Avis

[Mavilyly] Le Dieu oiseau d’Aurélie Wellenstein #PLIB2019

Le Dieu oiseau
Editeur: Scrineo
Nombre de pages: 352 pages
Prix: 16,90 euros
Année de parution: 2018

Résumé:

Une île. Dix clans. Tous les dix ans, une compétition détermine quel clan va dominer l’île pour la décennie à venir. Les perdants subiront la tradition du « banquet » : une journée d’orgie où les vainqueurs peuvent réduire en esclavage, tuer, violer, et même dévorer leurs adversaires. Il y a dix ans, Faolan, fils du chef de clan déchu, a assisté au massacre de sa famille. Sauvé par le fils du chef victorieux, Torok, il est depuis lors son esclave et doit subir ses fantaisies perverses. Sa seule perspective d’avenir est de participer à la compétition de « l’homme-oiseau », afin de renverser l’équilibre des pouvoirs en place et de se venger. Qui du maître ou de l’esclave va remporter la bataille ? Quel enjeu pour les habitants de l’île ? Quel est le prix à payer pour la victoire ?

 

Mon avis:

Le Dieu oiseau est le dernier finaliste que je devais lire en tant que Jury de l’édition 2019 du Plib. J’avais très peur de cette lecture. J’en avais entendu tellement sur elle, notamment qu’elle était très violente et sanglante que je ne savais pas si elle était faite pour moi ou pas. Clairement sans cette « obligation » de la lire et la chroniquer, je n’aurais jamais eu le livre entre les mains. Et une fois celui-ci commencé, sans cette « obligation » de la chroniquer, je ne l’aurais pas terminé. Ca vous donne une idée sur mon point de vue ^^.

Malheureusement, le roman d’Aurélie Wellenstein est celui que j’ai le moins aimé de cette sélection de 5 livres. Mais pas pour les raisons que je croyais au contraire. Je m’attendais à un roman tellement trash qu’il m’a paru très fade. Alors oui je ne vais pas dire le contraire, il y a des scènes ragoutantes et que je ne veux pas voir mais elles sont au final très peu nombreuses. Quant au reste, j’ai eu l’impression qu’il ne se passait pas grand chose.

On suit Faolan qui est censé vivre une aventure dangereuse à chaque moment, il est censé avoir des ennemis tous plus déterminés les uns des autres mais clairement je n’ai pas retrouvé ça. Il se défait des difficultés si facilement pour un esclave sans préparation et ses ennemis sont très loin d’être méchant.

Tout cela couronné par une fin qui ne m’a pas convaincu du tout. Je me suis dit, tout cela pour ça, tout cela pour ne même pas faire ce qui était prévu? Et bien je ne suis pas d’accord. Malheureusement, je n’arrive pas à trouver de point positif à cette lecture si ce n’est la plume de l’auteur qui malgré tout n’est pas désagréable du tout. Je me pencherais peut-être sur son roman Mers mortes qui me tente bien (et la couverture qui est sublime).

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

 

Pour le PLIB: #ISBN9782367405827

Publicités
Avis

[Mavilyly] Je suis ton soleil de Marie Pavlenko

Je suis ton soleil
Editeur: Flammarion jeunesse
Nombre de pages: 462 pages
Prix: 17,50 euros
Année de parution: 2017

Résumé:

Déborah démarre son année de terminale sans une paire de chaussures, rapport à Isidore le chien-clochard qui s’acharne à les dévorer. Mais ce n’est pas le pire, non.
Le pire est-ce sa mère qui se met à découper frénétiquement des magazines ou son père au bras d’une inconnue aux longs cheveux bouclés?
Le bac est en ligne de mire, et il va falloir de l’aide, des amis, du courage et beaucoup d’humour à Déborah pour percer les nuages, comme un soleil.

 

Mon avis:

Une nouvelle lecture commune faites avec Valou de la chaîne Un temps pour elle. J’ai eu ce roman entre les mains suite aux recommandations de ma bibliothécaire qui était sur d’elle que j’aimerais. Et je peux vous dire qu’elle a eu raison mais pas complètement ^^.

Si je prends ma lecture dans son ensemble, oui j’ai aimé le moment, oui la plume de l’auteur est très sympathique et les thèmes abordés sont très forts surtout pour un roman jeunes ados. C’est un roman très prometteur qui puise toute sa force dans l’écriture de Marie Pavlenko qui a su me faire passer les émotions et qui a su m’arracher quelques sourires tout comme quelques larmes.

Malheureusement, là où cela a pêché pour moi c’est dans le nombre de thème abordés ici. Pour moi, ils sont tellement nombreux, adultère, homosexualité, romance entre ados, amitié, secret familial, études et j’en passe… qu’aucun n’est réellement poussé et tout est finalement assez facile pour nos personnages. J’aurais aimé un peu plus de profondeur surtout sur certains d’entre eux qui nous sont balancés à la figure pour ensuite ne plus y revenir…

Quant aux personnages, certains m’ont vraiment fait sortir de mes gonds. La meilleure amie surtout dont je n’ai pas retenu le nom qui a une attitude tellement ignoble envers Déborah ainsi que cette dernière qui est tellement nonchalante et geignarde. Heureusement, on a deux personnages qui arrivent un peu plus tard qui m’ont redonné le sourire et ont donné un nouveau souffle à la lecture.

En bref, je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé mais vu tout ce que j’en avais entendu, j’en attendais plus et j’ai eu une petite déception. Pour ce qui est de Valou, les débuts pour elle, ont été encore plus compliqué mais la fin a su combler ses attentes.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

 

Avis

[Mavilyly] Aya de Yopougon de Marguerite Abouet & Clément Oubrerie

Aya de Yopougo
Editeur: Gallimard
Nombre de pages: 350 pages
Prix: 37 euros
Année de parution: 2016

 

Résumé:

Côte d’Ivoire, fin des années 1970. Aya, dix-neuf ans, vit à Yopougon, un quartier populaire d’Abidjan rebaptisé Yop City, «pour faire comme dans les films américains». Aya a décidé de devenir médecin et d’éviter la fameuse «série C» : Couture, Coiffure et Chasse au mari. Ses amies Bintou et Adjoua, elles, s’y voient déjà et ne pensent qu’à déjouer l’attention paternelle pour passer leurs soirées au Ça va chauffer et leurs nuits à «l’hôtel aux mille étoiles»… Avec une voix et un humour inédits, Aya raconte une Afrique bien vivante, loin des clichés.Ce livre regroupe les volumes 1 à 3 de la série Aya de Yopougon.

 

Mon avis:

Lorsque j’ai lu cette intégrale de 2 BD, j’étais dans une phase difficile de lecture donc je me suis tournée vers les graphiques. J’ai pris un grand plaisir à lire l’histoire d’Aya bien que les débuts ont été un peu difficiles.

On est en Côte d’Ivoire dans un quartier d’Abidjan et le nombre de personnages est grand vraiment très grand. J’ai vraiment eu du mal à intégrer qui était qui et ce qu’ils étaient par rapport aux autres. Et il faut s’accrocher car de nouveaux personnages apparaissent tout au long de la lecture. En plus de ça l’auteur, qui est elle même ivoirienne, fait parler ses personnages tel qu’ils parlent là bas. Alors c’est un vrai plus pour immersion dans l’histoire et le contexte mais par moment on se sent un peu perdu quand même.

Comme je le disais, c’était une période compliquée pour les lectures donc je me focalisais pas sur ces choses, j’ai peut-être loupé certaines choses mais c’était nécessaire pour que je puisse continuer. Et finalement j’ai passé un super moment dans le quotidien de ces hommes et femmes. On ressent vraiment la véracité des propos. Certains nous font sourires voire rire et d’autres beaucoup moins car on se rend compte de la précarité dans laquelle vivent ces personnes sans pour autant se plaindre.

J’ai été assez séduite aussi par les dessins que j’apprend à lire aussi au fur et à mesure de mes lectures graphiques. Je ne conseillerais pas ce roman graphique à l’achat car son prix n’est pas donné mais si vous pouvez vous le faire prêter, je vous y encourage.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] Le maître des livres T5 de Shinohara Umiharu

Le maître des livres 5
Editeur: Komikku
Nombre de pages: 208 pages
Prix: 8.50 euros
Année de parution: 2015

 

Résumé:

La bibliothèque pour enfants “La rose trémière” pourrait se résumer par ses deux grosses personnalités : son bibliothécaire en chef bigleux à tête de champignon, Mikoshiba, et sa propriétaire, madame Aoi. Préparez-vous à un cinquième tome mouvementé, puisqu’on apprend que cette dernière aurait connu, à une lointaine époque, une période de doutes ! Vous suivrez donc les souvenirs de la propriétaire avant de découvrir les aventures citadines d’une petite fille, en passant par la rencontre d’un personnage ayant connu Mikoshiba durant sa période étudiante… Jamais on n’en aura autant découvert sur les personnages de cette histoire !!

 

Mon avis sur le tome 1, tome 2, tome 3, tome 4

Mon avis:

J’ai de plus en plus de mal à faire mes avis sur ces suites de manga. Mon avis évolue peu d’un tome à l’autre et si je continues c’est que j’aime y plonger le nez.

Ce que j’aime par dessus tout c’est lorsqu’il est question d’oeuvres littéraires et peut-être que dans celui-ci, comme dans le 3, on en a un peu moins. Les personnages sont vraiment au centre de l’intrigue.

Peu de choses à dire juste que je passe à chaque fois un bon moment et que le tome 6 attend sagement que je le sorte de son coin.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

 

Avis

[Mavilyly] Le maître des livres T3 & T4 de Umiharu Shinohara

Editeur: Komikku
Nombre de pages: 188 pages (les deux)
Prix: 8.50 euros
Année de parution: 2014 & 2015

 

Résumé:

 

 

3. Mikoshiba est un homme simple, presque banal, mais dans la bibliothèque où il travaille, il excelle. Découvrez ou re-découvrez en sa compagnie les grands classiques de la littérature jeunesse. Retrouvez ces émotions et sentiments enfouis qui vous ont fait vibrer dans le passé et apprenez de nouvelles leçons de vie pour avancer encore plus loin. Découvrez ou re-découvrez tous ces contes et aventures qui ont fait vibrer des enfants et des adultes dans le monde entier.

4. Sa tête ressemble à un gros champignon et a un certain succès auprès de ses usagers, malgré la crainte qu’elle génère : il s’agit bien sûr de Mikoshiba, le maître des lieux de la bibliothèque pour enfants “La rose trémière”.
Que ce soit pour de mignons élèves d’école primaire, des lycéennes inquiètes pour leur activité scolaire ou des salariés perdus dans leur choix de vie, cette bibliothèque a toujours une histoire à proposer pour répondre à leurs soucis quotidiens…

 

Mon avis sur les tomes 1 et 2

Mon avis:

Je continues à emprunter cette saga à la bibliothèque car clairement ça ne coûte rien et puis j’apprécie vraiment.

Peu de différence avec les tomes précédents, les dessins sont toujours aussi plaisant, les histoires aussi bien que dans le tome 3, je l’ai trouvé un peu trop centré sur les personnages et moins sur les livres. Mais tout est rentré dans l’ordre avec le tome 4.

Je ne le cache pas, ce que je préfère c’est les références aux romans et notamment dans le 4, depuis que je l’ai lu, j’ai une forte envie de lire le véritable conte de La Petite Sirène de Andersen.

Bref, je vais continuer avec plaisir cette saga et je vais continuer à remplir ma wish-list des livres cités à l’intérieur.

 

Note:

(3/5 pour le 3 et 4/5 pou le 4)

PlumePlumePlumePlumePlume

 

Avis

[Mavilyly] On sème la folie de Laurent Bonneau

On sème la folie
Editeur: Bamboo
Nombre de pages: 118 pages
Prix: 21.90 euros
Année de parution: 2018

 

Résumé:

« Un bel hommage à l’amitié… ». Cinq amis d’enfance décident de se retrouver dans une maison louée en bord de mer. Un week-end à les suivre dans leurs déambulations, leurs pensées et leurs aspirations. Ils rigolent, jouent, discutent, et se remettent en question, faisant le bilan de leurs vies. À un moment où leurs vies atteignent un chiffre rond, ils font le bilan, se confient, rient et se questionnent. Heureux de se revoir, ils échangent sans pudibonderie leurs points de vue de jeunes adultes sur leurs vies. Entre humour et confessions, blagues et questionnements, un voyage graphique au coeur de retrouvailles.

 

Mon avis:

Encore une fois c’est une bande dessinée conseillée par ma bibliothécaire que je vous présente là. Je suis une piètre connaisseuse dans ce domaine donc quand j’en ai envie, je lui fais confiance. Et avec On sème la folie, le sujet, de ces copains de lycée qui se retrouvent après quelques temps de séparation me plaisait bien.

J’ai passé un super moment avec cette BD. Déjà, il faut savoir, que j’ai eu un gros coup de coeur pour les dessins de Laurent Bonneau. Ils ne sont pourtant pas dans le style qui me plaît habituellement mais ils m’ont beaucoup touché. Les traits de ses personnages sont extrêmement bien fait et ils m’ont mis une claque. Sur plusieurs planches je suis restée bloquée à les détailler. Et comme une idiote, j’ai oublié de vous faire des photos sorry!!!

J’ai moins été touché par les textes que j’ai trouvé un peu décousus par moment et encore une fois, je préférais me plonger dans les dessins. Par contre j’ai fortement apprécié la façon dont l’auteur raconte son histoire. Il est très succinct avec cette familiarité que seuls des amis de longues dates peuvent partager. Ces hommes n’avaient pas besoin de tout se dire pour se comprendre mais pour autant, ils osaient se dire des vérités parfois un peu dures.

On sème la folie (titre tellement beau pour moi même si je ne l’ai pas vu aux premiers abords) est un magnifique écrit sur l’amitié, sur les changements en nous avec l’âge qui avance. J’ai passé un excellent moment et je ne mets pas de côté de me la procurer un jour.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] Didier 5ème roue du tracteur de Françoise Ravard & Pascal Rabaté

Didier la 5ème roue du tracteur

Editeur: Futuropolis
Nombre de pages: 80 pages
Prix: 17 euros
Année de parution: 2018

 

Résumé:

A 45 ans, Didier est malheureux : il vit avec sa sœur Soazig dans une ferme en Bretagne et n’a jamais connu le grand amour. Alors que Soazig se rapproche de Régis, elle décide d’inscrire son frère sur un site de rencontre.

Mon avis:

Voila une bande dessinée que ma bibliothécaire m’a mise entre les mains en me disant « on ne peut que passer un bon moment avec cette BD! ». Me voila donc partie.

Je ne serais peut-être pas si enthousiaste qu’elle mais il est vrai que la lecture est sympa, les dessins aussi mais bon cela ne casse pas trois pattes à un canard non plus.

Cette bande dessinée relate tout un tas de problèmes que les agriculteurs rencontrent tant sur le plan professionnel que personnel. Mais les créateurs le font avec un humour et une tendresse qui empêchent le pathos de prendre le dessus.

Un petit moment de lecture agréable mais qui ne restera pas dans mes lectures de l’année…

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume