Avis

[Mavilyly] Satan était un ange de Karine Giébel

Satan est un ange
Editeur: Pocket
Nombre de pages: 376 pages
Prix: 7.50 euros
Année de parution: 2015

Résumé:

Lorsque François apprend que sa tumeur est incurable et qu’il ne lui reste plus que quelques mois à vivre, il monte en voiture et erre sans destination. En chemin, il prend en auto-stop, un autre fuyard, Paul. En quelques jours, les deux hommes apprennent à se connaître et à profiter de la vie.

 

Mon avis:

Je partais extrêmement confiante avec ce roman que Storiebooks m’a choisi pour le mois de février. Confiante car c’était du Karine Giébel et si vous me suivez, vous savez que c’est une de mes auteurs chouchou!!

Mais malheureusement cela a été une petite déception. Mais une déception parce que c’est Karine Giébel car le roman en lui-même est très bien. On retrouve par toute logique, la plume très sympa, dynamique de l’auteur. La lecture est fluide et se fait très bien mais il m’a manqué deux choses.

Avec cette auteur, ce que j’aime, c’est être sous tension en continu pendant toute ma lecture. Généralement, je suis aussi stressée que les personnages, ce qui implique une impossibilité à reposer le livre. Mais avec Satan était un ange, je n’ai pas ressenti cette pression. Il m’a manqué ma boule au ventre et la boulimie qui me prend avec cette auteur. Cela a été vraiment dur pour moi, je déchantais au fur et à mesure des pages, c’était terrible.

Le second point c’est la fin. Encore une fois, j’aime les romans de l’auteur car elle nous donne des fins qu ne sont pas des happy end pour tous les personnages mais cette fin est beaucoup trop facile pour moi.

Bref, une belle déception pour moi sans pour autant être une mauvaise lecture. Mais encore une fois, je ne suis pas sûre que ma déception sera telle si le nom de l’auteur était différent…

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

 

Publicités
Avis

[Mavilyly] Le gang des rêves de Luca Di Fulvio

le gang des rêves
Editeur: Pocket
Nombre de pages: 945 pages
Prix: 9.4€
Année de parution: 2017

Résumé:

Une Italienne de quinze ans débarque avec son fils dans le New York des années vingt… L’histoire commence, vertigineuse, tumultueuse. Elle s’achève quelques heures plus tard sans qu’on ait pu fermer le livre, la magie Di Fulvio. Roman de l’enfance volée, Le Gang des rêves brûle d’une ardeur rédemptrice : chacun s’y bat pour conserver son intégrité et, dans la boue, le sang, la terreur et la pitié, toujours garder l’illusion de la pureté.

 

Mon avis:

Je suis très très en retard dans mes chroniques, je n’arrive plus à trouver le temps pour tenir mes carnets + venir sur le blog tout en lisant…

Bref, je viens vous parler du roman de Luca Di Fulvio que j’ai emprunté à la bibliothèque et qui dans l’ensemble m’a beaucoup plu malgré pas mal de petits trucs qui m’ont chafouiné…

Le gros point fort de ce roman, c’est la plume de l’auteur qui je crois pourrait nous faire lire n’importe quoi et l’on prendrait du plaisir. Elle est fluide, simple mais travaillée et j’ai eu l’impression que ça coulait de source tout simplement! C’est grâce à ça que j’ai lu les 945 pages car à mon sens, il y en avait pas besoin d’autant…

J’ai bien apprécié aussi les personnages surtout Christmas et Ruth qui m’ont plu par leur quête de soi et de l’autre. Les personnages secondaires sont comme eux, travaillés, affinés et il est donc agréable de suivre toutes ces personnages se dépatouiller comme elles peuvent. Même Bill qui il faut l’avouer, est très bizarre et inquiétant m’a plu car il apportait autre chose au récit.

La où je dis qu’à mon sens, il y a quelques pages, quelques chapitres en trop c’est que lorsque l’on termine le livre et que l’on revient sur ce qu’il s’est passé et bien c’est pas folichon. On ne s’ennuie pas mais il n’y a pas tant de twister, de rebondissements que cela. Je me suis dit, « tout ça pour ça?!?! ». Il y a des passages, des personnages, qui ont peu d’impacts sur le fil conducteur du roman et les supprimer aurait peu d’incidence sur la lecture.

Je dis ça car la taille du roman peut rebuter certains, moi la première, j’ai mis du temps à me lancer, et si on enlevait ces parties peut-être y aurait-il plus de lecteurs.

Je voudrais aussi évoquer une chose qui ne m’a pas sauté aux yeux personnellement mais qui est ressorti lorsque j’en ai discuté à la bibliothèque. Certaines scènes peuvent être choquantes et mettre mal à l’aise le lecteur, donc attention si vous êtes sensible…

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

 

Avis

[Mavilyly] Le cri de Nicolas Beuglet

Le cri

Résumé:

Hôpital psychiatrique de Gaustad, Oslo. À l’aube d’une nuit glaciale, le corps d’un patient est retrouvé étranglé dans sa cellule, la bouche ouverte dans un hurlement muet. Dépêchée sur place, la troublante inspectrice Sarah Geringën le sent aussitôt : cette affaire ne ressemble à aucune autre…
Et les énigmes se succèdent : pourquoi la victime a-t-elle une cicatrice formant le nombre 488 sur le front ? Que signifient ces dessins indéchiffrables sur le mur de sa cellule ? Pourquoi le personnel de l’hôpital semble si peu à l’aise avec l’identité de cet homme interné à Gaustad depuis plus de trente ans ?
Pour Sarah, c’est le début d’une enquête terrifiante qui la mène de Londres à l’île de l’Ascension, des mines du Minnesota aux hauteurs du vieux Nice.
Soumise à un compte à rebours implacable, Sarah va lier son destin à celui d’un journaliste d’investigation français, Christopher, et découvrir, en exhumant des dossiers de la CIA, une vérité vertigineuse sur l’une des questions qui hante chacun d’entre nous : la vie après la mort…
Et la réponse, enfouie dans des laboratoires ultrasecrets, pourrait bien affoler plus encore que la question !

 

Mon avis:

Bon bon bon… Quoi dire!!! Je remercie ma soeur pour le prêt de ce livre même si malheureusement ce roman a été un gros flop pour moi.

Cela commençait bien pourtant, on découvre une femme déchirée qui est enquêtrice et qui est appelée pour une affaire dans un hôpital psychiatrique. Tout cela est très intrigant et très rythmé. J’étais plutôt enchantée. Surtout que l’on entre dans une affaire qui prend une ampleur tout autre avec un retour sur le passé et la seconde guerre mondiale.

J’étais très curieuse de découvrir le fin mot de cette tragédie et donc je lisais impatiemment ce roman. Mais tout capote vers la moitié du roman lorsque l’auteur décidé d’intégrer à l’histoire le personnage masculin. Donc déjà au fil des pages, une espèce d’attirance et d’histoire d’amour prend forme mais je n’y ai pas du tout cru et en plus à partir de là on rentre vraiment dans le scandale de la guerre froide et Nicolas Beuglet m’a perdu.

A partir de la, j’ai pas tout compris, cela devient complexe avec des données trop scientifiques pour moi. En plus de choses qui se déroulaient trop facilement. Sarah et Christopher, débloquent certaines complications d’un claquement de doigts alors que d’autres, ils mettent une éternité, le rythme n’était pas super bien dosé à mon sens.

Et puis arrive la fin du roman que j’ai aimé, moi personne qui ne croit pas en tout dans la religion mais encore une fois elle est un peu facile et la toute fin beaucoup trop bisounours pour moi surtout par rapport au sujet abordé dans le roman.

Je ne sais pas si cet article est compréhensible et agréable à lire parce que j’ai un peu de mal à mettre mes idées en ordre surtout que j’ai terminé ce thriller le 27 décembre mais j’espère que vous aurez compris l’essentiel. Un début prometteur mais une deuxième partie qui a rendu ma lecture compliquée et déplaisante.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] 13 à table (2019) de Collectif

ano43

Résumé:

5 ans, ça se fête !

 

Mon avis:

Encore un recueil de nouvelles de lu pour moi. Si vous me suivez sur instagram vous savez que je l’ai lu en LC avec StorieBooks et j’aime bien ce système pour les recueils de nouvelles, ça me motive à les lire. Il m’en reste 3, il me semble, dans ma PAL et je compte les sortir très rapidement.

Avec ces 13 nouvelles au profit des Restos du coeur j’ai passé de très bons moments et d’autres beaucoup moins. Je vous donne mes ressentis en 3 points?:

 

  • Pas du tout aimé:

– Maxime Chattam, Le point d’émergence

-François d’Epenoux, Big Real Park, que la fête commence

– Eric Giacometti & Jacques Ravenne, Nuit d’ivresse

– Véronique Ovaldé, Je suis restée longtemps une clématite

– Alice Zeniter, Le goût des fraises sauvages

 

  • Sympa mais sans plus:

– Philippe Besson, L’Apparition

-Françoise Bourdin, Laissée-pour-compte

– Alexandra Lapierre, Bulles amères

– Romain Puértolas, Les cochons de Karl Lagerfeld

 

  • Adoré:

– Karine Giébel, Dans les bras des étoiles

– Philippe Jaenada, Une vie, des fêtes

– Agnès Martin-Lugand, La crémaillère

– Tatiana de Rosnay, Trouble-fête

– Leïla Slimani, La fête des voisins

 

Storiebooks

A mon tour de vous faire part des nouvelles que j’ai aimé ou pas tout au long de notre lecture 🙂

 

Pas du tout aimé :

  • Big Real Park, que la fête commence de François D’Epenoux
  • Les Cochons de Karl Lagerfeld
  • Le Goût des fraises sauvages de Alice Zeniter

Sympa mais sans plus :

  • L’apparition de Philippe Besson
  • Le point d’émergence de Maxime Chattam
  • Nuit d’ivresse de Eric Giacometti et Jacques Ravenne
  • Bulles amères de Alexandra Lapierre
  • Trouble-fête de Tatiana de Rosnay

Adoré :

  • Laissée pour compte de Françoise Bourdin
  • Dans les bras des étoiles de Karine Giebel
  • Une vie, des fêtes de Philippe Jaenada
  • La Crémaillère de Agnès Martin-Lugan
  • Je suis longtemps restée une clématie de Véronique Ovaldé
  • La Fête des voisins de Leïla Slimani
Avis

[Mavilyly] Après la fin de Barbara Abel

Après la fin

Résumé:

D’un côté, il y a Tiphaine et Sylvain ; de l’autre, il y a Laetitia et David. Deux couples voisins et amis, ayant chacun un enfant du même âge. Deux couples fusionnels et solidaires qui vivent côté à côte dans une harmonie parfaite. Jusqu’au jour du drame. Un tragique accident fait voler en éclats leur entente idyllique, et la cloison qui sépare leurs maisons tout comme la haie qui sépare leurs jardins ne seront pas de trop pour les protéger les uns des autres. Désormais, les seuls convives invités à la table des anciens amis s’appellent Culpabilité, Suspicion, Paranoïa et Haine…

 

Mon avis sur le tome 1

Mon avis:

Comme vous le savez sûrement, vu que je l’ai lu il y a peu, j’ai beaucoup aimé le tome 1 qui m’a donné quelques sueurs froides. Je me suis donc vite plongée dans la suite. Et malheureusement, j’ai déchanté.

J’ai été déçue par ce deuxième tome que j’ai trouvé très en deçà de Derrière la haine. Si je l’avais lu seul, je pense que j’aurais été plus enthousiaste mais là comparé à son précédent, bof.

J’ai trouvé qu’il y avait énormément de longueur, que les événements sont très gros et surtout on s’attend à des réactions surprenantes de la part des personnages donc on est plus choqués…

Bref, il est pas mal mais je pense que j’aurais dû m’arrêté au premier tome ou alors laissez plus de temps entre les deux pour avoir le temps d’oublier les sentiments que j’avais pour Derrière la haine.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] Derrière la haine de Barbara Abel

Derrière la haine

Résumé:

D’un côté, il y a Tiphaine et Sylvain ; de l’autre, il y a Laetitia et David. Deux couples voisins et amis, ayant chacun un enfant du même âge. Deux couples fusionnels et solidaires qui vivent côté à côte dans une harmonie parfaite. Jusqu’au jour du drame. Un tragique accident fait voler en éclats leur entente idyllique, et la cloison qui sépare leurs maisons tout comme la haie qui sépare leurs jardins ne seront pas de trop pour les protéger les uns des autres. Désormais, les seuls convives invités à la table des anciens amis s’appellent Culpabilité, Suspicion, Paranoïa et Haine…

 

Mon avis:

Voila un livre dont tout le monde me parle! Il est dans ma Pal depuis un petit temps maintenant, il me donnait envie mais pas assez pour le prendre lors de mes choix de lecture. Heureusement, StorieBooks me l’a choisi pour lecture du mois de juillet du challenge Dans ma pal, tu choisis…

J’ai beaucoup beaucoup aimé cette lecture. Je me suis laissée juste emmener sans en attendre trop et je pense que j’ai bien fait sinon j’aurais été déçue car je vous cache pas qu’il y a des longueurs. Enfin bon, je n’y ai pas prêté attention et j’ai lu mon roman très facilement et avec plaisir.

Comme je disais le début est assez long mais je pense que c’est nécessaire car l’auteur doit mettre en place ses personnages qui sont vraiment les fondations de son roman. Dans Derrière la haine, le décor finalement compte peu, tout se joue avec les personnages.

Je ne peux malheureusement pas en dire beaucoup car ce serait dommage pour ceux qui ne l’ont pas lu mais les événements et surtout les réactions font froid dans le dos. Au début on arrive facilement à s’identifier aux personnages à se mettre à leur place et puis tout dérape. Pour finir, on se retrouve vraiment dans un cauchemar éveillé.

Après l’avoir terminé, je me suis empressée de me procurer la suite chez ma sœur et je suis en train de la lire. J’ai dépassé la moitié mais je ne suis pas aussi « à fond » qu’avec ce premier tome.

Barbara Abel m’a complètement surprise avec l’horreur qu’elle raconte dans son roman et je comprend l’engouement que je voyais autour de Derrière la haine.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume