Avis

[Mavilyly] Satan était un ange de Karine Giébel

Satan est un ange
Editeur: Pocket
Nombre de pages: 376 pages
Prix: 7.50 euros
Année de parution: 2015

Résumé:

Lorsque François apprend que sa tumeur est incurable et qu’il ne lui reste plus que quelques mois à vivre, il monte en voiture et erre sans destination. En chemin, il prend en auto-stop, un autre fuyard, Paul. En quelques jours, les deux hommes apprennent à se connaître et à profiter de la vie.

 

Mon avis:

Je partais extrêmement confiante avec ce roman que Storiebooks m’a choisi pour le mois de février. Confiante car c’était du Karine Giébel et si vous me suivez, vous savez que c’est une de mes auteurs chouchou!!

Mais malheureusement cela a été une petite déception. Mais une déception parce que c’est Karine Giébel car le roman en lui-même est très bien. On retrouve par toute logique, la plume très sympa, dynamique de l’auteur. La lecture est fluide et se fait très bien mais il m’a manqué deux choses.

Avec cette auteur, ce que j’aime, c’est être sous tension en continu pendant toute ma lecture. Généralement, je suis aussi stressée que les personnages, ce qui implique une impossibilité à reposer le livre. Mais avec Satan était un ange, je n’ai pas ressenti cette pression. Il m’a manqué ma boule au ventre et la boulimie qui me prend avec cette auteur. Cela a été vraiment dur pour moi, je déchantais au fur et à mesure des pages, c’était terrible.

Le second point c’est la fin. Encore une fois, j’aime les romans de l’auteur car elle nous donne des fins qu ne sont pas des happy end pour tous les personnages mais cette fin est beaucoup trop facile pour moi.

Bref, une belle déception pour moi sans pour autant être une mauvaise lecture. Mais encore une fois, je ne suis pas sûre que ma déception sera telle si le nom de l’auteur était différent…

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

 

Publicités
Avis

[Mavilyly] 13 à table de 2016

13 à table 2016

Mon avis:

Comme vous le savez peut-être je ne suis pas une grande fan des nouvelles mais je me fais un point d’honneur à acheter chaque livre que les Restaus du coeur sortent. Même si comme vous pouvez le voir, je mets un certains temps à les lire et je remercie StorieBooks pour m’avoir choisi ce livre pour le Dans ma PAL, tu choisis… de septembre et d’octobre!!!

Pour faire simple, je vais vous dire celles que j’ai aimé qui sont au nombre de 3 sur 12. Celle de Karine Giebel qui est une vraie pépite pour moi. Cette femme est un génie. Peu importe la longueur et le thème de ses écrits, elle arrive à me donner des frissons et des émotions. Sa nouvelle dans ce recueil est cruelle mais très bien menée et comme je le disais à Naku, elle ne manque de rien, on a un vrai début, un milieu et une fin. Contrairement aux autres nouvelles auxquelles je reproche souvent d’être trop rapides.

Bref on a celle de Agnès Ledig, qui est touchante aussi et je trouve différente en tout cas il est question de fraternité mais une fraternité différente et cela m’a bien plu. Et enfin la dernière, celle de Bernard Werber que j’ai trouvé très originale et je dirais même que s’il fait un roman à partir de cette trame, j’aimerais beaucoup le découvrir parce que c’est très prometteur!

Maintenant il y a celles que je n’ai pas du tout aimé. Maxime Chattam qui malgré qu’elle ne fasse qu’une vingtaine de pages, je l’ai trouvé longue pour un résultat assez moyen en ce qui me concerne. Stéphane De Groodt, je n’ai absolument rien compris.

Et pour les 7 qui restent disons qu’elles se lisent bien , avec des intrigues qui m’ont plus ou moins plu… Un bilan mitigé mais pas catastrophique non plus.

Pour lire ce recueil je me suis forcée chaque soir à lire une nouvelle avant de retourner à ma lecture en cours et je pense continuer avec les deux autres que j’ai pour les sortir de ma PAL…

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] Jusqu’à ce que la mort nous unisse de Karine Giebel

Jusqu'à ce que la mort nous unisse

Résumé:

L’Ancolie est une fleur aussi belle que toxique. Belle, à l’image de certains souvenirs. Toxique, à l’image de certains regrets. L’Ancolie, c’est aussi le nom d’un chalet perdu en pleine montagne. C’est là que vit Vincent, un homme seul et meurtri. Rejetant son passé et redoutant son avenir, il préfère vivre dans le présent. Une existence éprise de liberté qu’il consacre entièrement à sa passion pour la montagne et à son métier de guide. Jusqu’au jour où la mort frappe tout près de lui, l’obligeant à sortir de sa tanière. Aux yeux de tous, un tragique accident, une chute mortelle. Seul Vincent est persuadé qu’il s’agit d’un meurtre, que ce n’est pas la montagne qui a tué, et que les vrais coupables doivent payer. Alors, aidé par Servane, une jeune recrue de la gendarmerie avec laquelle il a noué une étrange relation, il se lance dans une quête de vérité. Une quête qui va le conduire sur d’effroyables sentiers, le confronter à ses propres démons. Une quête qui va déterrer un à un des secrets profondément enfouis au coeur de cette paisible vallée, et qui auraient dû le rester à jamais. Car si le mensonge blesse, la vérité peut être fatale…

 

Mon avis:

En ce moment, j’ai beaucoup de mal à trouver un livre que j’adore au point d’avoir du mal à le lâcher. Du coup, je me suis dit que sortir un petit Karine Giebel ne serait pas une mauvaise idée parce que généralement avec moi ça marche du tonnerre. Et je ne me suis pas trompée!

Jusqu’à ce que la mort nous unisse est différent des autres livres de l’auteur, et j’ai l’impression qu’ils sont plus ou moins tous différents mais à chaque fois avec moi cela fonctionne et j’adore ça parce qu’on ne sait jamais trop à quoi s’attendre.

Ici, on suit deux personnages principalement, Servane et Vincent qui m’ont beaucoup beaucoup plu. J’ai très rapidement accroché avec eux malgré leurs petits secrets. Comme souvent avec l’auteur, ce sont ds personnes qu’on pourrait dire lambda, que l’on voit partout et qui du coup paraissent accessibles et complètement réalistes. J’ai adoré leur amitié mise en place petit à petit, avec cette complicité toute naturelle. J’ai aimé voir que chacun apporte quelque chose à l’autre et que sans le vouloir ils s’aident…

Et puis il y a l’enquête qu’ils mènent suite au drame que vit Vincent… Karine Giebel arrive très bien à faire monter la pression tout doucement jusqu’à ce que cela devienne étouffant pour le lecteur et qu’à partir de là, plus rien n’existe pour lui sinon cette course contre la montre et après la vérité!

Cette histoire est moins haletante que certaines que j’ai pu lire mais c’est vraiment cette montée en puissance qui est très intéressante à mon sens. Plus on s’accroche aux personnages, plus on s’inquiète pour eux et plus ce qu’ils vivent devient difficile.

Bon je vous l’accorde, j’ai vu des choses venir, des petits détails et des choses un peu plus importantes mais bon j’étais tellement dans ma lecture que finalement cela ne m’a pas dérangé… Et cette fin, bon sang! Elle est géniale. Elle n’est pas déprimante mais en même temps elle n’est pas enjolivée non plus. Une autre fin m’aurait sûrement déçue je pense.

Ce n’est pas un coup de coeur mais on y est vraiment pas loin. Si vous ne connaissez pas Karine Giebel, la plupart de ses titres sont sortis en poche et donc essayez ses livres parce que pour moi, ça vaut vraiment le détour!!!

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

 

Avis

[Mavilyly] De force de Karine Giebel

de force

Résumé:

« Le temps de l’impunité est révolu. Le temps des souffrances est venu. » Elle ne m’aimait pas. Pourtant, je suis là aujourd’hui. Debout face au cercueil premier prix sur lequel j’ai posé une couronne de fleurs commandée sur internet. Car moi, j’ai voulu l’aimer. De toutes mes forces. De force. Mais on n’aime pas ainsi. Que m’a-t-elle donné ? Un prénom, un toit et deux repas par jour. Je ne garderai rien, c’est décidé. A part le livret de famille qui me rappelle que j’ai vu le jour un 15 mai. De mère indigne. Et de père inconnu. Lorsque j’arrive devant la porte de mon ancienne chambre, ma main hésite à tourner la poignée. Je respire longuement avant d’entrer. En allumant la lumière, je reste bouche bée. Pièce vide, tout a disparu. Il ne reste qu’un tabouret au centre de la pièce. J’essuie mes larmes, je m’approche. Sur le tabouret, une enveloppe. Sur l’enveloppe, mon prénom écrit en lettres capitales. Deux feuilles. Ecrites il y a trois mois. Son testament, ses dernières volontés. Je voulais savoir. Maintenant, je sais. Et ma douleur n’a plus aucune limite. La haine. Voilà l’héritage qu’elle me laisse.

 

Mon avis:

De force, je l’ai gagné à un concours et j’en étais très heureuse parce que je suis une fan de Karine Giebel et ses livres. J’aime tellement l’ambiance de chacun de ses thrillers et le travail qu’elle fournit autour de ses personnages est génial! Pourtant j’appréhendais de commencer celui-ci car les avis n’étaient pas aussi bons que d’habitude et je n’avais pas envie d’entacher mon amour pour Karine Giebel. Et voila que ma petite main a pioché son papier dans ma book jar.

Durant 2 soirs, je prenais le livre, je lisais quelques lignes et je le reposais. Est-ce que j’avais pas envie de lire? Est-ce que mon appréhension était très forte? Est-ce que ce que je lisais ne me plaisais pas? Je n’en sais rien. Je préférais le poser que me forcer et passer à côté. Heureusement est arrivé le dimanche après-midi, que j’adore passer à lire dans mon canapé pendant que mon chéri joue aux jeux vidéos!

A partir de là, je n’ai pas arrêté ma lecture et j’ai lu 450 pages en quelques heures! J’ai retrouvé l’esprit loufoque de l’auteur même si j’ai trouvé que l’ambiance n’était pas assez tendue et manquait de suspens.

J’ai pas mal de détails qui m’ont dérangé pendant ma lecture, en tout cas si je le compare aux autres romans de l’auteur! Je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages qui pourtant sont très intéressants pour l’histoire! En général, la victime devient très vite « une amie » mais dans cette histoire on ne sait pas vraiment qui est la victime et le tortionnaire. Ce qui en soit est sympa mais déroutant ^^. Vu que je n’étais pas aussi proche d’eux que ça, je n’avais pas plus peur pour eux et je n’ai pas été attendrie non plus!

Encore une fois, avec l’histoire, K. Giebel a inventé quelque chose de fou et à chaque fois je me demande d’où elle sort tout ça lol. Tout s’imbrique parfaitement, elle sème les doutes quasiment à chaque page, chaque personnage est important, chaque action est importante. Rien n’est laissé au hasard. Malheureusement, et c’est la première fois, j’ai deviné une bonne partie de la fin ou en tout cas du pourquoi tout ça… Arrivée à la moitié, j’ai commencé à comprendre qui fait quoi, qui est qui et pourquoi! C’est dommage mais bon soyons francs, ça n’a pas gâcher ma lecture juste une petite déception lors de la découverte du pot aux roses…

Comme pour tous les romans de Karine Giebel , je vous conseille De force et je vous conjure de lire Meurtres pour rédemption… Cette auteur vous retournera le cerveau et vous faira vivre des choses bien particulières…

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Tiercé du samedi

Tiercé du samedi #33

Tiercé du samedi

C’est Selene, du blog Selene raconte, qui chapote tout ça et voila commet elle explique ce RDV « Chaque semaine, le samedi comme son nom l’indique, il conviendra de choisir les trois livres, le trio gagnant, correspondant au thème proposé. » De toute façon vous n’avez qu’à cliquez sur le nom de son blog pour atterrir directement chez elle.

Le thème de la semaine:

Les trois personnages qui vous ont le plus touchés.

Les gagnants sont:

Jem dans Revanche de Cat Clarcke

revanche

Marianne dans Meurtres pour rédemption de Karine Giébel

meurtres-pour-redemption

Ca faisait longtemps que j’en avais pas parlé ^^

Will dans Avant toi de Jojo Moyes

avant-toi

Je ne sais pas si ce sont les personnages qui m’ont le plus touchés de toute ma carrière de lectrice mais c’est ceux qui me sont venus en tête en premier.

Avis

[Mavilyly] Chiens de sang de Karine Giébel

 

couv32447740

Résumé:

Courir; toujours plus vite. Plus loin. Fuir la mort qui plane au-dessus d’eux; oiseau de proie aux ailes gigantesques dont l’ombre les dévore déjà. Diane a choisi la fuite. D’instinct. Elle sait qu’ils sont derrière. Juste derrière. Avance minime, infime. Comme son espérance de vie, désormais. Pourtant, elle marche. Pourtant, elle veut vivre. Rémy avance. Avec le poids de la peur qui comprime son cœur. Le poids de la fatigue, comme un boulet enchaîné à ses jambes. Il devrait être ailleurs, en ce moment même. En compagnie de sa femme et de sa fille. Mais non, il est là, errant dans ces bois inhospitaliers, avec ces inconnus qui fuient comme lui. Il est devenu une proie. Rien qu’une proie. Il n’existe plus. Déjà mort. Alors, pourquoi a-t-il aussi peur? Le monde est ainsi fait, qui ne changera jamais. Les chasseurs d’un côté, les proies de l’autre.

Mon avis:

J’adore Karine Giébel et si vous ne le savez pas maintenant c’est le cas. Pourtant j’ai plusieurs de ces livres dans ma pal mais on appréhende toujours parce qu’il y a plus de facilité à être déçue.

Chiens de sang, je l’ai lu rapidement parce qu’on me l’a prêté. Je suis contente de le rajouter à la liste car encore une fois, j’ai passé un excellent moment. Bon c’est clair que ce n’est pas son meilleur en tout cas à mon sens. Ce que j’aime par dessus tout dans ses romans, c’est la terreur psychologique et là on n’y est pas vraiment.

Malgré tout, Chiens de sang est un roman haletant, rapide et addictif, une fois qu’on y est emmergé. Ce roman est une ou plutôt des traques en continu. Plusieurs personnes se font pourchasser par d’autres pour X raisons. Une des traques est juste irréaliste dans le sens on n’a pas envie d’y croire et l’autre est au contraire trop réaliste.

Un thriller/suspens très bien mené qui nous fait augmenter le rythme cardiaque, nous fait hérisser les poils et peut-être nous fait cacher sous la couette!!!

Bref, encore un livre que je vous conseille si vous voulez trembler!!

Ma note:

A note 1A note 1A note 1A note 1A note 0