Avis

[Mavilyly] Merci maîtresse! : »De rien, c’est mon job. » d’Anouk. F

Merci maîtresse
Editeur: Cherche midi
Nombre de pages: 256 pages
Prix: 17 euros
Année de parution: 2019

 

Résumé:

C’est l’histoire de Carla, qui est venue et qui a dû repartir. Trop vite.
C’est l’histoire de Martim, qui aurait préféré ne pas être là, avec nous.
C’est aussi celle d’Habib, qui espère chaque matin qu’il y aura sport aujourd’hui.
C’est l’histoire de Valentine et de son papa.
D’Adriano et de la quiche qu’il a vomie sur sa dictée ce matin.
De Timéo, qui n’avait pas de chat mais des griffures quand même.
De la corde de Laurence, la directrice, sur laquelle on a un peu trop tiré.
C’est leur histoire à tous.
Et la mienne, aussi.
L’histoire de mon école, de notre école. Et de la vôtre aussi, sûrement.

 

Mon avis:

Encore une lecture que j’ai pu faire grâce au site Netgalley et aux éditions du Cherche midi que je remercie grandement.

Merci maîtresse: « De rien c’est mon job. » est un témoignage simple mais efficace. Anouk F. nous raconte son quotidien d’institutrice dans une classe d’une zone prioritaire (j’ai un doute en le disant mais je crois quand même ^^) en tous les cas avec des élèves qui n’ont pas un parcours linéaire.

Sans faire attention plus que ça aux particularités de ces enfants qui pour moi ne reste que des enfants, j’ai trouvé très intéressant le retour de cette maîtresse sur son quotidien. Finalement on les côtoie tous les jours, ces femmes et ces hommes, mais on ne sait pas ce qu’ils vivent entourés de nos petites têtes blondes.

Je l’ai tellement apprécié qu’une fois commencé, je n’ai pas pu le reposer jusqu’à la dernière page. Ce n’est pourtant pas le récit du siècle mais il est bien écrit, il est vrai et j’aime me plonger dans ces vies que je ne vivrais jamais.

On sent qu’Anouk F. ne désire que nous transmettre son quotidien, on ne ressent aucun message, aucunes revendications dans son récit juste un témoignage d’une vie.

Bref, une bonne lecture qui ne casse pas trois pattes à un canard mais qui mérite amplement d’être lue.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Publicités
Avis

[Mavilyly] Nicolas, 25 ans, rescapé des Témoins de Jéhovah de Nicolas Jaquette

Nicolas 25 ans rescapé des témoins de jéhovah

Résumé:

Nicolas Jacquette a vécu parmi les Témoins de Jéhovah jusqu’à l’âge de 22 ans, respectant avec foi et assiduité les règles de la secte. Comme pour des milliers d’enfants Témoins de Jéhovah en France, tout est prévu pour qu’il devienne à son tour un excellent prêcheur. Jusqu’au jour où il ose mettre en doute la vision du monde qu’on lui impose. Après des années d’endoctrinement et d’isolement, ce n’est qu’en 2004 qu’il en sort. Les révélations bouleversantes de Nicolas Jacquette font la lumière sur les pratiques des Témoins de Jéhovah et dénoncent les dérives sectaires sous toutes leurs formes.

Mon avis:

Ma mère a trouvé ce livre dans une boîte à livres et elle me l’a prêté car comme elle, j’aime beaucoup les témoignages surtout lorsque c’est sur des sujets peu connus. Et qu’est ce qui est plus fermé qu’un mouvement sectaire?

J’étais vraiment curieuse de découvrir ce récit tout en gardant une certaine distance car avec le récit de Nicolas Jaquette, on est forcément face à un récit négatif. Bon après, vous allez me dire tous récits traitant d’une secte est négatifs. Alors oui parce que ceux qui l’évoquent sont sortis de ces mouvements mais si on interviewait un militant, les propos seraient tout autre. Vous voyez ce que je veux dire?

J’ai trouvé très intéressant les propos de Nicolas qui restent assez objectifs sur ce qu’il a vécu bien qu’il y mêle ses ressentis et ses sentiments. J’ai été un peu septiques pour les premières pages où il parle de sa toute petite enfance car pour moi on a très difficilement des souvenirs avant 6 ans mais ce n’est que mon avis. Mais je me suis laissée gagner par ma lecture et j’ai juste pris les infos.

Je n’est pas pas été surprise par ce que Nicolas Jaquette raconte car j’ai eu des contacts avec une personne qui était et qui est témoin de Jéhovah et donc on a eu plusieurs discussions sur ce sujet. Pour autant j’ai appris encore des choses.

Nicolas, 25 ans, rescapé des témoins de Jéhovah est vraiment intéressant, nous ouvre les portes d’un monde très fermé mais il ne tombe pas dans le sensationnalisme et sans pathos non plus… Si le sujet vous intéresse, alors penchez vous sur ce récit!

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] Personne n’est venu de Robbie Garner

Personne n'est venu

Résumé:

Robbie est né à Jersey il y a 56 ans. Alors qu’il n’a que 5 ans, il assiste au suicide par pendaison de son père. Le même jour, sa mère, alcoolique, décide de le placer, ainsi que ses trois frères et sœurs. En quelques heures, le monde qu’ils avaient toujours connu s’effondre brutalement. Robbie et son petit frère Davie sont envoyés au Sacré-Cœur, un orphelinat pour les enfants de moins de 12 ans, tandis que leur frère aîné intègre l’orphelinat Le Haut de la Garenne. Quant à leur petite sœur, elle disparaît. Les garçons ne la reverront jamais.
L’orphelinat du Sacré-Cœur, dirigé par des sœurs, est en apparence un endroit paisible. Pourtant, on y commet les abus les plus inimaginables… Privations, sévices physiques, humiliations… Robbie et Davie ont hélas rejoint les rangs de ces enfants sans défense, ceux dont personne ne se soucie. Plus tard, les deux frères seront transférés au Haut de la Garenne, où des surveillants pervers et violents organisent des orgies sexuelles d’une violence inouïe, en toute impunité. Certains enfants, à bout, se suicident… quand d’autres ne disparaissent pas tout simplement.
C’est la médiatisation brutale de l’affaire de l’orphelinat de Jersey en 2007 qui a brusquement fait jaillir les terribles souvenirs de Robbie Garner, et qu’il raconte dans Personne n’est venu.

 

Mon avis:

Je vais être assez brève sur cette lecture.

Personne n’est venu n’est pas un mauvais témoignage, loin de là, mais je pense que malheureusement j’en ai trop lu. C’est triste à dire mais beaucoup de témoignage sur un enfant parle de maltraitance et cela devient redondant. Je me trouve dure et sans coeur à penser cela mais c’est la vérité.

Ce qu’a vécu Robbie et ses frères est juste horrible, choquant et traumatisant mais ce n’est pas extraordinaire lorsque l’on a lu plusieurs livre de ce genre.

Dans ce livre, Robbie ne se détache pas complètement mais ne veut pas que son récit soit un tire-larme. On ressent assez facilement ses états d’âmes, ses sentiments sans avoir l’impression qu’il en rajoute. Pour cela il est très bien écrit.

Je suis heureuse de l’avoir lu mais je ne pense pas en garder un grand souvenir.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] Les petites victoires de Yvon Roy

Les petites victoires

Résumé:

Confronté comme bien des parents au choc d’un diagnostic d’autisme, le Québecois Yvon Roy retrace dans un récit sensible son combat au côté de son enfant. Il dresse de cette intense relation père-fils un portrait bouleversant.

 

Mon avis:

Ils sont très très rares les coups de coeur pour les graphiques chez moi mais Les petites victoires de Yvon Roy en fait partie.

Cette bande dessinée nous parle d’autisme. D’un père face à l’autisme de son fils. D’un père qui va s’effondrer lors de l’annonce, qui va tomber très bas pour enfin mettre un coup de pied à sa vie. D’un père qui va tout faire pour faire sortir son fils de sa coquille. D’un père qui s’en fiche si ce qu’il fait est prescrit par les médecins. D’un père qui aime son fils plus que tout, qui est prêt à tout pour lui et qui va arriver à faire des miracles!

J’ai adoré cette lecture car elle change beaucoup de toutes celles – et elles sont nombreuses – que j’ai pu faire sur le sujet. D’habitude nous avons un témoignage qui tourne, souvent, à la guerre contre le système et les corps médical et social. Attention, je ne dis pas que c’est surenchéri parce que le parcours de ces malades et leurs familles est extrêmement compliqué, je le sais, mais là on est face à autre chose et j’ai aimé. Dans ce graphique, Yvon Roy n’y a mis quasiment que de la positivité.

Il y a le début avec l’annonce du verdict et l’acceptation de celui-ci qui est un peu plus sombre mais après, l’auteur/dessinateur ne nous parle que de ce qu’il met en place pour son fils et surtout toutes ces réussites, au petit. Durant toute ma lecture, j’ai réellement ressenti toute la douceur, la tendresse et l’amour qui unissent ce père à son fils.

On est très loin du pathos et du drame dans ce témoignage et ça fait du bien.

Les dessins sont beaux, l’histoire est magnifique, je vous encourage tous à lire cette bande dessinée qui vaut vraiment son pesant d’or. Il faut que je me l’achète car je prendrais plaisir à la relire plusieurs fois.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlumecoup_de_coeur

Avis

[Mavilyly] Bébé:1 / Papa:0 de Matt Coyne

Bébé 1 Papa 0

Résumé:

Si vous voulez tout savoir sur la naissance idéale, sur le développement idéal ou encore sur l’éducation idéale de votre enfant, lisez un autre livre. Mais si vous voulez connaitre la vérité pure et dure sur la grossesse, la parentalité et le manque de sommeil, alors il est pour vous. Ce livre vous explique que vous n’avez pas besoin d’être un père idéal et surprotecteur pour maîtriser les situations les plus absurdes et exaspérantes. Matt Coyne vous raconte que tout ce dont vous avez besoin pour survivre à cette expérience complètement incroyable: c’est de la prendre avec humour et surtout de ne pas se prendre la tête! Tous les guides parentaux mentent. Sauf celui-ci. Matt Coyne ne cache rien, mais montre aussi que les enfants sont un vrai bonheur. Et c’est à en pleurer de rire.

 

Mon avis:

Je vais commencer par le plus facile dans cette chronique, remercier le site NetGalley et les éditions Mazarine pour l’envoi de ce livre.

Lorsque j’ai vu ce document proposé sur NetGalley, je me suis laissée tenter parce que je pensais y trouver un contenu drôle, d’un père un peu dépassé et qui nous raconte sa vie de jeune papa.

Mais j’ai déchanté au fil des pages. Certes, il y a quelques passages humoristiques avec des dessins aussi, des schémas mais pour le reste, je me retrouvais avec des passages qui ressemblaient à des pavés indigestes.

En plus de ça, soit je suis passée complètement à côté de l’humour de Matt Coyne soit il a des propos par moment jugeant. Je suis moi aussi une jeune maman et à certains moments, il donnait l’impression que si on faisait pas comme lui, c’est qu’on était bizarre!!!

Bref, je ne vais pas m’étaler, je n’ai pas accroché du tout à cette lecture mais sûrement parce que je suis partie avec des attentes auxquelles elle n’a pas pu répondre!

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] Moi, Malala de Malala Yousafzai, Patricia McCormick et Christina Lamb

Moi, Malala

Résumé:

Lorsque les talibans ont pris le contrôle de la vallée du Swat, au Pakistan, une toute jeune fille a élevé la voix. Refusant l’ignorance à laquelle la condamnait le fanatisme, Malala Yousafzai résolut de se battrre pour continuer d’aller à l’école. Son courage faillit lui coûter la vie.
Le 9 octobre 2012, alors qu’elle n’avait que quinze ans, elle fut grièvement blessée par un taliban dans un car scolaire. Cet attentat censé la faire taire n’a que renforcé sa conviction dans son combat, entamé dans sa vallée natale pour la conduire jusque dans l’enceinte des Nations unies. À seize ans à peine, Malala Yousafzai est la nouvelle incarnation mondiale de la protestation pacifique et la plus jeune candidate de l’histoire au prix Nobel de la paix.

Moi, Malala est le récit bouleversant d’une famille exilée à cause du terrorisme ; d’un père qui envers et contre tout a fondé des écoles ; de parents courageux qui, dans une société où les garçons sont rois, ont manifesté un amour immense à leur fille et l’ont encouragée à s’instruire, à écrire, à dénoncer l’insoutenable et à exiger, pour toutes et tous, l’accès au savoir.

 

Mon avis:

Petit livre que j’ai emprunté à la bibliothèque. Forcément, j’ai déjà entendu parler de Malala mais sans détails donc je trouvais intéressant de lire cette autobiographie. Et comme elle est destinée aux enfants, je me doutais qu’elle serait simple à lire ce qui ne me plaisait pas.

En ce qui concerne mon avis, je dirais que j’ai un avis positif sur le fond mais pas sur la forme. Je m’explique. La vie de Malala et surtout le message qu’elle veut transmettre sont très intéressants. On voit très bien les complications et la dureté qu’implique l’arrivée des talibans dans les pays d’orient sans pour autant que ce soit trash. Malgré tout, Malala décide de ne pas cacher les choses et du coup, je pense que pour les enfants c’est la juste dose. Par contre je préconiserais tout de même à ce que les parents en parlent avec eux après…

Là où j’ai été moins convaincue c’est par la/les plume(s). J’ai eu l’impression d’avoir vraiment plusieurs personnes qui écrivaient lors de ma lecture. C’est sûrement le cas mais j’aurais aimé que ce soit moins voyant. A certains moments, Malala me semblait très adultes dans ses propos, presque trop, on est quand même face à une enfant de 11 ans. Certes les événements font qu’elle doit grandir plus vite etc… mais le langage employé ici ne lui correspondait pas. Surtout que quelques lignes plus loin, on avait un discours très très enfantin, limite qui correspondait à un âge approchant le 8-9 ans. J’ai été assez dérangée par ces changements de tons.

Vous allez dire que je chipote parce qu’au final ce n’est pas le plus important et je suis bien d’accord avec vous malgré tout, j’ai été dérangée et donc je pense que je n’ai pas apprécié autant ma lecture que j’aurais pu.

Est-ce que je le conseille? Oui mais avec vigilance et accompagnement si c’est pour les enfants. Pour les adultes, oui sans problème mais en gardant à l’esprit qu’on est face à un livre destiné aux plus jeunes donc forcément, il n’est pas aussi détaillé qu’un témoignage adulte.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] Marion: 13 ans pour toujours de Nora Fraisse

Marion 13 ans pour toujours

Résumé:

« Marion, ma fille, le 13 février 2013, tu t’es suicidée à 13 ans, en te pendant à un foulard, dans ta chambre.

Sous ton lit en hauteur, on a trouvé ton téléphone portable, attaché au bout d’un fil, pendu lui aussi pour couper symboliquement la parole à ceux qui, au collège, te torturaient à coups d’insultes et de menaces.

J’écris ce livre pour te rendre hommage, pour dire ma nostalgie d’un futur que tu ne partageras pas avec moi, avec nous.

J’écris ce livre pour que chacun tire les leçons de ta mort. Pour que les parents évitent à leurs enfants de devenir des victimes, comme toi, ou des bourreaux, comme ceux qui t’ont fait perdre pied. Pour que les administrations scolaires s’évertuent à la vigilance, à l’écoute et à la bienveillance à l’égard des enfants en souffrance.

J’écris ce livre pour qu’on prenne au sérieux le phénomène du harcèlement scolaire.

J’écris ce livre pour que plus jamais un enfant n’ait envie de pendre son téléphone, ni de suspendre à jamais sa vie. »

 

Mon avis:

Si vous avez lu le résumé, vous savez que ce livre traite d’un sujet sensible, le harcèlement scolaire qui, ici, a une fin tragique. Je pensais être effondrée pendant ma lecture mais c’est un tout autre sentiment qui m’a habité, du début à la fin de ma lecture.

J’ai été en colère, vraiment en colère contre les adultes et la société en lisant Marion: 13 ans pour toujours. Pas contre les parents de Marion qui malheureusement n’ont pas vu venir les choses. Aujourd’hui, avec les nouvelles technologies, les enfants sont encore plus vulnérables car ils peuvent être attaqués H24 et les adultes ont plus de difficultés à contrôler leurs relations, leur quotidien…

Non c’est contre les autres adultes, après le drame que ma révolte a grondé. L’aveuglement de l’éducation nationale et notamment le directeur du collège m’a fait hérissé les poils par son attitudes, ses non-actions et ses paroles… Tout comme les parents des amis, des harceleurs qui sont bien contents de se mettre les œillères qu’ont leur autorise à porter!

J’ai terminé le livre, il y a 15 jours et pourtant je revis tout en ce moment. La colère remonte et la boule au ventre se reforme. J’ai prêté ce livre à ma soeur qui travaille en école primaire et je compte bien le faire lire à beaucoup de personnes. J’estime que c’est un objet qui mérite d’être abîmé car il doit être lu par la plus grande majorité de personnes!

Je voudrais revenir sur le fait que je n’ai pas été triste pendant ma lecture, ce qui m’a assez déroutée, car je suis plus du genre à pleurer toutes les larmes de mon corps habituellement qu’à sortir de mes gonds. Et en y réfléchissant, je me suis aperçu que c’est sûrement dû au fait que la plume de Nora Fraisse, la maman de Marion, est tout en délicatesse, ne veut pas nous tirer les larmes et surtout veut juste faire vivre un peu encore Marion. C’est assez étrange, mais au fil des pages, bien que je savais qu’elle était décédée, je me l’imaginais essentiellement vivante, pleine de joie de vivre. Cette maman a vraiment su transmettre son amour pour sa fille avec cet ouvrage et ça le rend magnifique malgré son sujet et sa tragédie…

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume