Avis

[Mavilyly] Libre d’aimer d’Olivier Merle

libre d'aimer
Editeur: XO
Nombre de pages: 464 pages
Prix: 19.90 euros
Année de parution: 2019

Résumé:

Juillet 1942. Elle s’appelle Esther, elle a vingt ans, elle est juive. Ses parents ont été arrêtés, elle erre dans les rues de Paris, perdue et terrifiée. Alors qu’elle se repose sur un banc, son regard croise celui d’une femme élégante, plus âgée qu’elle, qui fume de longues cigarettes à la terrasse d’un café. Esther ne le sait pas encore mais sa rencontre prochaine avec Thérèse Dorval, l’épouse d’un homme cynique et violent qui collabore avec les Allemands, va bouleverser sa vie. Naissance d’un désir irrésistible, en pleine tragédie. Amour interdit de deux femmes emportées par le feu de la passion. À Dinard, où elles se réfugient, elles devront, sous la pluie des bombes alliées, décider de leur destin?: se séparer pour tenter de survivre ou accepter de mourir par amour.

 

Mon avis:

Je vais commencer par remercier les éditions XO ainsi que le site NetGalley pour l’envoi de ce roman et m’excuser pour l’attente de cette chronique.

Libre d’aimer est un roman qui avait beaucoup de bons points pour me plaire mais malheureusement deux choses sont venues ternir mon ressenti.

J’étais curieuse de découvrir le roman d’Olivier Merle de par son contexte de la Seconde Guerre Mondiale surtout que l’auteur se concentre sur les conditions des femmes à cette époque. On suit donc Esther, jeune juive qui a vu ses parents se faire emmener par la police française et Thérèse, jeune femme qui mène une vie plutôt sympa au vu des événements. Elles se rencontrent et comme le dit le résumé, tombent amoureuses.

Vous conviendrez qu’à ce moment de l’Histoire les femmes n’avaient pas vraiment voix au chapitre, elles étaient complètement sous le joug de leur père ou mari plus tard, et je pense que ça fait du bien de nous le rappeler de temps en temps. Mais en plus de ça, Esther et Thérèse ont une sexualité absolument réprouvée dans ces années. Elles doivent donc se battre et se cacher perpétuellement. J’ai vraiment aimé me plonger dans la vie de « mes ancêtres » et me rappeler que des choses qui me paraissent acquises aujourd’hui ne l’étaient pas il y a pas si longtemps que ça. Un exemple? Une femme qui voulait travailler devait avoir l’accord de son père ou son mari!!!!

En plus de ça l’auteur a une plume très sympathique qui rend la lecture fluide et facile. Malgré tous ces points, j’ai eu du mal avec ce livre car je n’ai absolument pas accroché aux personnages qui pour l’une est tellement naïve et sous la coupe de l’autre qu’elle m’énervait et pour la deuxième ce sont ces caprices et sa personnalité de petite fille gâtée qui m’insupportait. On rajoute à ça, une fin pour moi un peu trop facile qui ne m’a pas convaincu. Durant tout le récit, l’auteur joue sur le fil, nous fait croire au pire pour finalement finir dans le monde des bisounours ^^. Plus ça va et plus je me rends compte que j’aime lorsque les romans n’ont pas un happy end total, comme dans la vraie vie quoi, à moins de lire une pure romance, un chick-lit où la je suis prévenue avant même de commencer ma lecture.

Bref, je ne peux pas vous déconseiller Libre d’aimer car si, contrairement à moi, vous accrochez avec les personnages c’est quasiment gagné, mais en même temps il ne sera pas dans la liste des romans que je recommanderais autour de moi.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Publicités
Avis

[Mavilyly] Parole d’honneur de Leila Slimani & Laëtitia Coryn

Paroles d'honneur

Résumé:

Rabat, été 2015. Suite à la parution de son livre « Dans le jardin de l’ogre », un roman cru et audacieux qui aborde la thématique de l’addiction sexuelle, Leila Slimani part à la rencontre de ses lectrices marocaines. Face à cette écrivaine franco-maghrébine décomplexée qui aborde la sexualité sans tabou, la parole se libère. Au fil des pages, l’auteur recueille des témoignages intimes déchirants qui révèlent le malaise d’une société hypocrite dans laquelle la femme ne peut être que vierge ou épouse, et où tout ce qui est hors mariage est nié : prostitution, concubinage, homosexualité.
Le code pénal punit toute transgression : un mois à un an de prison pour les relations hétérosexuelles hors mariage, six mois à trois ans de prison pour les relations homosexuelles, un à deux ans de prison pour les adultères. Soumises au mensonge institutionnalisé, ces femmes nous racontent les tragédies intimes qui égrènent leurs vies et celles des femmes qui les entourent : IVG clandestines, viols, lynchages, suicides.
Toutes sont tiraillées entre le désir de se libérer de cette tyrannie et la crainte que cette libération n’entraîne l’effondrement des structures traditionnelles. A travers cette BD, il s’agit de faire entendre la réalité complexe d’un pays où l’islam est religion d’Etat. Et où le droit des femmes passera, avant tout, par la défense de leurs droits sexuels.

 

Mon avis:

La première fois dont j’ai entendu parlé de cette bande-dessinée c’est sur la chaîne Pretty Books qui avait eu un coup de coeur il me semble. Paroles d’honneur traite du rapport homme/femme et donc de la sexualité dans les pays du Maghreb et notamment au Maroc.

J’ai, depuis très longtemps, un grand intérêt pour tous les us et coutumes de ces pays nord-africain. Je ne saurais pas vous l’expliquer mais j’aime lire des romans, des histoires sur cette région du monde et notamment lorsque les femmes sont mis au centre des histoires. C’est pourquoi, je n’ai pas hésité longtemps lorsque j’ai vu cette bande-dessinée dans ma bibliothèque surtout que je gardais en tête l’avis positif de Pretty Books.

Pour moi, l’ouvrage de Leïla Slimani n’a pas été un coup de coeur mais une excellente lecture tout de même! On a beaucoup de mal à imaginer la vie des femmes musulmanes qui à notre époque encore sont énormément sous la coupe des hommes de leur famille et surtout sous le regard jugeant de toute leur communauté. Je trouve ça génial que des femmes osent lever le voile – sans jeu de mots-, parler de tout ça, défendre la gente féminine et essayer de changer les mentalités.

Avec ce genre de lecture, on profite de notre bonheur, de notre liberté sans oublier tous ces gens, hommes, femmes, qui n’ont pas cette chance!

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] Culottées 1 de Pénélope Bagieu

Culottées1

Résumé:

Quinze récits mettant en scène le combat de femmes d’origines et d’époques diverses, qui bravèrent les normes sociales de leur temps : Margaret, une actrice hollywoodienne, Agnodice, une gynécologue de l’Antiquité grecque qui se fit passer pour un homme afin d’exercer sa profession, Lozen, une guerrière et chamane apache, etc.

 

Mon avis:

J’aime beaucoup les dessins de Pénélope Bagieu et dans ce recueil de mini-bd, il est question de femmes, femmes qui ont changé le monde où en tout cas leur monde. Il en fallait pas plus pour me donner envie de le lire.

Culottées, tome 1, est un objet livre juste magnifique, il brille, les couleurs sont sublimes et les dessins m’ont tout autant plus. Quand aux destinées racontées à l’intérieur, j’ai été forcément impressionnée surtout que sur 15 portraits, je ne connaissais qu’une seule femme, Joséphine Baker dont j’ai lu le la biographie sortie dernièrement (avis ici).

J’ai vraiment aimé découvrir toutes ces personnalités et cela nous prouve que parfois par des petits gestes, on peut changer beaucoup de choses et qu’il ne faut rien lâcher que l’on soit homme ou femme… Vous vous doutez que les femmes citées ont fait plutôt des grandes choses mais pour nous on peut commencer par petit et voir par la suite ^^.

Je lirais le deuxième tome assez rapidement je pense étant donné qu’il est aussi à ma bibliothèque!!!

Pour finir je vous dévoilerai mon coup de coeur pour Leymah et Lozen, allez découvrir qui elles sont…

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume