Avis

[Mavilyly] Deep blue de Jennifer Donnelly

Deep blue
Editeur: Hachette
Nombre de pages: 352 pages
Prix: 15.90 euros
Année de parution: 2014

 

Résumé:

Au fin fond de l’océan, dans un monde pas si différent du nôtre, vit le peuple mer. Plusieurs communautés se partagent les eaux du monde entier, certaines en bonne entente, d’autres en conflit déclaré. Lorsque la princesse Serafina s’éveille au matin de ses fiançailles, sa première préoccupation devrait être de plaire au beau prince Mahdi, son promis.
Pourtant, Serafina est hantée par un cauchemar lui annonçant le retour d’une ancienne malédiction. Ses sombres prémonitions se confirment quand un assassin frappe sa mère, la reine Isabella, d’une flèche empoisonnée. Serafina doit alors découvrir qui a commandité ce meurtre afin d’empêcher les communautés mers de s’entre-déchirer dans une guerre impitoyable.
Aidée par cinq amies issues de mers exotiques, elle mettra au jour une conspiration qui dépasse leurs pires craintes.

 

Mon avis:

Pourquoi je me suis procuré ce premier tome? Parce que je l’ai trouvé à un vide-grenier, qu’il était vendu avec le 2 et le 3 et que je pensais que la saga était une trilogie. Les couvertures ont aussi beaucoup joué, oui je l’avoue ^^.

Et j’ai fini par le sortir grâce au challenge #objectifvidagedepal qui est sur Instagram. Une des consignes du mois de février était Un roman avec une couverture magnifique…

Lorsque je me suis lancée, j’ai pris peur. Le lexique me semblait compliqué et j’avais du mal à me représenter les personnages ainsi que les lieux et le monde créé par l’auteur. Mais finalement, une fois les 4-5 premiers chapitres, la lecture devient plus fluide et nous entraîne dans son tourbillon.

On est face à un premier tome introductif qui a parfois ses longueurs mais qui a vraiment permis de poser le contexte et surtout de caler les personnages qui vont avoir une importante énorme dans la suite.

Je reste avec énormément des questions et une envie de lire la suite grandissante. J’espère ne pas être déçue surtout qu’un des personnages que j’ai fortement apprécié dès le début, disparaît très vite et je veux savoir où il est et ce qu’il fait ^^.

 

Avis

[Mavilyly] 54 minutes de Marieke Nijkamp

54 minutes
Editeur: Hachette
Nombre de pages: 290 pages
Prix: 15.90 euros
Année de parution: 2017

 

Résumé:

Opportunity School, Alabama. Les élèves sont réunis pour écouter leur directrice. Mais lorsque le discours s’achève, l’un d’entre eux, Tyler Browne, verrouille les portes et tire sur la foule.

Commencent alors cinquante-quatre minutes de massacre, cinquante-quatre minutes glaçantes racontées dans les messages des victimes à leurs proches et par quatre élèves, à l’intérieur et à l’extérieur de la salle. Tous ont un lien avec Tyler : Claire, son ex-petite amie, Autumn, sa propre sœur, Sylvia, la petite amie d’Autumn et le frère de celle-ci, Thomas.

Cinquante-quatre minutes pendant lesquelles Tyler force ses otages terrorisés à l’écouter se plaindre. Il n’a jamais été aimé, ni par sa petite amie Claire, ni par son père violent et alcoolique, et encore moins par sa sœur Autumn, à laquelle il ne pardonne pas de vouloir partir à New York pour être danseuse.

Mais loin d’être une victime, Tyler est avant tout un psychopathe, qui assassine trente-neuf personnes.

 

Mon avis:

54 minutes n’est pas resté longtemps dans ma PAL, car Sylvie alias Storiebooks me l’a offert dans notre swap de Noël et on l’a lu en LC en janvier. Il avait une saveur particulière aussi car c’était le premier livre que je sortais de ma pal depuis le mois de novembre…

Malheureusement, il n’a pas atteints les attentes que j’avais mis en lui. Le sujet bien qu’un peu morbide m’intéresse beaucoup. Sans paraître complètement chelou, je suis hyper intriguée par ce qui peut se passer dans la tête des psychopathes, sociopathes, serial killers, ou encore preneur d’otages comme ici. J’attendais donc en lisant le roman de Marieke Nijkamp à ressentir des émotions, celles des victimes ou du psychopathe.

