Avis

[Mavilyly] La vie inachevée d’Addison Stone d’Adèle Griffin

La vie inachevée d'Addison Stone

Editeur: Castelmore
Nombre de pages: 320
Prix: 9,99 euros (numérique)
Année de parution: 2015

 

Résumé:

Addison Stone est morte dans des circonstances mystérieuses : suicide ou meurtre ?

L’auteure endosse le rôle d’une journaliste qui veut faire la lumière sur la fin tragique de cette étoile filante. Tour à tour, elle interroge toutes les personnes qui ont croisé la route d’Addison : parents, professeurs, meilleure amie et ex-petits amis vont nous livrer leur portrait de la jeune artiste et de sa vie…

Ce portrait troublant est magnifiquement servi et enrichi par une iconographie foisonnante et une mise en page entièrement en quadrichromie.

 

Mon avis:

J’ai lu ce roman lors de l’épreuve des alliés du tournoi des élites organisé par le plib. Il m’a donc été choisi par mon binôme et je l’en remercie parce que malgré qu’il me faisait envie, je n’arrivais pas à le faire sortir de ma pal.

Malheureusement, je ne peux pas dire que j’ai apprécié ma lecture. Et pour être franche, j’ai été jusqu’au bout afin qu’il compte pour le challenge sinon je l’aurais abandonné en cours de route.

L’auteur choisi d’écrire son histoire en nous donnant le point de vue de beaucoup de personnages, ce qui est intéressant car on a une facette plutôt complète d’Addison Stone mais finalement on ne s’attache à personne et j’ai trouvé que cela cassait pas mal le rythme. En plus du fait que finalement le récit est plutôt plat, qu’il ne se passe pas grand chose, la lecture devient vite longuette.

Je ne dis pas que je l’aurais plus apprécié e format papier mais je pense que cela apporte un gros point positif. Le livre est accompagné de pas mal d’illustrations, phots, représentations de tableaux ect… qui en noir et blanc e rendent pas grand chose. Voir même on ne les voit pas du tout pour certains tableaux…

Et pour finir, j’ai été déçue par la fin. J’aurais aimé avoir une révélation choc mais non tout comme le récit, la fin est plate et sans grande saveur, c’est vraiment dommage. La vie inachevée d’Addison Stone sera un roman que j’aurais lu vite mais que finalement j’oublierais assez vite aussi.

Avis

[Mavilyly] Les écorchés T1: Ruine de Tillie Cole

Ruine
Editeur: Milady
Nombre de pages: 442 pages
Prix: 16.90 euros
Année de parution: 2017

 

Résumé:

Kisa est la fille du chef de la mafia russe de New York qui tient le Donjon – un ring clandestin – et la fiancée d’Alik, un tueur endurci. Un jour, elle croise par hasard un sans-abris couvert de tatouages et de cicatrices qui éveille en elle des sentiments inconnus. Quelque temps plus tard, elle le revoit en train de combattre au Donjon. Alors qu’il sème la peur et la mort sur son passage, Kisa brûle de désir pour cet homme que tout le monde appelle Ruine. Mais celui-ci poursuit un but ignoré de tous : il recherche celui qui lui a volé sa vie et souhaite assouvir sa vengeance qu’il attend depuis de trop longues années…

 

Mon avis:

Cela fait un bout de temps que je veux découvrir cette saga. Je me laissée convaincre par l’auteur déjà, dont j’ai lu deux romans qui ont été des coups de coeur ou très bonne lecture. Mais je voulais aussi voir ce qu’elle pouvait écrire pour les adultes et en plus avec une romance très torturée. C’est clairement différent de Mille baisers pour un garçon ou encore Love crescendo.

J’ai mis un peu de temps à me faire à cette lecture. Je savais à peu près dans quoi je m’engageais et je savais que je ne serais pas dans du young-adult mais quand l’auteur nous donne du sexe hardos dès la première ligne ça choque et surprend grandement ^^. Il m’a fallu finalement quelques pages pour contrer ce premier ressenti et après les choses se sont fait facilement.

J’ai traversé pas mal d’émotions avec ce premier tome. Je ne peux pas vous cacher que j’ai été à plusieurs reprise mal à l’aise pendant la première partie du roman. Tillie Cole nous dépeint une romance qui n’en ai pas une pour moi, elle est ponctué d’humiliation et de violence impossible à comprendre et à soutenir pour la femme que je suis. Pour autant, même si on a du mal à comprendre Kisa, je l’appréciais et j’essayais de garder en tête qu’elle vit dans un milieu très particulier, la mafia russe. Malgré tout, certains passages sont franchement horrible et je mets un gros warning…

La lecture s’adoucit un peu au fil des pages même si la violence fait partie intégrante de l’histoire. Je me suis très vite attachée au personnage du sans-abri et bien que j’ai deviné assez vite certaines choses, la lecture a été addictive et une fois terminé, on veut la suite.

Encore une fois, il faut être préparé lorsque l’on commence cette lecture. Le lecteur doit avoir le coeur bien accroché mais si c’est votre cas et que vous aimez les romances très compliquées, allez-y.

Avis

[Mavilyly] 14-14 de Paul Beorn et Silène Edgar

14-14
Editeur: Castelmore
Nombre de pages: 349 pages
Prix: 10.90 euros
Année de parution: 2014

Résumé:

Hadrien et Adrien, deux garçons de 13 ans, habitent à quelques kilomètres l’un de l’autre en Picardie. Tous deux connaissent des problèmes à l’école, des troubles sentimentaux, des litiges avec leurs parents. Une seule chose les sépare : un siècle. Leurs destins vont se mêler et une faille temporelle leur permet d’échanger du courrier…

 

Mon avis:

J’ai passé un agréable moment avec cette lecture. Elle se lit facilement et est intéressante dans son ensemble.

Je me suis assez facilement immergée dans l’histoire et j’ai bien aimé les personnages. Malgré tout, je ne garderais pas un souvenirs impérissable de ma lecture. J’ai été un peu déçue de ne pas être en plein conflit de 1914 mais légèrement avant. C’est pourtant très intéressant de voir la comparaison entre la vie d’un ado en 1914 et 2014 mais je ne m’attendais pas à ça.

Et pour finir, j’avoue que j’aurais aimé avoir un petit épilogue au moins pour un des personnages. Je suis restée quelque peu sur ma fin.

Pour autant, je recommande cette lecture qui est une belle porte d’ouverte sur notre Histoire…

Avis

[Mavilyly] The Hate U Give de Angie Thomas

The hate u give
Editeur: Nathan
Nombre de pages: 488 pages
Prix: 17.95 euros
Année de parution: 2018

 

Résumé:

Starr a seize ans, elle est noire et vit dans un quartier difficile, rythmé par les guerres entre gangs, la drogue et les descentes de police.
Tous les jours, elle rejoint son lycée blanc situé dans une banlieue chic ; tous les jours, elle fait le grand écart entre ses deux vies, ses deux mondes.
Mais tout vole en éclats le soir où son ami d’enfance Khalil est tué. Sous ses yeux, de trois balles dans le dos. Par un policier trop nerveux. Starr est la seule témoin. Et tandis que son quartier s’embrase, tandis que la police cherche à enterrer l’affaire, tandis que les gangs font pression sur elle pour qu’elle se taise, Starr va apprendre à surmonter son deuil et sa colère ; et à redresser la tête.

 

Mon avis:

J’ai tellement envie de vous parler de ce roman et en même temps j’appréhende grandement cet article. Ce que j’ai vécu avec le récit et les personnages de The Hate U Give a été puissant et terriblement compliqué à expliquer.

Après m’être habitué au style narratif qui est un argot que l’on associe aux quartiers/cités, j’ai eu beaucoup de mal à sortir mon nez du roman et je le vivais à 500%. Je l’ai lu en lecture commune avec StorieBooks et même avec elle qui donc le lisais en même temps, je n’arrivais pas à exprimer mes ressentis.

Le roman m’a vraiment pris aux tripes. Je suis extrêmement sensible sur le sujet du racisme et de toutes les intolérance que des humains font vivre à d’autres humains, il a donc été difficile de ne pas être touchée par ce que l’auteur raconte.

J’ai d’abord complètement accrochée aux personnages que ce soit les féminins, les masculins, les principaux, les secondaires. J’ai particulièrement aimé Starr et sa famille qui sont une petite bouffée d’air frais dans la pesanteur ressentie à la lecture des lignes. Ils débordent d’amour les uns pour les autres et m’ont a plusieurs reprises fait rire mais aussi monter les larmes aux yeux. Et puis il y a tous les autres, ceux que l’on voudrait claquer (mais on les voit peu finalement) et ceux qui se soutiennent, ceux qui face à la difficulté s’entraident…

J’ai été révoltée, attristée mais aussi attendrie et touchée par ce que l’auteur nous dévoile dans son roman. J’ai vécu un tsunami en moi et il est certain que je me procurais l’ouvrage pour pouvoir le relire et j’ai prévu de l’offrir à une ou deux personnes déjà.

Il ne me reste plus qu’à découvrir le film mais j’ai un peu peur de la déception et surtout j’ai de plus en plus de mal à me mettre devant la télé…

 

coup_de_coeur

Avis

[Mavilyly] La couleur du miel de Delphine Maarek

La couleur du miel
Editeur: HLab
Nombre de pages: 183 pages
Prix: 17 euros
Année de parution: 2019

Résumé:

Alice et sa mère ne se sont pas parlé depuis des années. Pourtant, un jour, Alice écrit un mail à celle qui l’a mise au monde. Une lettre envoyée comme on jette une bouteille à la mer. Une lettre pour renouer des liens, comprendre le passé, parler du présent, évoquer le futur. Au fil des réponses, des mois, les deux femmes se dévoilent, se réapprivoisent, se retrouvent. Et en même temps, petit à petit, grandit un nouvel être. L’enfant dont Alice a toujours rêvé…

 

Mon avis:

La couleur de miel est le premier coup de cœur de 2020. Si vous chercher une lecture rebondissante et pleine d’actions, oubliez ce récit mais par contre un besoin d’humanisme, de messages bienveillants, c’est fait pour vous.

Il est essentiellement tourné vers la maternité et j’aurais aimé le lire avant d’être maman et le relire aux moments difficiles. C’est un vrai condensé de belles paroles afin d’accepter les autres mais surtout soi même avec nos qualités mais aussi nos défauts.

Il y a deux discours dans La couleur du miel, celui de Alice qui nous montre qu’on est tous des humains, des femmes comme les autres et que oui les faiblesses font partie de nous. Et puis il y a le discours de sa maman, qui nous dit que ses faiblesses n’en sont pas mais qu’elles sont la vie et que celle-ci est faites de difficultés mais aussi de petites choses qui nous rendent heureux…

Je me suis tellement reconnue dans les propos de l’une ou l’autre. J’ai été tellement soulagée de lire certains passages, certaines lignes. A travers ces mails échangés entre elles, les mots de l’auteur m’ont fait un bien fou et je le recommande à tous. Les femmes car il parle de nous, aux hommes car il parle de nous, une futures mères car il parle de leur futur et aux mères car il parle de leur quotidien…

Pour moi qui ne suis pas vraiment à l’aise avec le mouvement féministe et qui me considère plus comme humaniste, cette lecture a été une vraie bouffée d’air frais et d’ondes positives malgré certains sujets durs et tristes…

 

coup_de_coeur

Avis

[Mavilyly] Moitiés d’âme d’Anthelme Hauchecorne #plib2020

Moitié d'âmes
Editeur: Gulf Stream
Nombre de pages: 524 pages
Prix: 20 euros
Année de parution: 2019

 

Résumé:

La mägerie n’obéit qu’à un seul principe : elle ne peut s’exercer qu’à deux. Liutgarde le sait. Elle a pourtant fui Ortaire, l’époux qui lui avait été imposé, renonçant ainsi à son pouvoir. Exilée au nord des terres, elle serait morte sans l’aide des caravaniers et de Rollon, un mäge à l’esprit torturé. Epris l’un de l’autre, Liutgarde et Rollon se déplacent en roulottes avec leur communauté dans l’hostile forêt de la Sylverëe, ancien royaume des Faëes de l’Hiver. Mais l’équilibre de cette vie en cavale va complètement basculer, les obligeant à régler les dettes de leurs vies antérieurs. Car dans ce monde tout se sait et tout se paie un jour. Leur pouvoir et leur amour suffiront-ils à les protéger ?

 

Mon avis:

Encore un roman qui me faisait très peur dans la sélection du plib donc je me suis laissée aller dans une LC pour me motiver et surtout pouvoir parler avec du monde en cas de zone d’ombre.

Quelle surprise lorsque je commence le roman et que j’apprécie vraiment ma lecture. Les personnages me plaisent bien même si un de deux principaux a tenda,nce à me faire lever au ciel, j’étais curieuse de les connaître ainsi que ceux qui les accompagne. En plus de cela, je en suis pas du tout perdue, ce qui était ma crainte et je me familiarise facilement avec le décor créé par l’auteur.

Malheureusement, plus on avance dans le roman et plus je nage dans des eaux noires et profondes ^^. Le fantastique prend de plus en plus de place avec notamment un personnage et à partir de là, j’avais beaucoup de mal à tout comprendre. Du coup je perdais mon attachement aux personnages et ma fluidité de lecture. Tout comme certaines décisions de l’auteur que je ne comprenais pas, l’intrigue devenait flou et je n’arrivais plus à savoir ou A. Hauchecorne voulait nous mener.

Et la fin n’a absolument pas arrangé les choses. On peut dire que c’est une fion plutôt ouverte. Autant lorsque les bases sont bonnes, cela peut me plaire mais autant ici comme les bases étaient franchement bancales pour moi et bien cela m’a juste fait plonger un peu plus.

Je ne peux que vous donner mon ressenti perso mais il faut garder à l’esprit que je ne suis pas une grande lectrice de fantasy pure donc quand les auteurs poussent à fond leur récit et leur décor, c’est difficile pour moi.

 

Pour le plib: #ISBN9782354887117

Badgejurédepuis2019

Avis

[Mavilyly] Vert-de-Lierre de Louise Le Bars #plib2020

Vert de lierre

Editeur: Noir d’absinthe

Nombre de pages: 194 pages

Prix: 15 euros

Année de parution: 2019

 

Résumé:

« Olivier Moreau, un auteur de romans policiers en manque d’inspiration, décide de retourner dans le village de sa grand-mère tout juste décédée afin d’y régler certains détails. Il y renoue avec les souvenirs de son enfance, et redécouvre un étrange personnage de conte populaire local surnommé le Vert-de-Lierre, sorte d’antique vampire végétal qui le fascinait enfant. Cet intérêt va déclencher des visions et cauchemars chez l’écrivain en mal d’imaginaire ainsi que la rencontre de deux femmes tout aussi intrigantes l’une que l’autre. Olivier découvrira que cette figure païenne ancestrale est bien plus qu’un simple conte bon à effrayer les enfants … »

 

Mon avis:

Lorsque j’ai vu que Vert-de-Lierre faisait partie des 20 sélectionnés, j’ai eu peur de le lire. J’imaginais un récit onirique, très imagé et je commence à comprendre que ce genre de lecture n’est pas vraiment fait pour moi, malgré que j’avais grandement apprécié Comment le dire à la nuit de Vincent Tassy, l’année dernière. J’ai donc profité d’un challenge organisé par le PLIB pour me motiver à le commencer et surtout le finir ^^.

Finalement lorsque j’ai terminé ma lecture, j’étais mitigée et non complètement perdue. Pour faire simple, on suit deux personnages, n’évoluant pas forcément dans le même espace géographique et temporal et autant j’ai très vite accroché au personnage féminin, autant Olivier m’a souvent agacé. Je ne comprenais pas vraiment ses réactions que je trouvais assez puériles. Cela a vraiment entaché ma lecture.

En plus de cela, même si la lecture a été plus facile que je le pensais, cela reste un style qui me demande beaucoup de concentration et avec lequel j’ai dû mal à me laisser aller. Ce ne sera donc pas un de mes finalistes mais je pense qu’il a pas mal de partisans ^^.

 

Pour la PLIB 2020:  #ISBN9782490417247

Badgejurédepuis2019