi voir ce qu’elle pouvait écrire pour les adultes et en plus avec une romance très torturée. C’est clairement différent de Mille baisers pour un garçon ou encore Love crescendo.

J’ai mis un peu de temps à me faire à cette lecture. Je savais à peu près dans quoi je m’engageais et je savais que je ne serais pas dans du young-adult mais quand l’auteur nous donne du sexe hardos dès la première ligne ça choque et surprend grandement ^^. Il m’a fallu finalement quelques pages pour contrer ce premier ressenti et après les choses se sont fait facilement.

J’ai traversé pas mal d’émotions avec ce premier tome. Je ne peux pas vous cacher que j’ai été à plusieurs reprise mal à l’aise pendant la première partie du roman. Tillie Cole nous dépeint une romance qui n’en ai pas une pour moi, elle est ponctué d’humiliation et de violence impossible à comprendre et à soutenir pour la femme que je suis. Pour autant, même si on a du mal à comprendre Kisa, je l’appréciais et j’essayais de garder en tête qu’elle vit dans un milieu très particulier, la mafia russe. Malgré tout, certains passages sont franchement horrible et je mets un gros warning…

La lecture s’adoucit un peu au fil des pages même si la violence fait partie intégrante de l’histoire. Je me suis très vite attachée au personnage du sans-abri et bien que j’ai deviné assez vite certaines choses, la lecture a été addictive et une fois terminé, on veut la suite.

Encore une fois, il faut être préparé lorsque l’on commence cette lecture. Le lecteur doit avoir le coeur bien accroché mais si c’est votre cas et que vous aimez les romances très compliquées, allez-y.

Avis

[Mavilyly] Les nocturnes de Tess Cornac #PLIB2020

Les nocturnes
Editeur: Lynks
Nombre de pages: 270 pages
Prix: 16.90 euros
Année de parution: 2019

 

Résumé:

125 Rouges. 125 Verts. 250 amnésiques. Et combien de Nocturnes ?

Nous avons cherché par tous les moyens à découvrir pourquoi nous étions enfermés ici. Si seulement nous avions su… Aurions-nous quand même été jusqu’au bout ?
Nous avons cherché par tous les moyens à découvrir pourquoi nous étions enfermés ici. Si seulement nous avions su… Aurions-nous quand même été jusqu’au bout ?

Un nom, un bloc, une couleur d’uniforme : Rouge ou Vert. Ce sont les seules informations dont disposent les deux-cent-cinquante pensionnaires de la Croix d’If, entrés dans l’institut sans le moindre souvenir et sans opportunité de sortir.
Natt Käfig est un Rouge du bloc 3A. Il est le dernier à avoir vu Laura, une Verte, avant sa mystérieuse disparition. Il se fait approcher par un groupe d’élèves… Qui sont ces  » Nocturnes  » qui ont besoin de son aide et qui pensent que Laura avait découvert les raisons de leur présence dans l’institut ? Rouges et Verts vont devoir collaborer pour percer le secret de la Croix d’If et échapper à l’administration. Y parviendront-ils en apprenant qu’ils sont prisonniers pour des motifs différents ?

Mon avis:

Cela fait quelques temps que j’ai terminé cette lecture maintenant et mon avis n’a fait qu’évoluer depuis.

Je suis ressortie de ce roman perplexe, avec un sentiment un peu bizarre surtout à cause des personnages auxquels je me suis vite attachés et qui ont vraiment pris vie dans ma tête mais qui avaient des attitudes que je ne comprenais pas ou peu. Je ne sais pas ce que je serais ni commet j’agirais dans leur situation, c’est vrai, mais au moment de la lecture, il était difficile pour moi d’être en accord avec eux.

J’ai été profondément intéressée par les questions que l’auteur pose dans son récit. Et c’est d’ailleurs les réflexions que j’ai eu ensuite qui ont fait changé mon point de vue sur ma lecture. Tess Cornac évoque la mémoire, les souvenirs et leurs façon de nous façonner. Est-ce que nous naissons gentils ou méchants? Est-ce qu’on le devient à cause de ce que l’on vit.? Est ce que si l’amnésie nous touche peut-on changer radicalement de vie et de façon de penser? Et encore est-ce que les actes et propos des gens qui nous entourent peuvent nous faire changer totalement?

Bref, cela a foisonné en moi. Et encore je ne vous pose pas toutes les questions. Pour certaines, j’ai mon opinion mais pour la majorité, je serais incapable d’être catégorique. J’aime ces romans qu certes sont là pour nous divertir mais aussi pour nous faire réfléchir. On est à une ère qui fait que les humains pensent savoir mieux que chacun de ses voisins et où on a du mal à écouter l’autre donc j’aime me remettre en question et garder en tête que finalement rien n’est tout noir ou tout blanc.

Bien qu’il ne fasse pas partie des 5 finalistes, il était dans les miens et je ne regrette absolument pas mon choix car c’est le genre de roman dont j’ai envie de parler et une fois lancée, je pourrais le faire pendant des heures.

 

Pour le PLIB: #ISBN9791097434274

Avis

[Mavilyly] 54 minutes de Marieke Nijkamp

54 minutes
Editeur: Hachette
Nombre de pages: 290 pages
Prix: 15.90 euros
Année de parution: 2017

 

Résumé:

Opportunity School, Alabama. Les élèves sont réunis pour écouter leur directrice. Mais lorsque le discours s’achève, l’un d’entre eux, Tyler Browne, verrouille les portes et tire sur la foule.

Commencent alors cinquante-quatre minutes de massacre, cinquante-quatre minutes glaçantes racontées dans les messages des victimes à leurs proches et par quatre élèves, à l’intérieur et à l’extérieur de la salle. Tous ont un lien avec Tyler : Claire, son ex-petite amie, Autumn, sa propre sœur, Sylvia, la petite amie d’Autumn et le frère de celle-ci, Thomas.

Cinquante-quatre minutes pendant lesquelles Tyler force ses otages terrorisés à l’écouter se plaindre. Il n’a jamais été aimé, ni par sa petite amie Claire, ni par son père violent et alcoolique, et encore moins par sa sœur Autumn, à laquelle il ne pardonne pas de vouloir partir à New York pour être danseuse.

Mais loin d’être une victime, Tyler est avant tout un psychopathe, qui assassine trente-neuf personnes.

 

Mon avis:

54 minutes n’est pas resté longtemps dans ma PAL, car Sylvie alias Storiebooks me l’a offert dans notre swap de Noël et on l’a lu en LC en janvier. Il avait une saveur particulière aussi car c’était le premier livre que je sortais de ma pal depuis le mois de novembre…

Malheureusement, il n’a pas atteints les attentes que j’avais mis en lui. Le sujet bien qu’un peu morbide m’intéresse beaucoup. Sans paraître complètement chelou, je suis hyper intriguée par ce qui peut se passer dans la tête des psychopathes, sociopathes, serial killers, ou encore preneur d’otages comme ici. J’attendais donc en lisant le roman de Marieke Nijkamp à ressentir des émotions, celles des victimes ou du psychopathe.

Malheureusement, je n’ai absolument rien ressenti pendant ma lecture. L’auteur choisi de mettre en avant beaucoup de personnages et je pense que c’était un peu trop et finalement cela a empêcher d’aller au fond des choses, au fond d’eux et enlever cette partie qui aurait rendu son récit plus fort, plus percutant.

Je suis complètement passée à côté de ce roman, beaucoup d’ennui et d’attentes non comblées.

 

Avis

[Mavilyly] Speak de Emily Carroll

Speak
Editeur: Rue de Sèvres
Nombre de pages: 376 pages
Année de publication: 2019
Prix: 20 euros

 

Résumé:

Melinda a 15 ans. Ce soir d’été, au beau milieu d’une fête, la jeune fille est victime d’un drame. Elle appelle la police. Personne ne saura jamais pourquoi elle a lancé cet appel, ni ce qu’il lui est arrivé cette nuit-là. Tout simplement parce que Melinda, murée dans son silence, ne parvient pas à l’exprimer.

 

Mon avis:

Encore un ouvrage que j’avais reporté à sa suite sur la chaîne de Pikiti il me semble mais je suis très frileuse à acheter les BD ou romans graphiques car je ne suis pas encore assez active pendant mes lectures et leur prix me refroidit la plupart du temps ^^.

J’étais contente de le trouver à la bibliothèque afin de pouvoir le découvrir et j’étais presque sûre d’aimer cette lecture. Comme je vous le disais, je lis assez peu d’oeuvre graphique même si elles sont plus nombreuses en ce moment donc j’ai toujours du mal à trouver le moment pour lire ce genre. J’ai tout le temps l’impression que cela doit me permettre de combler du temps mais il faut que je sois vraiment posée parce que cela me demande plus de concentration qu’un roman. Il a donc traîné un peu avant que je me lance.

Je suis assez mitigée quant à cette lecture car j’ai fortement apprécié la façon dont l’auteur décide d’évoquer le sujet du viol mais j’ai été gênée par certaines petites choses.

J’ai aimé que l’auteur ne nous parle pas de l’acte en lui-même mais des conséquences qu’il a sur cette jeune fille et son entourage dans l’ignorance. Que ce soit grâce aux dessins, à la décision de mettre cette histoire en noir et blanc ou encore le texte, l’auteur nous retranscrit très bien les émotions du personnage et surtout ses réflexions face à ce qui lui est arrivé et ce que cela implique.

J’avoue avoir été décontenancée face au mutisme du personnage qui n’est pas total et donc légèrement incompréhensible pour moi, mais malgré tout, j’ai passé un bon moment. C’est une histoire qui mérite d’être lu vu son sujet et sa « beauté ».

 

Avis

[Mavilyly] Chanson douce de Leïla Slimani

Chanson douce
Editeur: Gallimard
Nombre de pages: 227 pages
Prix: 18 euros
Année de parution: 2016

 

Résumé:

Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l’affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu’au drame.

 

Mon avis:

C’est un pur hasard si j’ai lu ce roman. Je suis arrivée à un baby-sitting avec ma lecture en cours où il ne restait qu’une vingtaine de pages, pas suffisant pour me tenir toute la soirée. Je me suis donc permise de jeter un coup d’oeil à la bibliothèque des parents où j’ai trouvé Chanson douce dont j’avais tant et tant entendu parler.

Des avis que j’avais vu passer sur ce roman, j’avais retenu que c’était un récit choc, traumatisant et qui ne laisse pas indemne. Malheureusement, ce n’est pas ce que j’ai vécu en le lisant. Attention je ne dis pas que c’est une lecture facile mais je n’ai pas été aussi chamboulée que je le pensais et pourtant je suis sensible surtout quand cela concerne les enfants.

Je l’ai lu d’une traite et je ne peux pas nier que la plume de l’auteur rend son roman addictif car il est malsain dans le fond et que du coup on veut connaître l’enchaînement des événements. Comme je disais, j’ai été perturbée par cette relation parents/nounou surtout en tant que professionnelle de la petite enfance où on sait que la distance est la base. L’emprise que Louise met de plus en plus sur la famille sans que celle-ci s’en rende compte où du moins qu’elle s’y complaise fait assez froid dans le dos.

Par contre là où j’ai pêché, c’est la compréhension du geste final de Louise. Bien sûr, il est incompréhensible et indéfendable pour autant j’aurais aimer que l’auteur le rende moins flou, moins dans la folie. Après je me dis aussi que je suis peut-être passé à côté de quelque chose car je l’ai fini sur les coups des 1h du matin donc avec de la fatigue mais j’en suis ressorti avec un sentiment d’incomprehension et de questionnement persistant encore maintenant.

Je n’ai pas vraiment compris l’importance que ce roman a pris à l’époque si ce n’est pour la plume de l’auteur addictive et incisive…