Malheureusement, je n’ai absolument rien ressenti pendant ma lecture. L’auteur choisi de mettre en avant beaucoup de personnages et je pense que c’était un peu trop et finalement cela a empêcher d’aller au fond des choses, au fond d’eux et enlever cette partie qui aurait rendu son récit plus fort, plus percutant.

Je suis complètement passée à côté de ce roman, beaucoup d’ennui et d’attentes non comblées.

 

Avis

[Mavilyly] L’arrache-mots de Judith Bouilloc #PLIB2020

Ancien article reposté pour le PLIB2020

L'arrache mot

Editeur: Hachette
Nombre de pages: 451 pages
Prix: 15.90 euros
Année de parution: 2019

Résumé:

La jeune Iliade a un don merveilleux : le pouvoir de donner vie aux mots et aux histoires. Ce don fait d’elle la bibliothécaire la plus célèbre de tout le royaume d’Esmérie.

Le matin où elle reçoit une demande en mariage presque anonyme, elle n’est sûre que d’une chose : son prétendant est un membre de la famille royale !

Bien décidée à comprendre qui s’intéresse à elle et surtout, pourquoi cette personne lui propose un contrat de mariage si avantageux, Iliade se rend dans la capitale. Là-bas, elle découvre les fastes de la cour… et la froideur de son fiancé. Pourtant, elle finit par s’attacher et à lui et se retrouve, bien malgré elle, propulsée au cœur d’intrigues et de complots auxquels rien ne la préparait.

 

Mon avis:

J’ai lu ce roman grâce au site NetGalley et aux éditions Hachette que je remercie grandement. J’avoue que c’est d’abord pour la couverture qui est juste sublime mais finalement il n’y a pas que cela qui m’a conquise.

L’arrache-mots est un roman qui a surpassé les attentes dont j’en avais. Je suis heureuse d’avoir succombé à mon côté superficiel parce que l’intérieur est aussi beau que l’extérieur. J’ai absolument tout aimé dans ce roman.

Les personnages sont loin des clichés des livres jeunesse et encore plus des romances. J’ai eu un gros attachement pour Iliade qui a un don que j’aime particulièrement, à savoir faire sortir les mots des livres pour que cela devienne un théâtre animé. Je m’imagine tellement avoir cela pour mon travail en crèche ^^.

Les personnages ne sont pas les seuls à être bien travaillés, l’histoire et l’univers sont tout aussi bons. Certes un peu plus de détails auraient été les bienvenus mais quand on voit le nombre de pages, on se dit que Judith Bouilloc a franchement bien travaillé. J’ai été facilement immergée dans son monde et son intrigue. Un gros gros coup de coeur pour ce roman que je recommande pour les plus jeunes mais pas seulement..

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

coup_de_coeur

#ISBN9782016270080

Badgejurédepuis2019

Avis

[Mavilyly] L’enfant papillon de Gabrielle Massat

L'enfant papillon
Editeur: Hachette
Nombre de pages: 396 pages
Prix: 18.960 euros
Année de parution: 2015

 

Résumé:

C’est au XXIIe siècle que la Cité a été frappée par un virus mortel. Depuis lors, les habitants vivent emmurés pour endiguer le fléau. Des messages de l’Extérieur, relayés par le gouvernement militaire, promettent une libération qui ne vient pas. Maïa, sous-lieutenant de 17 ans, rêve de quitter sa ville natale et cherche une faille dans les murs de la Cité. Mais un jour, son mentor Dimitri est condamné pour trahison par sa faute. La nécessité de s’échapper devient alors beaucoup plus urgente. Elle n’a qu’une seule piste : retrouver la trace du mystérieux « Enfant Papillon », seul habitant de la Cité à avoir jamais franchi le mur. Elle va pouvoir compter sur l’aide de Zéphyr, un tueur à gages atrocement défiguré, et Nathanael, un individu contaminé par le virus.

