Avis

[Mavilyly] Le pays divisé de Benoît Ers & Vincent Dugomier

Le pays divisé
Editeur: Le Lombard
Nombre de pages: 56 pages
Prix: 10.95 euros
Année de parution: 2019

 

Résumé:

La France était divisée en deux!
Séparée par une ligne de démarcation.
Comme une frontière au cœur de notre pays.
Pouvoir communiquer avec le commandement allié à Londres était devenu plus qu’une réalité, c’était une mission.
Nous devions protéger un opérateur radio !

Mon avis:

Je vais faire court avec cette chronique. On est face à un tome 5 donc ce qui veut dire que je peux difficilement en parler longuement et puis lorsque l’on est rendu à lire le tome 5 c’est que généralement la série nous plaît.

Donc, on continue sur cette lancée, toujours aussi bon, aussi intéressant mais encore un peu plus dur. Et en même temps cela reflète bien la triste réalité de l’époque.

Ici, nous sommes impatients que le tome 6 sorte, ce qui sera déjà fait au moment où vous lirez cette chronique ^^.

Avis

[Mavilyly] L’escalade de Benoît Ers et Vincent Dugomier

L'escalade

Editeur: Le Lombard
Nombre de pages: 56 pages
Prix: 14 euros
Année de parution: 2018

 

Résumé:

François, Lisa et Eusèbe ont accompli la plus grande victoire du « LYNX » en détruisant l’usine de recyclage de cuivre. Mais leur contact avec la résistance est abattu, et l’heure est plus grave que jamais. Ils doivent maintenir le réseau qu’il a mis en place, et surtout le développer en assurant le bon acheminement d’un émetteur-récepteur, lequel leur permettrait de communiquer avec Londres !

Mon avis:

La saga se poursuit et c’est toujours en encore très intéressant.

On avance dans l’histoire et dans l’Histoire. La tension elle aussi continue de monter et je commence à vraiment avoir peur pour nos petits personnages.

On relate plus tout ce qui s’est passé autour des juifs et ca fait encore une fois froid dans le dos.

J’ai beaucoup aimé les « interventions » de la petite fille (j’ai un trou quand à son prénom Lisa??) qui remet certaines choses à plat et c’est touchant venant de cette jeune personne.

Bref encore une très bonne lecture et vivement la suite.

Avis

[Mavilyly] Les deux géants de Benoît Ers & Vincent Dugomier

Les deux géants

Editeur: Le Lombard

Nombre de pages: 56 pages

Prix: 10.95 euros

Année de parution: 2017

 

Résumé:

Le papa de François a été fusillé par les nazis. Après cette épreuve, François, Lisa et Eusèbe sont plus que jamais déterminés à reprendre leurs activités résistantes. Toujours cachés sous le nom de « LYNX », ils mènent à bien de nouvelles missions, parfois très dangereuses, en collaboration avec « PEGASE », un agent de Londres, qui ne voit en eux que des petits messagers. L’oncle de François, qui espère revenir dans la ferme de son frère décédé, a beau être de la famille, ses opinions ne sont pas celles d’un résistant. C’est un adepte du Maréchal Pétain et ses intentions ne sont pas forcément louables… Avec l’entrée en 1941 de l’URSS et des États-Unis dans la guerre, c’est l’occasion pour François de s’intéresser à la politique, au communisme et au capitalisme, et de comprendre la difficulté d’organiser un monde juste où chacun trouverait sa place.

 

Mon avis:

Cet ouvrage est vraiment très très bien fait tout comme les 2 précédents. On sent la tension montée au fil des tomes et l’implication des enfants est remarquable mais elle fait froid dans le dos tout de même.

Je trouve que cette BD devrait être lu lorsque les enfants voient ce chapitre au collège. Ca leur permettrait de mettre des images et de rendre les explications du maître un peu plus vivantes. Surtout qu’à la fin il y a ce dossier historique toujours aussi bien fait et aussi intéressant.

Je suis convaincue que j’aurais cette saga dans ma bibliothèque dans peu de temps.
Je retourne vite au tome 4.

Avis

[Mavilyly] Premières répressions de Benoît Ers et Vincent Dugomier

Premières répressions
Editeur: Le Lombard
Nombre de pages: 56 pages
Prix: 10.95 euros
Années de parution: 2016

 

Résumé:

Grâce à l’impact de leurs actions, François, Eusèbe et Lisa ne sont plus les seuls à se rebeller contre l’occupant allemand ; des adultes entrent aussi à présent en résistance, notamment le maire, le curé et les parents d’Eusèbe et François. Tout en gardant leur anonymat, les jeunes résistants font à nouveau preuve d’un culot extraordinaire en faisant le lien entre adultes pour organiser un système de passage de prisonniers français évadés vers la zone libre. En parallèle, les Allemands renforcent leur surveillance et n’hésitent pas à recourir à la violence voire au meurtre. Nos héros sont directement confrontés à la mort et au racisme. Dans une France de plus en plus divisée, de petits grains de sable isolés parviendront-ils à enrayer la machine nazie ?

 

Mon avis sur le tome 1

Mon avis:

Je n’ai pas grand chose à dire sur cette suite acr elle est aussi bonne que le tome 1. Elle reprend la même dynamique même si je dois l’avouer elle est plus sombre et plus profonde peut-être.

Je tiens tout de même à vous parler de chaque tome car dans la famille, on considère que c’est une saga de bande dessinée qu’il faut avoir dans tous les foyers pour les jeunes et pour les moins jeunes.

C’est un joli travail de mémoire et d’hommage!

Avis

[Mavilyly] Premières actions de Benoît Ers & Vincent Dugomier

Premières actions
Editeur: Le Lombard
Nombre de pages: 48 pages
Prix: 10.95 euros
Année de parution: 2015

 

Résumé:

C’est vrai que, comme disait mon père, on s’était pris une fameuse gifle… Le matin du 10 mai 40, la guerre était là. Rapidement, ce fut la débâcle. Le 22 juin, un armistice était signé avec l’Allemagne. Nous étions vaincus.

C’était l’été de nos 13 ans, à mon pote Eusèbe et moi. Et nous n’étions pas prêts à nous résigner !

 

Mon avis:

Empruntée pour mon chéri à la base, je n’ai pas pu rendre cette bande dessinée à la bibliothèque sans la découvrir moi aussi.

J’en suis bien contente car c’est une très bonne BD. Elle aborde le sujet de la Seconde Guerre Mondiale et surtout la résistance. Sujets abordés relativement souvent mais ici, les protagonistes sont des enfants et c’est vraiment la force de cette ouvrage. Leur tranche d’âge apporte un peu de légèreté à l’histoire car ils ont leur petits problèmes d’enfants et un humour plaisant mais contrairement à cela, leur âge apporte aussi une gravité et une profondeur plus grande à l’histoire. Comme beaucoup de personnes, lorsque les histoires touchent des enfants, ça fait plus mal, c’est plus poignant et en lisant cette BD, je me suis rendue compte que lors des récits de cette période de l’Histoire, les enfants sont souvent oubliés alors que eux aussi ont vécu tout cela.

Mon chéri est d’accord avec moi pour dire que cette oeuvre est parfaite pour les adultes mais aussi pour les enfants. Il est complet car à la fin du tome il y a un petit dossier avec des photos, des explications ect… On compte du coup, l’acheter pour les avoir à la maison et pouvoir la redécouvrir avec notre fille plus tard.

Avis

[Mavilyly] Le pianiste de Wladyslaw Szpilman

Le pianiste
Editeur: France Loisirs
Nombre de pages: 265 pages
Prix: 18,5 euros
Année de parution: 2001

 

Résumé:

Septembre 1939. L’invasion de la Pologne, décrétée par Hitler, vient déclencher la Seconde Guerre mondiale. Varsovie est écrasée sous les bombes ; à la radio résonnent les derniers accords d’un nocturne de Chopin. Le pianiste Wladyslaw Szpilman est contraint de rejoindre le ghetto nazi recréé au coeur de la ville. Là, il va subir l’horreur au quotidien, avec la menace permanente de la déportation. Miraculeusement rescapé de l’enfer, grâce à un officier allemand mélomane, le pianiste témoigne au lendemain de la victoire alliée…

 

Mon avis:

Il me semble avoir récupérer ce livre chez mon oncle grand lecteur lui aussi. Ensuite, je l’ai sorti de ma Pal pour le challenge Le Scrabble Littéraire que je fais sur Livraddict (en ce moment les challenges ça y va mais ils sont sans prises de tête donc ça me va ^^). Je partais dans cette lecture sans appréhension, ni attente particulière juste envie de découvrir encore un peu plus l’Histoire de cette Seconde Guerre Mondiale. Car oui bien sûr j’avais déjà entendu parler du ghetto de Varsovie mais il me semble pas l’avoir approfondi à l’école donc mes connaissances étaient vraiment minimes…

Forcément, j’ai appris plein de choses et j’ai surtout aussi été attristée parce que ces juifs polonais ont vécu eux aussi lors de cette guerre et ce génocide. Malheureusement à force d’en lire et de se renseigner, on se blinde un peu et on est moins touché par es récits. Ce n’est pas pour autant que ce texte est mauvais au contraire. Je pense que j’ai moins ressenti les choses aussi car l’auteur met beaucoup de distance et de détachement lorsque il écrit son histoire. Au début cela m’a fait bizarre puis finalement, je me suis dit que c’était intéressant aussi de vivre les faits sans trop d’émotions et de sentiments qui s’y mêlent… Et puis à la toute fin du texte, le fils de l’auteur qui est à l’initiative de cette réédition explique que Wladyslaw Szpilman a écrit ce récit dès la fin de son calvaire donc encore un peu sous le choc et sans prise de recul, ce qui explique sûrement ce détachement.

Pour autant la lecture de ce roman est très fluide, simple et très intéressante. Le pianiste est une histoire connue et reconnue, elle a même été produite en film donc je suis contente de l’avoir découverte et aimée.

 

Avis

[Mavilyly] Libre d’aimer d’Olivier Merle

libre d'aimer
Editeur: XO
Nombre de pages: 464 pages
Prix: 19.90 euros
Année de parution: 2019

Résumé:

Juillet 1942. Elle s’appelle Esther, elle a vingt ans, elle est juive. Ses parents ont été arrêtés, elle erre dans les rues de Paris, perdue et terrifiée. Alors qu’elle se repose sur un banc, son regard croise celui d’une femme élégante, plus âgée qu’elle, qui fume de longues cigarettes à la terrasse d’un café. Esther ne le sait pas encore mais sa rencontre prochaine avec Thérèse Dorval, l’épouse d’un homme cynique et violent qui collabore avec les Allemands, va bouleverser sa vie. Naissance d’un désir irrésistible, en pleine tragédie. Amour interdit de deux femmes emportées par le feu de la passion. À Dinard, où elles se réfugient, elles devront, sous la pluie des bombes alliées, décider de leur destin?: se séparer pour tenter de survivre ou accepter de mourir par amour.

 

Mon avis:

Je vais commencer par remercier les éditions XO ainsi que le site NetGalley pour l’envoi de ce roman et m’excuser pour l’attente de cette chronique.

Libre d’aimer est un roman qui avait beaucoup de bons points pour me plaire mais malheureusement deux choses sont venues ternir mon ressenti.

J’étais curieuse de découvrir le roman d’Olivier Merle de par son contexte de la Seconde Guerre Mondiale surtout que l’auteur se concentre sur les conditions des femmes à cette époque. On suit donc Esther, jeune juive qui a vu ses parents se faire emmener par la police française et Thérèse, jeune femme qui mène une vie plutôt sympa au vu des événements. Elles se rencontrent et comme le dit le résumé, tombent amoureuses.

Vous conviendrez qu’à ce moment de l’Histoire les femmes n’avaient pas vraiment voix au chapitre, elles étaient complètement sous le joug de leur père ou mari plus tard, et je pense que ça fait du bien de nous le rappeler de temps en temps. Mais en plus de ça, Esther et Thérèse ont une sexualité absolument réprouvée dans ces années. Elles doivent donc se battre et se cacher perpétuellement. J’ai vraiment aimé me plonger dans la vie de « mes ancêtres » et me rappeler que des choses qui me paraissent acquises aujourd’hui ne l’étaient pas il y a pas si longtemps que ça. Un exemple? Une femme qui voulait travailler devait avoir l’accord de son père ou son mari!!!!

En plus de ça l’auteur a une plume très sympathique qui rend la lecture fluide et facile. Malgré tous ces points, j’ai eu du mal avec ce livre car je n’ai absolument pas accroché aux personnages qui pour l’une est tellement naïve et sous la coupe de l’autre qu’elle m’énervait et pour la deuxième ce sont ces caprices et sa personnalité de petite fille gâtée qui m’insupportait. On rajoute à ça, une fin pour moi un peu trop facile qui ne m’a pas convaincu. Durant tout le récit, l’auteur joue sur le fil, nous fait croire au pire pour finalement finir dans le monde des bisounours ^^. Plus ça va et plus je me rends compte que j’aime lorsque les romans n’ont pas un happy end total, comme dans la vraie vie quoi, à moins de lire une pure romance, un chick-lit où la je suis prévenue avant même de commencer ma lecture.

Bref, je ne peux pas vous déconseiller Libre d’aimer car si, contrairement à moi, vous accrochez avec les personnages c’est quasiment gagné, mais en même temps il ne sera pas dans la liste des romans que je recommanderais autour de moi.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] La vie est belle de Roberto Bengnigni

LA vie est belle
Editeur: Folio
Nombre de pages: 254 pages
Prix: 6.9 euros
Année de parution: 1997

Résumé:

Et, direz-vous, pourquoi faire rire d’une chose aussi tragique, de la plus grande horreur du siècle ? Mais parce que c’est une histoire dédramatisée, un film dédramatisé. Parce que la vie est belle, et que le germe de l’espoir se niche jusque dans l’horreur ; il y a quelque chose qui résiste à tout, à quelque destruction que ce soit. Le rire nous sauve ; voir l’autre côté des choses, le côté surréel, amusant, ou parvenir à l’imaginer, nous empêche de nous briser, d’être emportés comme des fétus, nous aide à résister pour réussir à passer la nuit, même lorsqu’elle paraît longue. Et l’on peut, après tout, faire rire sans blesser personne : il existe toute une tradition d’humour juif particulièrement téméraire à cet égard.

 

Mon avis:

Je vais être assez concise sur cet avis. C’est il me semble la première fois que je lis un livre qui est le scénario d’un film. La vie est belle est sûrement un des films que j’ai le plus vu dans ma vie mais qui me bouleverse à chaque fois et je voulais voir s’il en serait de même avec le livre.

Et oui, la aussi j’ai pleuré mais je me remettais le film en tête en temps aussi donc il était tout ce qu’il y a de plus réel. C’est une oeuvre qui est vraiment sublime, dure, horrible mais tellement belle dans cet amour d’un père pour son fils. On n’en voit très peu mais on devine tout.

Si vous ne connaissez pas ce film, je vous le conseille fortement surtout si vous aimez tout ce qui touche à al seconde guerre mondiale et au histoire des camps…

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] Le réseau Corneille de Ken Follett

Le Réseau Corneille

Résumé:

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les services secrets britanniques ont missionné des espionnes sur le sol français. Ken Follett s’est inspiré de ce fait de guerre véritable pour construire un roman d’espionnage palpitant.
Betty a vingt-neuf ans, elle est officier de l’armée anglaise, l’une des meilleures expertes en matière de sabotage. À l’approche du débarquement allié, elle a pour mission d’anéantir le système de communication allemand en France. Après une première tentative catastrophique et coûteuse en vies humaines, Betty va jouer le tout pour le tout…

 

Mon avis:

Depuis que j’ai lu la saga Le siècle sur les différentes grandes guerres qui ont traversées l’Histoire et celle où il relate le monde des bâtisseurs du Moyen-Age, j’ai envie de découvrir Ken Follett dans tous ces écrits. Cet auteur fait partie de ceux qui me font passer un bon moment peu importe le sujet traité. Les livres que j’ai cité plus haut parle d’époque qui ne m’intéressent pas et pourtant avec ses mots K. Follett a su me les faire apprécier et surtout m’a appris pas mal de choses…

Lorsque j’ai vu le roman Le réseau Corneille à la bibliothèque, je l’ai d’abord pris pour l’auteur puis j’ai lu le résumé et il m’a d’autant plus intéressé car il est question de Résistance pendant la seconde guerre mondiale et en plus d’un groupe de femmes, deux branches de la guerre que finalement on connaît peu et qui ont pourtant fait beaucoup.

J’ai encore passé un excellent moment avec ces quasiment 550 pages. Malgré tout, comme souvent avec les romans de Ken Follett, il est bourré d’informations donc très dense et avec la fatigue que je commence à accumuler, j’avais dû mal à rester assez concentrée par moment pour tout imprégner. C’est pour ça que je préférais le laisser de côté le soir pour le lire en journée…

J’allais dire que c’est un roman où l’action n’est pas hyper présente mais en même temps c’est faux car il se passe énormément de choses mais je parlerais plus de suspens que d’actions à proprement parler. Comme vous vous en doutez, on peut dire que dans Le réseau Corneille, on assiste à une chasse du chat et de la souris donc ce sont beaucoup d’actions déjouées, de réflexions des personnages mais aussi de violences, d’attentat et de tension constante.

Avec son roman, l’auteur a bien réussi je trouve à montrer ce que cela impliquait pour les gens d’être dans la Résistance, les risques qu’ils prenaient chaque jour, la mort qui les attendait à chaque virage et aussi tout ce qu’il pouvaient subir en cas d’arrestation. A plusieurs reprises, on est choqué par les manières des envahisseurs et je l’ai été aussi avec la facilité qu’ils avaient pour avoir des aveux mais bon vu leur façon de torturer c’est compréhensible. Lorsqu’on lit ce roman, il faut avoir les nerfs solides car certaines scènes sont particulièrement dures surtout lorsque l’on garde à l’esprit que ce n’est pas juste de la fiction…

Bref, c’est encore une réussite pour moi même si je pense que je l’aurais encore plus apprécié si je l’avais lu à un moment moins fatiguant de ma vie mais bon ce n’est pas grave. Si vous ne connaissez par Ken Follett, je vous encourage à le faire car il a une plume qui je pense peut convenir à beaucoup, surtout qu’il a écrit sur différents thèmes et dans différents genres, donc à vous de faire le choix. Pour l’instant j’en suis à 6 livres de lus et je ne compte pas les pages parce que ce sont tous des beaux livres, et aucun ne m’a déçus…

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume