Avis

[Mavilyly] Les filles de l’astrologue T1 de Laurence Schaack & Françoise de Guibert #PLIB2019

Les filles de l'astrologue
Editeur: Rageot
Nombre de pages: 352 pages
Prix: 14.90 euros
Année de parution: 2018

Résumé:

Thérèse, Ariane, Philomène et Soledad sont quatre soeurs et filles d’un astrologue. Lorsque ce dernier se fait arrêter car le roi Louis XIV interdit la pratique de l’astrologie, elles sont obligées de quitter leur maison et de se séparer.

 

Mon avis:

C’est grâce au PLIB et aux éditions Rageot que j’ai pu lire ce premier tome et je peux vous dire que si je l’avais lu avant, ce premier tome aurait fait parti de mes finalistes du PLIB. J’ai beaucoup beaucoup aimé cette lecture.

Je vous écrit cette chronique 15 jours après l’avoir terminé mais malgré tout, l’histoire et les personnages sont encore bien présents dans ma mémoire. J’ai particulièrement aimé le fait que les auteures prennent le temps de mettre en place leurs personnages et leur intrigue mais sans oublier de faire avancer cette dernière. Du coup, on s’ennuie pas un seul instant mais on est pas perdu non plus.

J’ai très envie de découvrir la suite de cette saga surtout car je me suis vite attachée aux 4 filles,ma préférence va à Philomène, et leurs caractères bien distincts attisent ma curiosité tout comme le sort de leur papa.

Je n’ai jamais été une férue d’Histoire, au contraire à l’école s’était plutôt ma bête noire, mais avec ce genre de roman, on a envie de faire des recherches pour connaître plus en détails le contexte de l’histoire. C’est toujours un point positif pour moi. Par contre un sujet, qui m’a énormément intéressé, l’astrologie. Je suis depuis plusieurs mois maintenant par la Lune mais aussi les étoiles ect, donc ce roman a résonné en moi un peu plus.

Bref, pour moi Les filles de l’astrologue est très prometteur et surtout ce premier tome peut plaire à un grand panel de lecteur…

 

Pour le PLIB: #ISBN9782700256215

Avis

[Mavilyly] Le Dieu oiseau d’Aurélie Wellenstein #PLIB2019

Le Dieu oiseau
Editeur: Scrineo
Nombre de pages: 352 pages
Prix: 16,90 euros
Année de parution: 2018

Résumé:

Une île. Dix clans. Tous les dix ans, une compétition détermine quel clan va dominer l’île pour la décennie à venir. Les perdants subiront la tradition du « banquet » : une journée d’orgie où les vainqueurs peuvent réduire en esclavage, tuer, violer, et même dévorer leurs adversaires. Il y a dix ans, Faolan, fils du chef de clan déchu, a assisté au massacre de sa famille. Sauvé par le fils du chef victorieux, Torok, il est depuis lors son esclave et doit subir ses fantaisies perverses. Sa seule perspective d’avenir est de participer à la compétition de « l’homme-oiseau », afin de renverser l’équilibre des pouvoirs en place et de se venger. Qui du maître ou de l’esclave va remporter la bataille ? Quel enjeu pour les habitants de l’île ? Quel est le prix à payer pour la victoire ?

 

Mon avis:

Le Dieu oiseau est le dernier finaliste que je devais lire en tant que Jury de l’édition 2019 du Plib. J’avais très peur de cette lecture. J’en avais entendu tellement sur elle, notamment qu’elle était très violente et sanglante que je ne savais pas si elle était faite pour moi ou pas. Clairement sans cette « obligation » de la lire et la chroniquer, je n’aurais jamais eu le livre entre les mains. Et une fois celui-ci commencé, sans cette « obligation » de la chroniquer, je ne l’aurais pas terminé. Ca vous donne une idée sur mon point de vue ^^.

Malheureusement, le roman d’Aurélie Wellenstein est celui que j’ai le moins aimé de cette sélection de 5 livres. Mais pas pour les raisons que je croyais au contraire. Je m’attendais à un roman tellement trash qu’il m’a paru très fade. Alors oui je ne vais pas dire le contraire, il y a des scènes ragoutantes et que je ne veux pas voir mais elles sont au final très peu nombreuses. Quant au reste, j’ai eu l’impression qu’il ne se passait pas grand chose.

On suit Faolan qui est censé vivre une aventure dangereuse à chaque moment, il est censé avoir des ennemis tous plus déterminés les uns des autres mais clairement je n’ai pas retrouvé ça. Il se défait des difficultés si facilement pour un esclave sans préparation et ses ennemis sont très loin d’être méchant.

Tout cela couronné par une fin qui ne m’a pas convaincu du tout. Je me suis dit, tout cela pour ça, tout cela pour ne même pas faire ce qui était prévu? Et bien je ne suis pas d’accord. Malheureusement, je n’arrive pas à trouver de point positif à cette lecture si ce n’est la plume de l’auteur qui malgré tout n’est pas désagréable du tout. Je me pencherais peut-être sur son roman Mers mortes qui me tente bien (et la couverture qui est sublime).

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

 

Pour le PLIB: #ISBN9782367405827

Avis

[Mavilyly] La fille qui tressait les nuages de Céline Chevet #PLIB2019

La fille qui tressait les nuages
Editeur: Le chat noir
Nombre de pages: 292 pages
Prix: 19.90 euros
Année de parution: 2018

Résumé:

Saitama-ken, Japon.

Entre les longs doigts blancs de Haru, les pelotes du temps s’enroulent comme des chats endormis. Elle tresse les nuages en forme de drame, d’amour passionnel, de secrets.

Sous le nébuleux spectacle, Julian pleure encore la sœur de Souichiro Sakai, son meilleur ami. Son esprit et son cœur encore amoureux nient cette mort mystérieuse. Influencée par son amie Haru, Julian part en quête des souvenirs que sa mémoire a occultés. Il est alors loin de se douter du terrible passé que cache la famille Sakai…

Fable surréaliste, la Fille qui tressait les nuages narre les destins entrecroisés d’un amour perdu, une famille maudite et les tragédies d’une adolescence toujours plus brève.

 

Mon avis:

J’ai lu ce roman dans le cadre du PLIB 2019 et en lecture commune avec plusieurs personne lors du challenge Faites l’amour ou la guerre…

Je suis assez mitigée face à ce roman. Mitigée car l’histoire et les personnages m’ont beaucoup intéressés et plus mais quand j’ai tourné la dernière page, je me suis demandée si j’avais bien tout compris.

Il est certain que La fille qui tressait les nuages est original dans son histoire mais aussi dans sa narration. On va de surprises en surprises notamment à la fin où l’auteur nous fait un retournement de situation et de cerveau clairement. Je pense qu’il est impossible pour quiconque de deviner ce que l’auteur à imaginer.

Mais voila, comme je vous disais, je ne suis pas sûre d’avoir tout compris ^^. L’auteur apporte à son histoire des petites touches de fantastique qui m’ont pas mal perturbé surtout que je n’ai pas trouvé la raison à ces passages. Le récit est déjà de base imaginaire donc je ne comprends pas pourquoi rajouter ces détails. A cause de ces passages, je décrochais du roman et il me paraissais un peu long.

Et enfin, j’ai été assez choquée du destin que l’auteur donne à Akiko. C’est un personnage bien particulier et je me suis beaucoup attachée à elle, ce qui explique mon désarroi quant à sa fin^^.

Il est difficile pour moi de recommander ce roman car il est vraiment hors piste pour moi et je pense qu’il ne plaira pas à tout le monde. Mais je pense que le problème vient du faite qu’il m’a manqué des billes dans le genre fantastique et dans la culture japonaise, ce qui explique que La fille qui tressait les nuages ne m’ait pas plus plu.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

 

Pour le PLIB: #ISBN9782375680797

Avis

[Mavilyly] Interfeel d’Antonin Atger #PLIB2019

Interfeel
Editeur: PKJ
Nombre de pages: 496 pages
Prix: 18.5 euros
Année de parution: 2018

Résumé:

Et si le monde entier avait accès à vos émotions ?
Nathan et ses amis sont en permanence connectés à Interfeel, un réseau social qui permet de partager ses émotions. Pour l’immense majorité des habitants de la planète, connaître les émotions de chacun est tout aussi naturel que téléphoner. Mais un événement tragique va se produire sous leurs yeux et bouleverser Nathan. Fasciné par Élizabeth, une  » sans-Réseau  » qui vit en marge de la société, il voit toutes ses certitudes vaciller. Ce que les deux adolescents découvriront pourrait bien changer le monde à jamais…

 

Mon avis:

Une nouvelle lecture faite pour le PLIB2019 dont j’entendais que du bien et sur laquelle je mettais beaucoup d’attentes. Et comme vous allez le voir, il ne fait pas partie de mes finalistes car dans l’ensemble je n’ai pas apprécié ma lecture bien qu’elle soit loin d’être mauvaise.

Je vais commencer par son résumé, il m’a attiré assez vite. J’étais curieuse de voir ce réseau social créé à travers les émotions des personnages. Et dans le principe, l’idée reste bonne mais à mon sens pas suffisamment exploitée au point que je n’ai pas compris exactement comment il fonctionnait. Et surtout, je ne comprends pas le terme réseau social ici. Les gens connaissent les émotions des autres qu’ils croisent mais ils ne peuvent pas s’en servir pour communiquer, pour échanger, le but d’un réseau social, non?

De plus, l’auteur n’a pas suffisamment travaillé ses personnages selon moi. Ils sont pourtant bons et intéressants mais on en connaît pas assez sur eux pour s’y attacher ou s’y identifier ce qui est bien dommage.

Et enfin pour finir sur les mauvais points, l’auteur prend beaucoup de facilité dans son récit. Pour s’en sortir, les personnages utilisent des objets, des procédés dont on avait pas entendu parler avant et c’est plutôt déroutant. Et, à mon sens, cela a enlever de la crédibilité à l’histoire. Tout en nous laissant avec énormément de questions à la fin du roman.

Je pense que ce one-shot (qui peut ne plus en être si le livre fonctionne -_-‘ no coment) aurait dû être au moins une duologie pour que l’auteur peaufine tout ça et nous apporte quelque chose de vraiment abouti. Tout ce négatif est vraiment dommage car on est face à une plume très sympa et de ce fait une lecture fluide… Vraiment dommage !

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

 

Pour le PLIB:  #ISBN9782823811834

Blabla

[Mavilyly] Les finalistes du #PLIB2019

Ça y est on arrive sur la dernière partie de ce Prix littéraire auquel je prends autant de plaisir qu’au début à participer.

Comme pour les sélectionnés il y a quelques mois, je vais vous donner en premier lieu ceux pour lesquels j’ai moi-même voté et ensuite les « vrais » finalistes. C’est 5 la s’ils ne sont pas déjà chroniqués sur le blog vous les verrez obligatoirement ^^.

 

Mes finalistes

Les 3 du haut, je les ai lu et adoré et les 2 du bas sont ceux qui me donnent envie mais je n’ai pas eu l’occas de les acheter et les lire!

 

Les 5 vrais finalistes

 

Je suis forcément un peu déçue de ne retrouver qu’un seul de mes finalistes dans la sélection finale mais bon c’est le jeu. Je me réconforte en me disant que j’en ai plus qu’un à lire Le Dieu Oiseau d’Aurélie Wellenstein même s’il me fait peur ^^.

Avis

[Mavilyly] Comment le dire à la nuit de Vincent Tassy #PLIB2019

Comment le dire à la nuit
Editeur: Le chat noir
Nombre de pages: 368 pages
Prix: 19.90 euros
Année de parution: 2018

Résumé:

La dame en noir vivait seule dans son château. Elle ne pouvait pas mourir. De tout ce temps qu’elle avait, elle ne faisait rien. Et puis un jour, elle trouva sur son chemin le garçon aux cheveux blancs.

Elle l’enleva.

Elle voulait vivre une histoire. Une histoire d’amour et de nuit qui traverserait les siècles.

 

Mon avis:

Je n’ai encore rien écrit mais je sens que je vais avoir du mal avec cette chronique. Pas parce que je n’ai rien à dire mais plutôt le contraire, tellement de choses qu’il va falloir réussir à organiser et à développer.

Déjà, il faut savoir que j’ai lu ce roman dans le cadre du Plib 2019 et surtout en lecture commune. On était nombreux et je pense que c’est pour le moment la meilleure LC que j’ai faite. J’ai juste adoré discuter au fil de la lecture avec les filles (il me semble qu’on était entre gonzesses si ce n’est pas le cas désolée ^^). Comment le dire à la nuit est typiquement le genre de livre dont chacun peut avoir une lecture différente et donc chacune avait sa vision des choses, comprenait à sa façon et donc on éclairait ( ou pas) nos collègues de lecture.

Maintenant il faut que je vous dise ce que moi, j’ai pensé mais j’ai vraiment peur ^^.

Là aujourd’hui, cela fait 15 jours que j’ai terminé cette lecture et je peux vous dire que c’est une très bonne lecture, qui me restera en mémoire et qui mérite d’être découverte. Cet avis tranché, je ne l’ai pas eu tout du long de ma découverte.

Le romand de Vincent Tassy est tellement différent de ce que je peux lire habituellement qu’il m’a, à plusieurs reprises, dérouté. Mais c’est, je pense, sa plus grande force, on passe par une émotion et son contraire en quelques lignes. L’auteur nous fait douter à chaque instant sur ce qu’on lit, sur les personnages, sur les événements que l’on est en train de lire.

C’est un roman poétique, mystérieux, qui le rend inaccessible mais en même temps propre à chacun. Là où c’est difficile de vous en parler, c’est qu’à peine on y voit un point négatif, il se transforme en point positif et inversement. Le mot clé de cet ouvrage c’est l’ambivalence. Les personnages, les actions, le début, la fin, tout est tellement compliqué. L’auteur nous montre la part d’ombre de chaque personnage, chaque histoire mais cette même partie s’explique et devient de moins en moins noir. Et au contraire ce qui nous paraissait frais et lumineux au début devient ce qu’il y a de plus noir à la fin. Bref avec cette lecture, on ne peut pas rester sur ses acquis.

C’est un véritable ovni pour moi. Je trouve difficilement mes mots. Il a bousculé pas mal de chose en moi et à chaque fois un peu plus quand j’y pense. Ce n’est pas un coup de coeur car il n’est pas simple à lire et c’est en le laissant décanter qu’il a pris toute sa place pour autant il est A LIRE!!!!

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

 

Pour le PLIB: #ISBN9782375680897

Avis

[Mavilyly] Rouille de Floriane Soulas #PLIB2019

Rouille

Editeur: Srineo
Nombre pages: 384 pages
Prix: 16.90€
Année de parution: 2018

Résumé:

Paris, 1897. Les plus grandes puissances européennes se sont lancées à l’assaut de la Lune et de nouveaux matériaux découverts sur le satellite envahissent peu à peu la Terre. Ces grandes avancées scientifiques révolutionnent l’industrie et la médecine, mais pas pour tout le monde. Et dans les faubourgs, loin de l’hyper-centre protégé par le dôme sous lequel vivent les puissants, le petit peuple de Paris survit tant bien que mal. Violante est une prostituée sans mémoire, ignorant jusqu’à son âge réel. Dans un monde où son désir de vérité passe après celui de ses clients et de ses patrons, la jeune fille tente de retrouver la trace de ses origines perdues. Alors qu’une vague de meurtres particulièrement horribles ensanglante la capitale, Satine, son amie et seul soutien, disparaît dans d’étranges circonstances. Violante, elle, se voit offrir une porte de sortie à ce demi-monde violent qui la retient prisonnière, mais décide malgré tout de prendre part aux investigations.

 

Mon avis:

J’ai longtemps hésité à lire ce roman. Depuis sa sortie, il a été difficile de passer à côté, les avis sont plus ou moins bons mais voila ni la couverture, ni le résumé ne m’incitaient à le découvrir un peu plus. Et puis j’ai eu l’occasion de le découvrir grâce à la mise en place d’un livre voyageur. Finalement, j’y perdait peu s’il s’avérait qu’il ne me plaisait pas.

Et bien m’en a pris. Dans l’ensemble de ma lecture, j’ai beaucoup apprécié les moments passés avec le roman de Floriane Soulas.

Je dois avouer que j’ai mis du temps à vraiment rentrer dans l’histoire car il a fallu que je me familiarise avec le style et le décor steampunk que je connaissais absolument pas. Mais une fois tout cela apprivoisé, je me suis laissée conquérir par Violante et sa quête d’identité qui va l’amener beaucoup plus loin que ce qu’elle imaginait. Elle va vivre toutes ces péripéties accompagnée, et j’ai aimé les personnages proposé par l’auteur. Ils sont vraiment différents, ont tous leurs failles et leur force donc sont très intéressant. Sans vraiment savoir pourquoi, je me suis assez fortement attaché à un des personnages masculins (l’inventeur de petits gadgets pour ceux qui l’ont lu – c’est fou de pas me souvenir de son prénom -) et j’ai été déçue de pas en apprendre plus sur lui et surtout de le quitter!!!

Quand à l’intrigue, le début est assez lent, le temps de mettre les choses en place mais une fois que l’auteur choisit d’accélérer le rythme, elle ne lâche plus la pédale et tout va extrêmement vite. Les actions, les lieux, s’enchaînent et il est difficile de poser le livre.

Bien qu’une petite frustration s’est pointé à la fin où j’aurais voulu autre chose, Rouille est pour moi un très bon roman surtout que celui-ci est le premier de Floriane Soulas. Je ne sais pas si je peux le conseiller à tous mais en tous les cas, s’il vous tente n’hésitez plus.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Pour le PLIB2019: #ISBN9782367406060