 

Mon avis:

J’ai lu ce roman en lecture commune avec Valou de la chaîne, du blog et du compte Insta Un temps pour Elle ^^…

Si elle, elle a été plutôt emballée et a apprécié sa lecture dans la grande majorité, moi j’ai passé un bon moment mais beaucoup de petits détails ont fait que finalement le ressenti final n’est pas top.

Je vais commencer par les points positifs. J’ai beaucoup beaucoup aimer les personnages secondaires, Nathanaël, Zéphyr et Dimitri que j’ai trouvé attachant, drôles et plutôt réalistes. Tout cela dans un décor et une intrigue qui change un peu. J’aurais aimé en savoir plus sur cet Cité car elle m’a bien plu (sans vouloir y habité ^^) et je trouvais que l’auteur a sur créer quelque chose de bien fini.

Malheureusement, je n’ai absolument pas accroché avec Maïa, le personnage principal que j’ai trouvé trop fade pas assez charismatique au vu du rôle qu’elle jour dans le roman. Et pour moi, il est souvent difficile d’accrocher à un récit si le personage principal ne me plait pas à moins que l’histoire devienne palpitante ce qui n’a pas été le cas avec L’enfant papillon.

Et pour couronner le tout, la fin m’a aussi déplu. Elle est beaucoup trop évasive pour moi, on n’en sait pas assez sur l’avenir des personnages surtout que l’auteur nous révèle quelque chose d’assez surprenant à al toute fin…

C’est dommage de ne pas avoir apprécié plus mais pour autant j’ai passé un bon moment de lecture et un bon moment de partage avec Valou!

Avis

[Mavilyly] Love crescendo de Tillie Cole

love crescendo
Editeur: Hachette:

Nombre de pages: 352 pages

Prix: 16.90 euros

Année de parution: 2019

 

Résumé:

Lorsque Cromwell, 19 ans, est derrière ses platines,
les corps se pressent, la fièvre monte. Personne ne lui résiste.
Jusqu’à la fille dans la robe violette.

Ce soir-là, Bonnie est venue voir
l’ex prodige du classique qui lui a inspiré sa passion.
Son verdict tombe, implacable : la musique de Cromwell n’a plus d’âme.

Cromwell n’aurait pas dû se laisser atteindre.
Pourtant, les paroles de Bonnie rallument en lui
l’étincelle de quelque chose qu’il croit mort depuis longtemps.

Alors, quand le destin les force à travailler ensemble,
leur attirance mutuelle les rapproche,
leurs sentiments se font plus forts.
Et, malgré les secrets qui pourraient leur briser le cœur,
jour après jour, leur amour va crescendo…

 

Mon avis:

Je tiens par commencer en remerciant les éditions Hachette et le site NetGalley pour m’avoir permis de lire ce roman et continuer à découvrir l’auteur que j’avais particulièrement aimé dans Mille baisers pour un garçon. Et je ne vais pas tourner autour du pot et je vous dis tout de suite que Love crescendo a été un coup de cour qui a sûrement dépassé celui du précédent roman de l’auteur que j’ai lu…

J’ai beaucoup de mal à parler de cette lecture car vraiment elle m’a perturbé au plus profond de moi et à chaque fois que j’y pense, j’ai toutes les émotions qui m’ont traversé pendant la lecture qui reviennent en force.

L’auteur commence assez simplement avec ces personnages. On a Cromwell qui est complètement perdu et qui se rattache aux mauvaises choses, l’alcool, la fête et les filles. Mais aussi à sa musique qu’il vit à travers les couleurs. Il a cette particularité de voir la musique et non pas seulement de l’entendre, mais il n’est pas sûr que cela soit une bonne chose malheureusement car il ne comprend pas et se sent bien seul face à cela. Ensuite on a Bonnie, très bonne élève, je dirais même fille parfaite qui est là pour sa famille et surtout son frère jumeau. Elle ne fait aucun écart de conduite et ne vit elle aussi que pour la musique. Mais cette attitude si sage cache quelque chose…

Et à partir du moment où chacun d’eux se dévoile, apprend à l’autre son côté positif pour l’un et négatif pour l’autre, le récit prend une dimension complètement différente. L’attachement aux personnages ne fait que grandir et on s’attend au pire. On veut croire que tout va bien finir mais on sait aussi que cela n’est pas possible. Les difficultés sont inévitables, je dirais même que les drames sont inévitables. Je ne vous cache pas que j’ai deviné comment tout cela allait se passer mais comme je n’avais pas envie de cette tournure des événements, je m’accrochais pour qu’il y ait une fin autre et donc quand le moment tragique est arrivé, je n’ai pas été surprise mais j’ai été tout de même dévastée par le choix de l’auteur…

Je ne pourrais pas vous en dire plus sur ce choix et cette fin sans vous spoiler mais clairement c’est le genre de lecture qui m’a fait vider tous les mouchoirs de mon salon. Une fois que les larmes ont commencé à couler, je ne pouvais plus m’arrêter. Tillie Cole nous offre un roman terriblement dur, qui aborde des sujets tous plus horribles les uns que les autres et tout cela avec une plume simple mais qui nous transmet des émotions puissance 10000…

Je vais relire ma chronique avant de vous la poster pour le principe mais je n’y changerais rien car comme je vous le disais ce que je ressens pour cette lecture est encore très fort, la boule au ventre est là et je pense que si je laissais venir les larmes ne seraient pas loin. Je ne peux pas dire qu’il résonnera dans chacun de nous mais pour moi c’est une petite pépite qui mérite qu’on lui laisse sa chance. Je compte bien me le procurer afin de pouvoir le relire et retourner avec ces personnages qui m’ont tant et tant touché…

 

coup_de_coeur

 

Avis

[Mavilyly] Tiny Pretty Things

Tiny Pretty Things

Editeur: Hachette
Nombre de pages: 451 pages
Prix: 18 euros
Année de parution: 2019

Résumé:

Gigi, Bette et June sont danseuses dans la prestigieuse école du Ballet de New York.

Lorsque Gigi, nouvelle et seule élève noire, est choisie pour incarner le rôle phare du premier ballet de l’année, les rivalités se déchaînent. Bette, ballerine star de l’école, est prête à tout pour récupérer son titre et éviter la rage de sa mère, qui ne tolère pas qu’elle ne soit pas la meilleure. La perfectionniste June rêve quant à elle de ne plus être cantonnée au rôle de l’éternelle doublure. Lorsque Alec, petit ami de Bette, devient le partenaire de Gigi : c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase !

Les trois filles ont bien du mal à résister à la pression du monde impitoyable de la danse… Amies ? Ennemies ? Peu importe finalement, ce qui compte c’est d’être la meilleure des meilleures !

Plié, jeté, relevé… pas de pitié !

 

Mon avis:

J’étais impatiente de lire ce roman dans l’univers de la danse de haut niveau qui est un monde qui me fascine beaucoup autant pour la magie que pour tous les côtés négatifs que l’on connait.

Malheureusement, j’ai été plutôt déçue par cette lecture. Au vu du sujet, je m’attendais à quelque chose d’un peu plus sous tension. Je voulais un thriller jeunesse certes, mais tout de même. Et là je me suis retrouvé avec un roman où ce sont plus les états d’âmes d’adolescent et notamment leurs histoires amoureuses qui sont mises en avant… Il se passe es choses fortes et très dures dans ce roman mais je trouve que c’est vite passé et oublié et je trouve cela vraiment dommage.

J’ai aussi peur du message que ce roman véhicule, que ce ne soit pas bien décrypté par les jeunes. En plus de ça, je n’ai pas vraiment compris la fin. Je trouve que c’est comme un cheveu sur la soupe. J’ai vu après coup que c’était un tome 1 donc cette fin devient plus compréhensive mais tout de même. C’est dommage j’aurais aimé plus avec ce roman…

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] Mille baisers pour un garçon de Tillie Cole

Mille baisers pour un garçon
Editeur: Hachette
Nombre de pages: 274 pages
Prix: 16,90 euros
Année de parution: 2016

 

Résumé:

Poppy et Rune sont amoureux depuis l’enfance. Ils pensaient que rien ni personne ne pourrait jamais les séparer. Jusqu’au jour où Rune est parti deux ans dans sa Norvège natale…

Pourquoi Poppy cesse-t-elle alors de répondre aux appels de Rune ? Pourquoi avoir coupé les ponts, sans raison, sans explication ?

Rune a le sentiment qu’on lui a arraché le cœur. Poppy, elle, a le cœur brisé par un secret bien trop lourd.

La vie leur laissera-t-elle le temps de se retrouver et de s’aimer ?

 

Mon avis:

Voila un avis dont j’appréhende l’écriture.

J’ai lu ce livre sous l’insistance de Valou qui a adoré et StorieBooks s’est jointe à moi et nous l’avons lu en lecture commune. J’ai acheté ce roman parce que le résumé me tentait beaucoup mais je n’arrivais plus à le sortir. Avec la couverture, j’avais peur d’avoir encore un de ces romans un peu niais avec ces romances trop simple et déjà vu et mon dieu comme je me suis trompée.

Je vais y aller par quatre chemins, ce roman est un coup de coeur. Un coup de coeur livresque mais aussi littéral, j’en ai versé des larmes pendant et après ma lecture…

Maintenant, il va falloir que j’arrive un minimum à structurer mes idées…

Je vais commencer par la première chose qui m’a choqué avec la plume de l’auteur. Lorsque l’on commence notre lecture, nos deux protagonistes ont 5 ans de mémoire. C’est aussi à ce moment là qu’ils se rencontrent pour la première fois. Puis les chapitres qui suivent sont un condensé de leur vie jusqu’à leur adolescence et le début de leur amourette. Là où l’auteur m’a bluffé c’est qu’au fil de ces pages, elle n’aurait pas eu besoin de me donner de repères temporels tant son écritures me permettait de savoir approximativement l’âge de Poppy et Rune. Je ne saurais pas l’expliquer mais la façon dont elle tournait leur pensées, leurs ressentis ou encore leur dialogue retranscrivaient parfaitement leur âge. C’est vraiment bluffant, c’est la première fois que je ressens cela avec une lecture.

Et puis après commence l’explosion d’émotions plus ou moins fortes. On peut difficilement parler de ce roman sans spoiler donc je n’en dirais pas plus sur l’histoire. Par contre je peux vous dire que l’auteur a une façon d’écrire et de faire vivre ses personnages qui ne vous permets pas de rester insensible à ce qu’ils sont et ce qu’ils vivent. Et ce qu’ils vivent est quelque chose d’absolument impossible à imaginer.

Là aussi, (lien avec Hope never Dies) j’ai été très touchée par ses jeunes adultes qui font tout pour puiser en eux une force tellement belle. Poppy a cette joie de vivre et cette envie de mordre la vie qui est éblouissante et l’a rend tellement belle. Quant à Rune, lui, sa force c’est de combattre ses faiblesses et de toujours pousser plus loin ce qu’il peut faire pour lui ou Poppy. J’essaye de mesurer chacun de mes mots pour ne rien laisser transparaître car il est important pour moi que chacun tombe dans ce roman en en sachant le moins possible.

Comme je le disais, j’ai beaucoup pleuré dans ce roman parce qu’il est vraiment dramatique mais aussi parce que pour moi qui suis une éternelle romantique, cet amour puissant et indestructible qui lie deux êtres est vraiment un idéal pour moi. Certains diront que ce n’est pas sain et pas viable tout une vie, et une partie de moi est d’accord mais je le trouve tellement beau et même plus que ça!

je ne sais pas si j’ai réussi à dire tout ce que je voulais dire ni si tout ce que j’ai écrit ici est compréhensible mais sachez que ce roman me tord encore les tripes aujourd’hui. J’ai une boule dans la gorge en écrivant cette chronique et si je m’écoutais je le relirais aujourd’hui. Je suis heureuse que Valou m’ai incité à le sortir de ma PAL et ça m’oblige à me pencher un peu plus sur l’auteur dont j’avais mis plusieurs romans dans ma wish-list. J’ai cette impression de ne pas en avoir dit assez pour vous convaincre de le lire si ce n’est déjà fait mais il me semble ne pas pouvoir aller plus loin non plus donc je vais m’arrêter la et croisez les doigts pour que vous lui donniez sa chance.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

coup_de_coeur

Avis

[Mavilyly] Victor l’indomptable Hugo de Bertrand Puard

Victor l'indomptable Hugo
Editeur: Hachette
Nombre de pages: 192 pages
Prix: 10.99 euros
Année de parution: 2019

 

Résumé:

À treize ans, Victor est un rêveur. Il rêve d’amour, d’histoires sans fin et d’aventures extraordinaires. Jusqu’au jour où l’aventure vient à lui.
Une nuit, des bruits étranges s’échappent de la chambre de son frère Eugène. Des bruits de lutte. Il se précipite… trop tard : son frère est kidnappé sous ses yeux.
Bien décidé à retrouver Eugène, Victor se lance sur ses traces. En route, il croise des personnages hauts en couleurs. Amis ou ennemis ? Il ne va pas tarder à le découvrir…

 

Mon avis:

Pour moi ces petits romans de Bertrand Puard consacrés aux grands auteurs, sont incontournable maintenant. J’ai eu des coups de coeur pour les deux précédents. Ils sont sur Emile Zola et Alexandre Duras. Bien que je n’ai pas eu le même coup de coeur pour celui-ci cela a été une très bonne et belle lecture.

L’auteur nous entraîne encore dans une folle aventure riche en émotions et en péripéties. Mon seul regret a été que je ne me suis pas vraiment attachée aux personnages. Cela est bizarre surtout que c’est avec celui-ci que les personnages, tout du moins leur nom ou leur condition me parlait le plus. Contrairement aux auteurs de Emile Zola et Alexandre Dumas, je connais un tout petit peu les oeuvres de Victor Hugo donc je ne partais pas d’une page blanche.

Malgré tout, comme je vous disais j’ai passé une très bonne lecture. La plume de l’auteur est toujours aussi sympa et intéressante. On se laisse entraîner par son imagination et par les aventures de ses personnages.

J’ai acheté ce « tome » à ma nièce et j’aimerais vraiment me les procurer en papier pour les avoir dans ma bibliothèque. Je suis très impatiente de lire le suivant qui est consacré à George Sand ^^.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] Royales de Camille Versi #PLIB2019

royales

Résumé:

Margaret est la princesse parfaite, adorée de tous les Anglais. Généreuse, intelligente, polyglotte, cavalière émérite, menant de front des études de littérature, de politique et d’histoire par correspondance…
Son secret ?
Margaret n’existe pas vraiment. Elles sont seize. Seize sœurs.
Seize clones, éduquées à la perfection, créées pour faire rêver un royaume.
Mais les temps ont changé… Sur seize clones, il ne devra rester qu’une princesse.

 

Mon avis:

La première fois dont j’ai entendu parler de ce roman, c’est avec Elodie de Eliott et des livres (booktube) qui m’avait déjà donné envie de le découvrir. Puis je l’ai vu en proposition sur NetGalley et les éditions Hachette ont accepté de me l’envoyé pour ma plus grande joie.

En faisant quelques recherches, je me suis aperçue que cette histoire a d’abord été écrite et lue sur Wattpad. J’ai téléchargé l’application et j’aimerais beaucoup m’y mettre surtout l’histoire de Moody mais je n’arrive pas à trouver le temps de caler en plus de mes autres lectures. Bref je m’égare, revenons à Royales.

J’ai énormément aimé cette lecture. Je me suis très vite attachée à la narratrice May et j’ai apprécié découvrir toutes les personnalités qui l’entourent. J’avoue avoir été un peu déçue par rapport à son/ses histoires d’amour qui vont trop vite et sont trop simples. May est une anti-héroïne, ce qui est géniale car un peu marre de ces personnages qui prennent tout sur leurs épaules du jour au lendemain pour sauver le monde.

Par Royales, Camille Versi fait une critique sur la vie monarchique et ce qu’elle pourrait devenir. Attention, on est très loin du roman journalistique donc je ne pense pas que l’auteur est choisi de faire quelque chose de très réaliste mais pour autant cela fait réfléchir. Avec toutes les avancées technologiques et sociologiques que l’on vit, il est en droit de se demander ce qui sera possible ou non dans quelques années. Cette histoire de clonage fait froid dans le dos mais en même à ses bons côtés lorsqu’il est bien fait.

L’auteur choisi de « régler » son histoire d’une façon légèrement inattendue ce qui est très plaisant même si j’ai trouvé que tout s’est accéléré et j’ai ressenti un manque à la fin. Il m’aura fallu peut-être un épilogue plus complet.

Je me rends bien compte que mon avis est quelque peu énigmatique et peu précis mais je ne veux vraiment pas trop vous en dire donc je fais ce que je peux ^^.

J’ai aimé cette lecture et je pense qu’une bonne majorité d’entre vous sera d’accord avce moi.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

 

Code isbn pour le PLIB 2019 #ISBN9782016259634

Avis

[Mavilyly] Red Rising de Perce Brown

Red Rising

Résumé:

« J’aurais pu vivre en paix. Mes ennemis m’ont jeté dans la guerre. »

Darrow n’est pas un héros. Tout ce qu’il souhaite, c’est vivre heureux avec l’amour de sa vie. Mais les Ors, les dirigeants de la Société, en ont décidé autrement. Ils lui ont tout enlevé : sa raison de vivre, ses certitudes, jusqu’à son reflet dans le miroir.
Darrow n’a plus d’autre choix que de devenir comme ceux qui l’écrasent. Pour mieux les détruire. Il va être accepté au légendaire Institut, y être formé avec l’élite des Ors, dans un terrain d’entraînement grandeur nature.
Sauf que même ce paradis est un champ de bataille. Un champ de bataille où règnent deux règles : tuer ou être tué, dominer ou être dominé.

 

Mon avis:

Deuxième lecture que j’ai faite grâce à mon challenge Je vide ma PAL en octobre, et qui m’a été choisi par StorieBooks. J’ai gagné Red Rising lors d’un concours il y a un paquet de temps maintenant. Il me faisait envie lorsque je le voyais dans ma bibliothèque mais vu que c’est de la science-fiction, je n’arrivais pas à prendre l’initiative de le sortir. Pourtant au vu des échos que j’entendais, ce n’étais que du positif. Enfin bref, parfois il ne faut pas chercher…

Maintenant que je l’ai sorti de ma Pal et fini, je peux vous dire que j’ai beaucoup aimé ma lecture mais que je n’ai pas l’enthousiasme voire le coup de coeur de certains. C’est un très bon premier tome, qui m’a donné envie de lire la suite mais qui par plusieurs petits défauts ne sera pas un 5/5.

Mon plus gros problème avec Red Rising, c’est les longueurs. L’auteur prend le temps de mettre en place son histoire, ses personnages donc c’est cool mais à un moment donné j’avais envie que l’on avance plus vite, qu’il y ait moins de réflexion et plus d’actions. Surtout que pour moi ces moments au rythme lent ont été présents tout au long de ma lecture. Sauf peut-être à la fin où Pierce Brown fait vivre à ses personnages beaucoup de choses…

Par contre je me suis très très vite attachée à Darrow, le personnage principal mais aussi à Eo que l’on voit peu malheureusement. J’ai aimé que Darrow soit un anti-héro, qu’il ne fonce pas tête baissée, qu’il hésite, qu’il réfléchisse bien que par moment, j’aurais aimé qu’il est plus de convictions dans ces actes. Je pense qu’il va évoluer tout au long de la saga, ce qu’il fait déjà beaucoup dans ce premier tome et je suis curieuse de savoir qui il va devenir.

Et ce que j’ai beaucoup apprécié aussi avec Darrow, c’est qu’il a sa façon de voir les choses sur les différentes strates de la société, grâce à ce qu’il a vécu et ce qu’il a appris mais bien qu’il est du mal à renier tout ça, petit à petit on sent qu’il se pose beaucoup de questions. Finalement peut-être que tout n’est que mensonge, que les méchants ne sont pas tous où on le pense ainsi que les gentils. Peut-être qu’il suffit de quelques uns pour faire bouger les choses? Ou alors peut-être que tout cela est nécessaire et donc qu’il est dangereux de changer les choses? Cela reste à voir dans les prochains tomes…

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume