Avis

[Mavilyly] Blood orange de Harriet Tyce

tyce
Editeur: Robert Laffon
Nombre de pages: 400 pages
Prix: 21 euros
Année de parution: 2019

Résumé:

Alison Wood est avocate pénaliste. À mesure que sa carrière décolle, sa vie familiale se dégrade : elle passe ses journées à plaider et ses soirées dans les bars pour décompresser. Patrick, un collègue avec qui elle entretient une liaison toxique, souffle le chaud et le froid et l’humilie tout autant qu’il se sert d’elle. Pourtant, Alison n’arrive pas à décrocher.
Quand Patrick lui confie sa première affaire de meurtre, elle se plonge dans l’histoire de sa cliente, Madeleine, qui a poignardé son conjoint d’une quinzaine de coups de couteau. Au fil de leurs entretiens, Madeleine se livre : son mari diluait la pilule contraceptive dans son thé, examinait toutes ses dépenses, prenait toutes les décisions…
Petit à petit, leurs deux vies se font écho. Qui contrôle qui ? Et si, avant de défendre les autres, Alison commençait par se défendre elle-même ?

Mon avis:

J’ai demandé au site Netgalley et aux éditions Robert Laffon, que je remercie pour commencer, après avoir vu ce roman chez Pikiti bouquine. Il me semble qu’elle a beaucoup aimé et ce qu’elle en disait me donnait envie. Mais malheureusement, ce roman a été une grosse déception.

Le fond de l’intrigue est pourtant super intéressant et la fin est inattendue, je suis bien obligée de la dire mais pour le reste, la lecture a été un peu compliquée pour moi.

Il m’a manqué de la tension dans ce thriller. Je n’ai pas assez ressenti de stress. Peut-être à cause de la plume de l’auteur mais surtout, je pense, parce que je ne me suis pas du tout identifié ni attaché aux personnages. Je ne saurais pas pourquoi mais aucun d’eux n’a su me toucher et à mon sens dans un thriller ça ne peut pas marcher. Pour chacun d’eux, j’avais l’impression de ne pas avoir toutes les infos et du coup de ne pas les cerner. Parfois cela a du bon mais pas ici ^^. Tous m’ont dérangé en fait, je ne les trouvais pas sain. Et certaines choses m’ont paru tellement grosses, tellement évidentes que je ne comprenait pas comment eux pouvaient passer à côté.

En plus de cela, on est face à une situation d’adultère. Dans la vraie vie, je suis complètement contre mais dans les histoires fictives (livre ou film…) cela ne me dérange pas. Sauf dans le roman d’Harriet Tyce où le personnage d’Alison le vit pas bien mais en même temps ne fait pas grand chose pour que ça change et puis surtout sa fille en pâtit et là c’est ma limite lol. Alison est un personnage qui m’a profondément énervée tant par ses actes que par ses absences d’actions.

En bref, c’est une lecture qui m’a exaspéré et énervée donc forcement je ne la retiens pas malgré comme je le disais plus haut une fin sympathique.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Publicités
Avis

[Mavilyly] Merci maîtresse! : »De rien, c’est mon job. » d’Anouk. F

Merci maîtresse
Editeur: Cherche midi
Nombre de pages: 256 pages
Prix: 17 euros
Année de parution: 2019

 

Résumé:

C’est l’histoire de Carla, qui est venue et qui a dû repartir. Trop vite.
C’est l’histoire de Martim, qui aurait préféré ne pas être là, avec nous.
C’est aussi celle d’Habib, qui espère chaque matin qu’il y aura sport aujourd’hui.
C’est l’histoire de Valentine et de son papa.
D’Adriano et de la quiche qu’il a vomie sur sa dictée ce matin.
De Timéo, qui n’avait pas de chat mais des griffures quand même.
De la corde de Laurence, la directrice, sur laquelle on a un peu trop tiré.
C’est leur histoire à tous.
Et la mienne, aussi.
L’histoire de mon école, de notre école. Et de la vôtre aussi, sûrement.

 

Mon avis:

Encore une lecture que j’ai pu faire grâce au site Netgalley et aux éditions du Cherche midi que je remercie grandement.

Merci maîtresse: « De rien c’est mon job. » est un témoignage simple mais efficace. Anouk F. nous raconte son quotidien d’institutrice dans une classe d’une zone prioritaire (j’ai un doute en le disant mais je crois quand même ^^) en tous les cas avec des élèves qui n’ont pas un parcours linéaire.

Sans faire attention plus que ça aux particularités de ces enfants qui pour moi ne reste que des enfants, j’ai trouvé très intéressant le retour de cette maîtresse sur son quotidien. Finalement on les côtoie tous les jours, ces femmes et ces hommes, mais on ne sait pas ce qu’ils vivent entourés de nos petites têtes blondes.

Je l’ai tellement apprécié qu’une fois commencé, je n’ai pas pu le reposer jusqu’à la dernière page. Ce n’est pourtant pas le récit du siècle mais il est bien écrit, il est vrai et j’aime me plonger dans ces vies que je ne vivrais jamais.

On sent qu’Anouk F. ne désire que nous transmettre son quotidien, on ne ressent aucun message, aucunes revendications dans son récit juste un témoignage d’une vie.

Bref, une bonne lecture qui ne casse pas trois pattes à un canard mais qui mérite amplement d’être lue.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] Hope Never Dies de Delinda Dane & Ludivine Delaune

Hope never dies
Editeur: Something else
Nombre de pages: 301 pages
Prix: 16,50 euros
Année de parution: 2019

 

Résumé:

Hope Blake, jeune fille studieuse et déterminée, ne doit sa survie qu’à un coup du sort…

Déclarée cliniquement morte il y a quatorze ans, cette expérience l’a profondément changée… Dès lors, elle est prête à tout pour mériter ce cœur qui bat dans sa poitrine, mais qui n’est pas le sien…

Connor Mathers n’a connu de la vie que ses plus sombres facettes. Voué à un destin médiocre depuis sa plus tendre enfance, il n’a plus rien à perdre. Pour lui, la descente aux enfers a déjà commencé…

Alors que toutes les histoires commencent par « il était une fois », la leur sera marquée par la fin du combat…

 

Mon avis sur le tome 1

Mon avis:

Si vous avez suivi mes déboires, j’ai eu cet ebook grâce au site Netgalley que je remercie ainsi que les éditions Something else (que je ne connaissais pas avant). Donc je l’ai obtenu et en le rentrant sur mon compte Livraddict, je m’aperçois que c’est un tome 2 donc que je dois me procurer le premier avant ^^. Vous retrouvez mon avis sur celui-ci un peu plus haut.

J’avais déjà fortement apprécié le roman sur Everly et Malcolm mais ce tome 2 est encore mieux pour moi. Tout part des personnages pour qui j’ai eu un crush dés les premières lignes autant la fille, Hope, que le garçon, Connor. Ils m’ont tellement touché que ce soit pour leur fêlures si profondes mais aussi pour la force qu’ils ont en eux mais qu’ils ne soupçonnent pas du tout. Et alors quand ils sont ensemble, c’était juste un pur bonheur. Vous vous doutez bien qu’il va y avoir une romance la dessous mais pas n’importe quelle romance. Elle est de celle qui coule de source, qui est si évidente en tous les cas c’est comme cela que je l’ai ressenti.

J’évite de trop vous en dire  donc ce n’est pas simple mais ils sont beaux, ils sont drôles, ils sont touchant, je pense qu’il est difficile de ne pas les aimer. Et ce qu’ils vivent ou ont vécu est juste terrible l’un ou l’autre. Les auteurs ne se contentent pour autant pas que de cette romance et apporte une vraie histoire, elle aussi tellement noire mais avec tout un tas d’espoir en elle. A plusieurs reprises, elles ont su me surprendre et à un moment donné les émotions ont été trop fortes pour moi. Je ne réalisais pas ce qui se passais, je ne savais pas si je devais y croire ou pas, c’était terrible. Je ne sais pas i j’arrive à vous transmettre ce que j’ai ressenti, je me rends compte que je vis encore complètement l’histoire alors que cela fait 15 jours que je l’ai terminé.

D’habitude cela veut dire que le roman est un coup de coeur et j’y suis vraiment d’un tout petit cheveu. Malheureusement, les auteurs ont écrit une fin, un épilogue qui ne me plaît pas du tout. Un peu comme dans le premier tome, elles ont voulu faire un happy end ce qui est très bien mais il est trop bien et cela fait perdre en réalisme je trouve. J’ai été déçue de ce choix c’est pourquoi je préfère en rester sur le avant épilogue ^^.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] Victor l’indomptable Hugo de Bertrand Puard

Victor l'indomptable Hugo
Editeur: Hachette
Nombre de pages: 192 pages
Prix: 10.99 euros
Année de parution: 2019

 

Résumé:

À treize ans, Victor est un rêveur. Il rêve d’amour, d’histoires sans fin et d’aventures extraordinaires. Jusqu’au jour où l’aventure vient à lui.
Une nuit, des bruits étranges s’échappent de la chambre de son frère Eugène. Des bruits de lutte. Il se précipite… trop tard : son frère est kidnappé sous ses yeux.
Bien décidé à retrouver Eugène, Victor se lance sur ses traces. En route, il croise des personnages hauts en couleurs. Amis ou ennemis ? Il ne va pas tarder à le découvrir…

 

Mon avis:

Pour moi ces petits romans de Bertrand Puard consacrés aux grands auteurs, sont incontournable maintenant. J’ai eu des coups de coeur pour les deux précédents. Ils sont sur Emile Zola et Alexandre Duras. Bien que je n’ai pas eu le même coup de coeur pour celui-ci cela a été une très bonne et belle lecture.

L’auteur nous entraîne encore dans une folle aventure riche en émotions et en péripéties. Mon seul regret a été que je ne me suis pas vraiment attachée aux personnages. Cela est bizarre surtout que c’est avec celui-ci que les personnages, tout du moins leur nom ou leur condition me parlait le plus. Contrairement aux auteurs de Emile Zola et Alexandre Dumas, je connais un tout petit peu les oeuvres de Victor Hugo donc je ne partais pas d’une page blanche.

Malgré tout, comme je vous disais j’ai passé une très bonne lecture. La plume de l’auteur est toujours aussi sympa et intéressante. On se laisse entraîner par son imagination et par les aventures de ses personnages.

J’ai acheté ce « tome » à ma nièce et j’aimerais vraiment me les procurer en papier pour les avoir dans ma bibliothèque. Je suis très impatiente de lire le suivant qui est consacré à George Sand ^^.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] Un nouveau départ d’A.J. Thomas

un nouveau départ
Editeur: MxM Bookmark
Nombre de pages: /
Prix: 5.99 euros
Année de parution: 2019

Résumé:

Après une confuse nuit de beuverie, Patrick Connelly devient père. Déterminé à être présent pour son fils, Patrick abandonne l’un de ses sports favoris et décide de cacher sa sexualité à jamais. Suite à un divorce brutal et à un violent crime de haine, son fils Jay développe une obsession pour les tags. Avec l’espoir de pouvoir recommencer à zéro, Patrick déménage et emmène Jay à Seattle, sa ville natale. Deux semaines plus tard, son fils est de nouveau arrêté. Alors qu’il s’apprête à venir le chercher, Patrick s’interpose lors d’une agression, mais finit lui aussi par se faire embarquer par la police. Alors qu’il pensait que les choses ne pouvaient être pires, il se retrouve confronté à l’homme le plus sexy qu’il ait jamais vu : le nouveau conseiller pénitentiaire de probation de son fils, Ken Atkins.

Le plus dur, dans le boulot de Ken, c’est de travailler avec des parents peu coopératifs, et Patrick Connelly, qui est incontestablement beau, va être de ceux-là. Mais après avoir passé une nuit torride avec lui suite à une rencontre fortuite, Ken est pris au dépourvu. Alors qu’ils essaient tous deux de faire en sorte que Jay reste sur le droit chemin, il leur devient impossible de résister à la passion qui les dévore. Quand l’agression désamorcée par Patrick revient les hanter et que Jay a de nouveau des ennuis, Ken doit le convaincre qu’assurer le bonheur de son fils ne signifie pas pour autant sacrifier le sien.

 

Mon avis:

Je vais commencer par remercier les éditons MxM Bookmark ainsi que le site NetGalley pour l’envoi de ce roman.

Que dire de cette lecture? Malheureusement elle sera de celle qui ne me laissera pas un souvenir impérissable et elle commence déjà s’effacer de ma mémoire.

On est avec Pat et Jay qui débarque à Seattle pour fuir tous leurs problèmes restés à New-York. Malheureusement tout ne se passe pas comme prévu et Jay retrouve son contrôle judiciaire. Et à partir de la tout commence et surtout la romance entre Pat et Ken le conseiller judiciaire de Jay.

Déjà premier point négatif, je n’ai absolument pas accroché aux personnages si ce n’est Jay donc quand c’est une romance cela devient très compliqué. Je les ai pas trouvé marquant au point que durant toute ma lecture j’ai eu du mal à associer le prénom au personnage et du coup lorsque l’auteur nous parle d’eux par leur couleur de cheveux ou leur métier c’était assez compliqué.

Ensuite tout va beaucoup trop vite je trouve, surtout quand on sait que Pat ne veut pas tomber amoureux et qu’en plus la situation actuelle de l’histoire est un grand frein à leur histoire. On a quelques pages où ils freinent des quatre fers et puis en une phrase ils se retrouvent nus!!! J’ai eu beaucoup de mal à suivre l’auteur dans ces décisions. Sachant que j’avais aussi du mal à suivre l’avancée du temps. Souvent je pensais les personnages en week-end alors qu’on était mercredi et inversement.

Bref, je en peux pas dire que cette lecture est une mauvaise lecture mais elle n’a pas retenu mon attention ce qui a entraîné des blocages et des problèmes de compréhension. En plus de ça lorsque je lis une romance, j’aime avoir de la passion et souvent dans le M/M, elle est plutôt bestial, ce que j’apprécie beaucoup mais là j’ai trouvé la relation des deux gommes assez fade.

Allez j’arrête la, il ne m’a pas convaincu mais pour autant il trouvera son public.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

 

Avis

[Mavilyly] Libre d’aimer d’Olivier Merle

libre d'aimer
Editeur: XO
Nombre de pages: 464 pages
Prix: 19.90 euros
Année de parution: 2019

Résumé:

Juillet 1942. Elle s’appelle Esther, elle a vingt ans, elle est juive. Ses parents ont été arrêtés, elle erre dans les rues de Paris, perdue et terrifiée. Alors qu’elle se repose sur un banc, son regard croise celui d’une femme élégante, plus âgée qu’elle, qui fume de longues cigarettes à la terrasse d’un café. Esther ne le sait pas encore mais sa rencontre prochaine avec Thérèse Dorval, l’épouse d’un homme cynique et violent qui collabore avec les Allemands, va bouleverser sa vie. Naissance d’un désir irrésistible, en pleine tragédie. Amour interdit de deux femmes emportées par le feu de la passion. À Dinard, où elles se réfugient, elles devront, sous la pluie des bombes alliées, décider de leur destin?: se séparer pour tenter de survivre ou accepter de mourir par amour.

 

Mon avis:

Je vais commencer par remercier les éditions XO ainsi que le site NetGalley pour l’envoi de ce roman et m’excuser pour l’attente de cette chronique.

Libre d’aimer est un roman qui avait beaucoup de bons points pour me plaire mais malheureusement deux choses sont venues ternir mon ressenti.

J’étais curieuse de découvrir le roman d’Olivier Merle de par son contexte de la Seconde Guerre Mondiale surtout que l’auteur se concentre sur les conditions des femmes à cette époque. On suit donc Esther, jeune juive qui a vu ses parents se faire emmener par la police française et Thérèse, jeune femme qui mène une vie plutôt sympa au vu des événements. Elles se rencontrent et comme le dit le résumé, tombent amoureuses.

Vous conviendrez qu’à ce moment de l’Histoire les femmes n’avaient pas vraiment voix au chapitre, elles étaient complètement sous le joug de leur père ou mari plus tard, et je pense que ça fait du bien de nous le rappeler de temps en temps. Mais en plus de ça, Esther et Thérèse ont une sexualité absolument réprouvée dans ces années. Elles doivent donc se battre et se cacher perpétuellement. J’ai vraiment aimé me plonger dans la vie de « mes ancêtres » et me rappeler que des choses qui me paraissent acquises aujourd’hui ne l’étaient pas il y a pas si longtemps que ça. Un exemple? Une femme qui voulait travailler devait avoir l’accord de son père ou son mari!!!!

En plus de ça l’auteur a une plume très sympathique qui rend la lecture fluide et facile. Malgré tous ces points, j’ai eu du mal avec ce livre car je n’ai absolument pas accroché aux personnages qui pour l’une est tellement naïve et sous la coupe de l’autre qu’elle m’énervait et pour la deuxième ce sont ces caprices et sa personnalité de petite fille gâtée qui m’insupportait. On rajoute à ça, une fin pour moi un peu trop facile qui ne m’a pas convaincu. Durant tout le récit, l’auteur joue sur le fil, nous fait croire au pire pour finalement finir dans le monde des bisounours ^^. Plus ça va et plus je me rends compte que j’aime lorsque les romans n’ont pas un happy end total, comme dans la vraie vie quoi, à moins de lire une pure romance, un chick-lit où la je suis prévenue avant même de commencer ma lecture.

Bref, je ne peux pas vous déconseiller Libre d’aimer car si, contrairement à moi, vous accrochez avec les personnages c’est quasiment gagné, mais en même temps il ne sera pas dans la liste des romans que je recommanderais autour de moi.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] Une douce odeur de pluie de Jojo Moyes

Une douce odeur de pluie

Résumé:

1953.
Le soir du couronnement de la reine Elizabeth II, la communauté britannique de Hong Kong se réunit. Pendant que tout le monde s’efforce de suivre la cérémonie sur une radio défectueuse, la jeune Joy tombe follement amoureuse. En 1980, sa fille Kate se rebelle et fuit l’Irlande avec Sabine, son enfant illégitime. Quinze ans plus tard, Kate envoie Sabine en vacances en Irlande chez ses grands-parents, Edward et Joy, qu’elle connaît à peine.
Lorsque Sabine, sa mère et sa grand-mère se retrouvent, un secret de famille profondément enfoui resurgit…

 

Mon avis:

On commence par les éternels remerciements pour NetGalley et les éditions Milady qui m’ont permis de lire ce roman.

Malheureusement, ce sera ma dernière lecture de l’auteur. J’ai commencé avec elle en lisant Avant toi dont j’ai eu un réel coup de coeur. Il fait d’ailleurs partie de mon top 3 encore aujourd’hui! J’ai donc voulu découvrir le reste des oeuvres de l’auteur mais si ce n’est la suite Après toi et Après tout, je n’ai apprécié aucun des autres de ses romans, c’est fou.

Avec Une douce odeur de pluie, il y a tellement de choses que je n’ai pas compris!!! On commence par suivre Joy lors des années 50 à Hong Kong et cette partie me plaisait pas mal bien que j’avais du mal à situer tout ça, étant une époque que je connais peu et une ville que je ne connais pas du tout mais j’étais bien tout de même. Puis tout a basculé lorsque l’on saute dans le futur et que l’on apprend à connaitre Kate et Sabine, fille et petite-fille de Joy.

Déjà j’ai eu du mal à m’attacher à elle deux donc ça ne facilite pas les choses et les interrogations n’ont fait que se succéder. Pourquoi Kate décide d’envoyer sa fille à des centaines de kilomètre d’elle, chez ses parents qu’elle déteste et que sa fille ne connait absolument pas??? J’espérais le comprendre mais même en ayant refermé le livre, je n’ai pas ma réponse.

Ensuite, on se retrouve essentiellement avec Sabine qui au fil des pages, m’énervait de plus en plus surtout lorsqu’elle fantasmait sur Tom (je crois que c’est son prénom ^^). Le type, il a l’âge d’être son père et elle, dès qu’elle le voit, limite elle le voudrait dans son lit. En soit ça arrive de fantasmer sur plus vieux que soi mais là, ça m’a profondément dérangé. Elle s’imagine tout un monde et en même temps fait sa capricieuse (dans sa tête bien sûr elle ne dévoile rien) s’il ne répond pas comme elle l’attend. C’était des scènes qui m’ont vraiment mise mal à l’aise jusqu’à la scène ultime où elle se dévoile un peu trop mais où l’auteur balaye ce moment et ne revient plus jamais dessus.

On continue, par l’histoire d’Annie qui est certes tragique et très touchante (c’est peut-être elle qui m’a le plus intéressée finalement) mais je ne comprends pas pourquoi l’auteur a voulu la placer ici. Qu’est ce qu’elle apporte à l’histoire de Joy, Kate et Sabine??? Peut-être le rapprochement entre elles mais je suis sûre qu’il y avait une autre façon de faire sans compliquer le récit avec ce destin parallèle.

Et je finis par la fin, c’est mieux me direz vous. Pour moi, elle est trop facile. Jojo Moyes ne se gêne pas pour nous balancer, une quantité folle de bombe tout au long de son roman. Bombes qui trouvent plus ou moins une finalité mais par contre la fin du roman est toute gentillette, tout le monde est heureux et on en parle plus. Et bien non, je ne suis pas convaincue.

Wahou, cela fait bien longtemps que je n’ai pas écrit un aussi long texte pour parler d’un roman. Bravo à ceux qui ont été jusqu’à la fin!!! C’est avec Une douce odeur de pluie que j’arrête ma « liaison » avec Jojo Moyes. Elle a su me faire flacher avec Lou et Will mais malheureusement ce sera tout.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume