Avis

[Mavilyly] On sème la folie de Laurent Bonneau

On sème la folie
Editeur: Bamboo
Nombre de pages: 118 pages
Prix: 21.90 euros
Année de parution: 2018

 

Résumé:

« Un bel hommage à l’amitié… ». Cinq amis d’enfance décident de se retrouver dans une maison louée en bord de mer. Un week-end à les suivre dans leurs déambulations, leurs pensées et leurs aspirations. Ils rigolent, jouent, discutent, et se remettent en question, faisant le bilan de leurs vies. À un moment où leurs vies atteignent un chiffre rond, ils font le bilan, se confient, rient et se questionnent. Heureux de se revoir, ils échangent sans pudibonderie leurs points de vue de jeunes adultes sur leurs vies. Entre humour et confessions, blagues et questionnements, un voyage graphique au coeur de retrouvailles.

 

Mon avis:

Encore une fois c’est une bande dessinée conseillée par ma bibliothécaire que je vous présente là. Je suis une piètre connaisseuse dans ce domaine donc quand j’en ai envie, je lui fais confiance. Et avec On sème la folie, le sujet, de ces copains de lycée qui se retrouvent après quelques temps de séparation me plaisait bien.

J’ai passé un super moment avec cette BD. Déjà, il faut savoir, que j’ai eu un gros coup de coeur pour les dessins de Laurent Bonneau. Ils ne sont pourtant pas dans le style qui me plaît habituellement mais ils m’ont beaucoup touché. Les traits de ses personnages sont extrêmement bien fait et ils m’ont mis une claque. Sur plusieurs planches je suis restée bloquée à les détailler. Et comme une idiote, j’ai oublié de vous faire des photos sorry!!!

J’ai moins été touché par les textes que j’ai trouvé un peu décousus par moment et encore une fois, je préférais me plonger dans les dessins. Par contre j’ai fortement apprécié la façon dont l’auteur raconte son histoire. Il est très succinct avec cette familiarité que seuls des amis de longues dates peuvent partager. Ces hommes n’avaient pas besoin de tout se dire pour se comprendre mais pour autant, ils osaient se dire des vérités parfois un peu dures.

On sème la folie (titre tellement beau pour moi même si je ne l’ai pas vu aux premiers abords) est un magnifique écrit sur l’amitié, sur les changements en nous avec l’âge qui avance. J’ai passé un excellent moment et je ne mets pas de côté de me la procurer un jour.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Publicités
Avis

[Mavilyly] Didier 5ème roue du tracteur de Françoise Ravard & Pascal Rabaté

Didier la 5ème roue du tracteur

Editeur: Futuropolis
Nombre de pages: 80 pages
Prix: 17 euros
Année de parution: 2018

 

Résumé:

A 45 ans, Didier est malheureux : il vit avec sa sœur Soazig dans une ferme en Bretagne et n’a jamais connu le grand amour. Alors que Soazig se rapproche de Régis, elle décide d’inscrire son frère sur un site de rencontre.

Mon avis:

Voila une bande dessinée que ma bibliothécaire m’a mise entre les mains en me disant « on ne peut que passer un bon moment avec cette BD! ». Me voila donc partie.

Je ne serais peut-être pas si enthousiaste qu’elle mais il est vrai que la lecture est sympa, les dessins aussi mais bon cela ne casse pas trois pattes à un canard non plus.

Cette bande dessinée relate tout un tas de problèmes que les agriculteurs rencontrent tant sur le plan professionnel que personnel. Mais les créateurs le font avec un humour et une tendresse qui empêchent le pathos de prendre le dessus.

Un petit moment de lecture agréable mais qui ne restera pas dans mes lectures de l’année…

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] Les larmes noires sur la terre de Sandrine Collette

Les larmes noires sur la terre
Editeur: Livre de Poche
Nombre de pages: 384 pages
Prix: 7.90 euros
Année de parution: 2018

 

Résumé:

Il a suffi d’une fois. Une seule mauvaise décision, partir, suivre un homme à Paris. Moe n’avait que vingt ans. Six ans après, hagarde, épuisée, avec pour unique trésor un nourrisson qui l’accroche à la vie, elle est amenée de force dans un centre d’accueil pour déshérités, surnommé «la Casse». La Casse, c’est une ville de miséreux logés dans des carcasses de voitures brisées et posées sur cales, des rues entières bordées d’automobiles embouties. Chaque épave est attribuée à une personne. Pour Moe, ce sera une 306 grise. Plus de sièges arrière, deux couvertures, et voilà leur logement, à elle et au petit. Un désespoir. Et puis, au milieu de l’effondrement de sa vie, un coup de chance, enfin : dans sa ruelle, cinq femmes s’épaulent pour affronter ensemble la noirceur du quartier. Elles vont adopter Moe et son fils. Il y a là Ada, la vieille, puissante parce qu’elle sait les secrets des herbes, Jaja la guerrière, Poule la survivante, Marie-Thé la douce, et Nini, celle qui veut quand même être jolie et danser. Leur force, c’est leur cohésion, leur entraide, leur lucidité. Si une seule y croit encore, alors il leur reste à toutes une chance de s’en sortir. Mais à quel prix? Après le magistral Il reste la poussière, prix Landerneau Polar 2016, Sandrine Collette nous livre un roman bouleversant, planté dans le décor dantesque de la Casse.

 

Mon avis:

Une fois n’est pas coutume, ce roman m’a été prêté par ma belle-mère. Habituellement c’est l’inverse, mais là elle s’est laissée tenter et elle a énormément aimé donc le voila rendu chez moi. J’ai mis un peu de temps à lire car le résumé ne m’attirait pas plus que cela et comme toujours, on a encore et toujours d’autres livres à lire ^^.

Une fois commencé, je m’y suis assez vite sentie bien. L’auteur a une plume plaisante et la lecture est plutôt fluide mais j’ai assez vite déchanté. Plus je poursuivais ma lecture, plus la façon dont l’auteur narre son récit me gênait. J’avais l’impression qu’elle mettait une distance entre le lecteur et ses personnages qui me dérangeait forcément dans mon attachement pour eux mais aussi pour ma visualisation des choses. C’est assez compliqué à expliquer mais j’ai eu l’impression que l’auteur m’empêchait de rentrer dans son histoire.

Dans le fond, ce livre est une pépite parce qu’il décrit une société qui fait froid dans le dos mais qui en même temps fait tellement écho à ce qui se passe sur la planète. L’auteur est dans l’extrême mais je n’ai pas arrêté de me demander si notre vie allait devenir comme Sandrine Collette le décrit et j’espère très fortement que non. Chaque personnage de l’histoire atterrit dans la Casse pour une raison différente mais dont on a forcément entendu parler que ce soit dans notre vie ou au travers d’un écran. Ce sont des gens qui sont de nos jours déjà stigmatisés et on se rend compte que même si cela nous paraît aberrant de les parquer ainsi, je me dis que cela peut être le futur et ça fait très très peur!!! Je ne suis pas du genre alarmiste mais sur ce côté le roman a beaucoup remué en moi et encore maintenant lorsque j’y pense, une certaine gêne persiste.

Malheureusement à part cela, je me suis assez ennuyée pendant ma lecture mais encore une fois à cause de cette distance que je sentais entre moi et les personnages. En même temps si je m’y étais attachée, je ne sais pas dans quel état on m’aurait retrouvé à la fin ^^. Puis il y a eu la fin qui pour moi n’est clairement pas crédible. A partir du drame vécu par Moe, tout était cousu de fil blanc pour moi (ma belle-mère, elle n’a rien vu venir par contre) et mon intérêt pour le livre a encore baissé. Comme je vous le disais avant, cette fin est pour moi impossible. Je peux difficilement en dire plus sans spoiler mais pour moi l’auteur a choisi la facilité afin de rendre les choses beaucoup moins noires quelles ne l’étaient et selon moi, ce n’était pas le bon choix…

Les larmes noires sur la terre n’est pas un roman qui a fonctionné sur moi, pour autant beaucoup l’ont apprécié donc à vous de juger.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

 

 

Avis

[Mavilyly] Le gang des rêves de Luca Di Fulvio

le gang des rêves
Editeur: Pocket
Nombre de pages: 945 pages
Prix: 9.4€
Année de parution: 2017

Résumé:

Une Italienne de quinze ans débarque avec son fils dans le New York des années vingt… L’histoire commence, vertigineuse, tumultueuse. Elle s’achève quelques heures plus tard sans qu’on ait pu fermer le livre, la magie Di Fulvio. Roman de l’enfance volée, Le Gang des rêves brûle d’une ardeur rédemptrice : chacun s’y bat pour conserver son intégrité et, dans la boue, le sang, la terreur et la pitié, toujours garder l’illusion de la pureté.

 

Mon avis:

Je suis très très en retard dans mes chroniques, je n’arrive plus à trouver le temps pour tenir mes carnets + venir sur le blog tout en lisant…

Bref, je viens vous parler du roman de Luca Di Fulvio que j’ai emprunté à la bibliothèque et qui dans l’ensemble m’a beaucoup plu malgré pas mal de petits trucs qui m’ont chafouiné…

Le gros point fort de ce roman, c’est la plume de l’auteur qui je crois pourrait nous faire lire n’importe quoi et l’on prendrait du plaisir. Elle est fluide, simple mais travaillée et j’ai eu l’impression que ça coulait de source tout simplement! C’est grâce à ça que j’ai lu les 945 pages car à mon sens, il y en avait pas besoin d’autant…

J’ai bien apprécié aussi les personnages surtout Christmas et Ruth qui m’ont plu par leur quête de soi et de l’autre. Les personnages secondaires sont comme eux, travaillés, affinés et il est donc agréable de suivre toutes ces personnages se dépatouiller comme elles peuvent. Même Bill qui il faut l’avouer, est très bizarre et inquiétant m’a plu car il apportait autre chose au récit.

La où je dis qu’à mon sens, il y a quelques pages, quelques chapitres en trop c’est que lorsque l’on termine le livre et que l’on revient sur ce qu’il s’est passé et bien c’est pas folichon. On ne s’ennuie pas mais il n’y a pas tant de twister, de rebondissements que cela. Je me suis dit, « tout ça pour ça?!?! ». Il y a des passages, des personnages, qui ont peu d’impacts sur le fil conducteur du roman et les supprimer aurait peu d’incidence sur la lecture.

Je dis ça car la taille du roman peut rebuter certains, moi la première, j’ai mis du temps à me lancer, et si on enlevait ces parties peut-être y aurait-il plus de lecteurs.

Je voudrais aussi évoquer une chose qui ne m’a pas sauté aux yeux personnellement mais qui est ressorti lorsque j’en ai discuté à la bibliothèque. Certaines scènes peuvent être choquantes et mettre mal à l’aise le lecteur, donc attention si vous êtes sensible…

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

 

Avis

[Mavilyly] Le maître des livres T1 & T2 de Shinohara Umiharu

Editeur: Kommiku
Nombre de pages: 188 pages
Prix: 8.5€
Année de parution: 2014

Résumé:

  1. À la bibliothèque pour enfant « La rose trémière » vous êtes accueillis et conseillés par Mikoshiba, un bibliothécaire binoclard célèbre pour son caractère bien trempé. Mais contrairement à ce qu’il peut laisser paraître, c’est un professionnel de premier ordre. Aujourd’hui encore, adultes comme enfants perdus dans leur vie viennent à lui en espérant qu’il leur trouvera le livre salvateur.
  2. Mikoashiba, que l’on appelle affectueusement « le champignon », est le célèbre bibliothécaire pour enfants de « La Rose Trémière ». Derrière sa façon un peu rude de parler se cache en fait un personnage très agréable que les gens découvrent à travers les livres qu’il conseille. Adulte tourmenté ou enfant triste, chacun ressent le besoin de lire des livres.C’est à travers la rencontre de ces personnes que nous est contée la suite des aventures de Mikoshiba, le « sommelier du livre pour enfant ».

 

Mon avis:

J’ai emprunté ces deux premiers tomes à la bibliothèque afin de les découvrir surtout qu’une amie les a beaucoup apprécié. Je les ai lu tout les deux à la suite juste avant d’aller à la bibliothèque car j’étais très en retard pour les rendre, c’est pourquoi, ils ont une chronique à se partager.

Je suis assez conquise avec ce manga bien que c’est un genre avec lequel, je reste assez en distance tout comme les bandes dessinées.

J’ai aimé l’intrigue bien que j’ai eu du mal avec sa mise en place, j’avais du mal à situer et à cerner les personnages lors de la première moitié du premier manga mais après on ne peut qu’apprécier la lecture. Surtout que j’ai complètement accroché à l’humour dont le mangaka use dans ses dialogues mais aussi ses scènes par le dessin.

Une très bonne découverte qui malheureusement est un peu noirci par les dessins pour lesquels, je suis beaucoup moins fan.

Je continuerais cette saga avec envie lorsque j’aurais rattrapé mon retard das mes lectures bibliothèque, c’est une cata en ce début d’année.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] Le cri de Nicolas Beuglet

Le cri

Résumé:

Hôpital psychiatrique de Gaustad, Oslo. À l’aube d’une nuit glaciale, le corps d’un patient est retrouvé étranglé dans sa cellule, la bouche ouverte dans un hurlement muet. Dépêchée sur place, la troublante inspectrice Sarah Geringën le sent aussitôt : cette affaire ne ressemble à aucune autre…
Et les énigmes se succèdent : pourquoi la victime a-t-elle une cicatrice formant le nombre 488 sur le front ? Que signifient ces dessins indéchiffrables sur le mur de sa cellule ? Pourquoi le personnel de l’hôpital semble si peu à l’aise avec l’identité de cet homme interné à Gaustad depuis plus de trente ans ?
Pour Sarah, c’est le début d’une enquête terrifiante qui la mène de Londres à l’île de l’Ascension, des mines du Minnesota aux hauteurs du vieux Nice.
Soumise à un compte à rebours implacable, Sarah va lier son destin à celui d’un journaliste d’investigation français, Christopher, et découvrir, en exhumant des dossiers de la CIA, une vérité vertigineuse sur l’une des questions qui hante chacun d’entre nous : la vie après la mort…
Et la réponse, enfouie dans des laboratoires ultrasecrets, pourrait bien affoler plus encore que la question !

 

Mon avis:

Bon bon bon… Quoi dire!!! Je remercie ma soeur pour le prêt de ce livre même si malheureusement ce roman a été un gros flop pour moi.

Cela commençait bien pourtant, on découvre une femme déchirée qui est enquêtrice et qui est appelée pour une affaire dans un hôpital psychiatrique. Tout cela est très intrigant et très rythmé. J’étais plutôt enchantée. Surtout que l’on entre dans une affaire qui prend une ampleur tout autre avec un retour sur le passé et la seconde guerre mondiale.

J’étais très curieuse de découvrir le fin mot de cette tragédie et donc je lisais impatiemment ce roman. Mais tout capote vers la moitié du roman lorsque l’auteur décidé d’intégrer à l’histoire le personnage masculin. Donc déjà au fil des pages, une espèce d’attirance et d’histoire d’amour prend forme mais je n’y ai pas du tout cru et en plus à partir de là on rentre vraiment dans le scandale de la guerre froide et Nicolas Beuglet m’a perdu.

A partir de la, j’ai pas tout compris, cela devient complexe avec des données trop scientifiques pour moi. En plus de choses qui se déroulaient trop facilement. Sarah et Christopher, débloquent certaines complications d’un claquement de doigts alors que d’autres, ils mettent une éternité, le rythme n’était pas super bien dosé à mon sens.

Et puis arrive la fin du roman que j’ai aimé, moi personne qui ne croit pas en tout dans la religion mais encore une fois elle est un peu facile et la toute fin beaucoup trop bisounours pour moi surtout par rapport au sujet abordé dans le roman.

Je ne sais pas si cet article est compréhensible et agréable à lire parce que j’ai un peu de mal à mettre mes idées en ordre surtout que j’ai terminé ce thriller le 27 décembre mais j’espère que vous aurez compris l’essentiel. Un début prometteur mais une deuxième partie qui a rendu ma lecture compliquée et déplaisante.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] Terres de glace de Cassandra O’Donnell

Terres de glace

Résumé:

Alors que leurs amis ont été kidnappés dans la destruction de Wallangar, Zoé et Gabriel se sont réfugiés en Terres Magiques. Déterminés à combattre de redoutables ennemis, ils doivent maîtriser leurs pouvoirs. Mais au moment où ils en ont le plus besoin, des alliés très proches s’apprêtent à les trahir…

 

Mon avis sur le tome 1, tome 2, tome 3, tome 4

Mon avis:

Je poursuis ma lecture de cette saga que j’aime vraiment beaucoup. Ce tome la, j’avoue, je l’ai acheté pour ma nièce, pour Noël, mais je n’ai pas pu m’empêcher de le lire avant de lui offrir ^^.

Encore une fois, j’ai pensé un excellent moment avec ce 5ème tome. L’histoire avance vraiment bien, les personnages évoluent, c’est vraiment bien fait.

Je continue à m’attacher de plus en plus à Zoé et Gabriel qui me touche beaucoup et qui font ce qu’ils peuvent avec ce qui leur tombe dessus.

Je suis impatiente de lire la suite mais il va falloir attendre la sortie.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume