Avis

[Mavilyly] Les anges mordent aussi & Les anges ont la dent dure de Sophie Jomain

Felicity Atcock 1&2
Editeur: France Loisirs
Nombre de pages: 595 pages
Prix: 10.99 euros
Année de parution: 2015

 

Résumé:

Tome 1 : Les anges mordent aussi
« J’ai vraiment pas de bol, il aura suffit d’une morsure, d’une seule, pour que je me retrouve embarquée dans une histoire sans queue ni tête. Je ne sais pas exactement comment ça a commencé, et je ne sais pas non plus de quelle manière tout cela va finir. Quoi qu’il en soit, celui qui fera en sorte que les jeunes vampires arrêtent de s’enterrer dans mon jardin, sera mon héros. Et si en plus il est beau, riche et intelligent, je ne me plaindrai pas ! Je veux retrouver ma vie d’avant, tranquille et… ennuyeuse à mourir. » Sauf qu’en voulant éloigner les ennuis, il arrive qu’on en attire d’autres… à plumes.

Tome 2 : Les anges ont la dent dure
« Je crois que cette fois, c’est sûr, je suis née sous une mauvaise étoile. J’ai d’abord découvert les vampires, puis les anges, ensuite les entre-deux, les démons, et maintenant, voilà qu’on me jette des sorts et qu’on accroche des poulets égorgés à ma porte. Il ne manquait plus que ça ! Daphnée, ma colocataire, affirme que c’est parce que j’ai un mauvais karma, tu parles !
Quoi qu’il en soit, j’allais devoir me sortir au plus vite de ce pétrin, mais c’était sans compter que j’avais une deuxième préoccupation : Greg le Bulldozer. Cet idiot s’était amouraché d’une griffeuse psychopathe que je ne voyais pas d’un bon œil. Il avait l’air d’avoir de sérieux problèmes.
C’était plus fort que moi, il fallait que je m’en mêle, même si à coup sûr, j’allais au-devant de sacrés ennuis. »

 

Mon avis:

Comme vous pouvez le voir sur la couverture, j’ai la version France Loisirs en double tome que j’ai lu l’un à la suite de l’autre, c’est pourquoi je vous fais un seul avis pour les deux premiers tomes. (Et aussi ça me permet d’aller un peu plus vite dans mes chroniques où je suis très en retard ^^).

J’ai commencé le premier tome en LC avec StorieBooks et avec Valou de Un temps pour elle qui nous a faiblement lâché ^^. D’ailleurs à cause de ça, elle a eu droit à un gage bien sympathique, je vous conseille d’aller voir sa chaîne…

Valou a arrêté la lecture car le personnage de Felicity l’agaçait énormément et j’avoue qu’il est difficile de lui donner tort. Felicity Atcock fait partie des personnages difficile à apprécier pour moi. Elle a un humour surjoué pour moi, tout comme certaines réactions à ce qui lui arrive.

Pour autant, mon problème c’est que j’accroche complètement avec l’histoire que je trouve très intéressante. On a, dans l’histoire, une multitude de créatures surnaturelles et j’aime vraiment les découvrir avec leurs qualités, leurs défauts et leur histoire toutes plus rocambolesque les unes que les autres. Sophie Jomain arrive très régulièrement à nous surprendre au cours de notre lecture. Soit en introduisant un nouveau type de personnages ou encore en évoquant un tournant dans la vie des personnages qui changent beaucoup voir tout.

Si seulement les personnages, parce qu’il n’y a pas que Felicity, n’étaient pas aussi prévisibles et aussi énervants, je pense que j’aurais le même engouement que beaucoup. Je vous ai déjà dit ce que je pensais de Felicity et pour les autres, tous les mâles et surtout Terrence et Stan (que je lis à chaque fois Satan) sont tellement dominants, sûr d’eux et arrogants qu’ils en deviennent horripilants. Il n’y a peut-être que Daphnée qui remporte mon suffrage. Je trouve que c’est la seule à évoluer dans le bon sens!

Je pensais m’arrêter là, vu que je n’avais pas la suite dans ma PAL mais l’auteur nous fait une révélation de dingue à la toute fin du deuxième tome et Valou m’a très gentiment prêté tous les autres tomes donc me voila à nouveau en LC avec StorieBooks pour la suite…

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

Publicités
Avis

[Mavilyly] La fille qui tressait les nuages de Céline Chevet #PLIB2019

La fille qui tressait les nuages
Editeur: Le chat noir
Nombre de pages: 292 pages
Prix: 19.90 euros
Année de parution: 2018

Résumé:

Saitama-ken, Japon.

Entre les longs doigts blancs de Haru, les pelotes du temps s’enroulent comme des chats endormis. Elle tresse les nuages en forme de drame, d’amour passionnel, de secrets.

Sous le nébuleux spectacle, Julian pleure encore la sœur de Souichiro Sakai, son meilleur ami. Son esprit et son cœur encore amoureux nient cette mort mystérieuse. Influencée par son amie Haru, Julian part en quête des souvenirs que sa mémoire a occultés. Il est alors loin de se douter du terrible passé que cache la famille Sakai…

Fable surréaliste, la Fille qui tressait les nuages narre les destins entrecroisés d’un amour perdu, une famille maudite et les tragédies d’une adolescence toujours plus brève.

 

Mon avis:

J’ai lu ce roman dans le cadre du PLIB 2019 et en lecture commune avec plusieurs personne lors du challenge Faites l’amour ou la guerre…

Je suis assez mitigée face à ce roman. Mitigée car l’histoire et les personnages m’ont beaucoup intéressés et plus mais quand j’ai tourné la dernière page, je me suis demandée si j’avais bien tout compris.

Il est certain que La fille qui tressait les nuages est original dans son histoire mais aussi dans sa narration. On va de surprises en surprises notamment à la fin où l’auteur nous fait un retournement de situation et de cerveau clairement. Je pense qu’il est impossible pour quiconque de deviner ce que l’auteur à imaginer.

Mais voila, comme je vous disais, je ne suis pas sûre d’avoir tout compris ^^. L’auteur apporte à son histoire des petites touches de fantastique qui m’ont pas mal perturbé surtout que je n’ai pas trouvé la raison à ces passages. Le récit est déjà de base imaginaire donc je ne comprends pas pourquoi rajouter ces détails. A cause de ces passages, je décrochais du roman et il me paraissais un peu long.

Et enfin, j’ai été assez choquée du destin que l’auteur donne à Akiko. C’est un personnage bien particulier et je me suis beaucoup attachée à elle, ce qui explique mon désarroi quant à sa fin^^.

Il est difficile pour moi de recommander ce roman car il est vraiment hors piste pour moi et je pense qu’il ne plaira pas à tout le monde. Mais je pense que le problème vient du faite qu’il m’a manqué des billes dans le genre fantastique et dans la culture japonaise, ce qui explique que La fille qui tressait les nuages ne m’ait pas plus plu.

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

 

Pour le PLIB: #ISBN9782375680797

Avis

Percy Jackson – Le voleur de foudre de Rick Riordan [Storiebooks]

aja10

Éditeur : Editions Le Livre de Poche Jeunesse
Nombre de pages : 473 pages
Prix : 6.90 euros
Date de Parution : Novembre 2013
Disponible en E-book

 

Résumé :

Etre un demi-dieu, ça peut être mortel… Attaqué par sa prof de maths qui est en fait un monstre mythologique, injustement renvoyé de son collège et poursuivi par un minotaure enragé, Percy Jackson se retrouve en plus accusé d’avoir dérobé l’éclair de Zeus ! Pour rester en vie, s’innocenter et découvrir l’identité du dieu qui l’a engendré, il devra accomplir sa quête au prix de mille dangers.

 

Mon avis :

Ce livre m’a été offert par ma belle-soeur et je la remercie infiniment !

J’ai découvert cette saga grâce aux films et je me dis que ça serait bien de découvrir aussi les romans. Et là, grande surprise, mais ça ne se ressemble pas, je me suis sentie perdue et chamboulée dans les premiers chapitres.

Sinon, j’ai bien aimé le personnage de Percy, même si par moment il m’a un peu énervé, et j’ai découvert qui l’entouré grâce à la plume de Rick Riordan !

Il est compliqué pour moi, de vous dire, avec juste ce tome, si j’ai aimé ou pas, pour le moment, je ne sais pas trop quoi en penser et je pense que le fait d’avoir vu en premier l’adaptation cinématographique ne m’a pas aidé.

J’ai trouvé les chapitres longs et par moments sans fin, mais je vais lire le tome 2 afin de savoir si j’aime ou non cette saga, et si je continue ou pas!

 

Ma note :

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

Pandemonium de Aurélie Mendonça [Storiebooks]

Pandemonium

Éditeur : Editions du Chat Noir
Nombre de pages : 292 pages
Prix : 19.90 euros
Date de parution : 14 Février 2018
Disponible en E-book

 

Résumé :

Chacun à sa manière cherche le sens de la vie. Moi, j’essaie au quotidien de donner du sens à la mort.
Je me nomme Elena Lautturi et je suis thanatopractrice. Croque-mort autrement dit. L’image ne manque pas de mordant… Des civilisations plus anciennes m’auraient désignée comme une passeuse d’âmes. Ce que je suis, au figuré comme au propre…
Une mésaventure aux enfers a fait de moi l’employée spéciale de la déesse Hela. Ma mission est simple: m’assurer que chaque âme destinée à son royaume arrive à bon port, tout cela sous couvert de mon humble entreprise de pompes funèbres, le Pandemonium.
L’enfer est un lieu complexe et je fais partie des nombreux rouages qui permettent son bon fonctionnement. Malgré mon professionnalisme, il apparaît évident qu’une entité inconnue et puissante me considère plus comme le grain de sable dans la machine.
Aujourd’hui, je suis menacée…
Moi et les destin de toutes ces âmes qui dépendent de mes soins…

 

Mon avis :

J’ai lu ce livre en Lecture Commune avec Mavilyly et j’ai vraiment passé un super moment de partage !

Si Mavilyly a eu un gros coup de coeur pour ce roman, moi j’y suis vraiment passée à un cheveux, il m’a manqué un petit quelque chose.

Ce roman est vraiment génial et palpitant, et l’autrice sait vous embarquer dès les premières pages de son livre, vous rentrez dans un univers qui est hors du commun, et des péripéties qui sont vraiment supers, mais moi honnêtement, il m’a manqué un petit truc, mais j’arrive pas à savoir quoi exactement !

En tout cas, je vous conseille ce livre fortement, vous y passerez vraiment un bon moment et Aurélie Mendonça sera vous transporter dans l’univers d’Elena 🙂

 

Ma note :

PlumePlumePlumePlumePlume

Avis

[Mavilyly] Comment le dire à la nuit de Vincent Tassy #PLIB2019

Comment le dire à la nuit
Editeur: Le chat noir
Nombre de pages: 368 pages
Prix: 19.90 euros
Année de parution: 2018

Résumé:

La dame en noir vivait seule dans son château. Elle ne pouvait pas mourir. De tout ce temps qu’elle avait, elle ne faisait rien. Et puis un jour, elle trouva sur son chemin le garçon aux cheveux blancs.

Elle l’enleva.

Elle voulait vivre une histoire. Une histoire d’amour et de nuit qui traverserait les siècles.

 

Mon avis:

Je n’ai encore rien écrit mais je sens que je vais avoir du mal avec cette chronique. Pas parce que je n’ai rien à dire mais plutôt le contraire, tellement de choses qu’il va falloir réussir à organiser et à développer.

Déjà, il faut savoir que j’ai lu ce roman dans le cadre du Plib 2019 et surtout en lecture commune. On était nombreux et je pense que c’est pour le moment la meilleure LC que j’ai faite. J’ai juste adoré discuter au fil de la lecture avec les filles (il me semble qu’on était entre gonzesses si ce n’est pas le cas désolée ^^). Comment le dire à la nuit est typiquement le genre de livre dont chacun peut avoir une lecture différente et donc chacune avait sa vision des choses, comprenait à sa façon et donc on éclairait ( ou pas) nos collègues de lecture.

Maintenant il faut que je vous dise ce que moi, j’ai pensé mais j’ai vraiment peur ^^.

Là aujourd’hui, cela fait 15 jours que j’ai terminé cette lecture et je peux vous dire que c’est une très bonne lecture, qui me restera en mémoire et qui mérite d’être découverte. Cet avis tranché, je ne l’ai pas eu tout du long de ma découverte.

Le romand de Vincent Tassy est tellement différent de ce que je peux lire habituellement qu’il m’a, à plusieurs reprises, dérouté. Mais c’est, je pense, sa plus grande force, on passe par une émotion et son contraire en quelques lignes. L’auteur nous fait douter à chaque instant sur ce qu’on lit, sur les personnages, sur les événements que l’on est en train de lire.

C’est un roman poétique, mystérieux, qui le rend inaccessible mais en même temps propre à chacun. Là où c’est difficile de vous en parler, c’est qu’à peine on y voit un point négatif, il se transforme en point positif et inversement. Le mot clé de cet ouvrage c’est l’ambivalence. Les personnages, les actions, le début, la fin, tout est tellement compliqué. L’auteur nous montre la part d’ombre de chaque personnage, chaque histoire mais cette même partie s’explique et devient de moins en moins noir. Et au contraire ce qui nous paraissait frais et lumineux au début devient ce qu’il y a de plus noir à la fin. Bref avec cette lecture, on ne peut pas rester sur ses acquis.

C’est un véritable ovni pour moi. Je trouve difficilement mes mots. Il a bousculé pas mal de chose en moi et à chaque fois un peu plus quand j’y pense. Ce n’est pas un coup de coeur car il n’est pas simple à lire et c’est en le laissant décanter qu’il a pris toute sa place pour autant il est A LIRE!!!!

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

 

Pour le PLIB: #ISBN9782375680897

Avis

[Mavilyly] Pandemonium de Aurélie Mendonça #PLIB2019

Pandemonium

Résumé:

Chacun à sa manière cherche le sens de la vie. Moi, j’essaie au quotidien de donner du sens à la mort.
Je me nomme Elena Lautturi et je suis thanatopractrice. Croque-mort autrement dit. L’image ne manque pas de mordant… Des civilisations plus anciennes m’auraient désignée comme une passeuse d’âmes. Ce que je suis, au figuré comme au propre…
Une mésaventure aux enfers a fait de moi l’employée spéciale de la déesse Hela. Ma mission est simple: m’assurer que chaque âme destinée à son royaume arrive à bon port, tout cela sous couvert de mon humble entreprise de pompes funèbres, le Pandemonium.
L’enfer est un lieu complexe et je fais partie des nombreux rouages qui permettent son bon fonctionnement. Malgré mon professionnalisme, il apparaît évident qu’une entité inconnue et puissante me considère plus comme le grain de sable dans la machine.
Aujourd’hui, je suis menacée…
Moi et les destin de toutes ces âmes qui dépendent de mes soins..

 

Mon avis:

Je partais très confiante dans cette lecture qui, il faut l’avouer à une couverture sublime, le métier de thanatopractrice m’interpellait et le résumé me promettait une bonne aventure. La promesse a été tenue et cela dès les premières lignes avec la plume de l’auteur. J’ai eu un petit coup de foudre pour elle. L’auteur nous écrit son roman avec des phrases courtes qui donnent un rythme dynamique à la lecture et nous entraîne sans que l’on s’en aperçoive.

J’ai été quelque peu refroidi par l’entrée en Enfer où j’ai pas tout compris au déroulement, l’auteur a été, pour moi, trop rapidement et je me suis demandé comment on en était arrivé la. L’acceptation de Elena, qui ne croit pas aux Enfers et au Paradis de base, a été aussi peut-être un peu trop facile à mon goût.

Mais encore une fois l’auteur sait très facilement nous rattraper avec sa plume fluide, rythmée et addictive. Le fait que le livre soit découpé en plusieurs petites parties joue aussi sur l’impression de course infernal pendant la lecture.

Les événements se suivent, ne laisse pas de place à l’ennui et la tension ne fait que croître pendant toute la lecture. Ce roman est à mon sens, un vrai page-turner. Tout ça pour finir sur une apothéose de combat qui fait battre le coeur du lecteur.

Mon seul regret est que l’auteur ne développe pas assez sur les Dieux qui gouvernent les Enfers. J’aurais aimé en savoir plus sur eux. Mais elle se rattrape avec un point que j’ai fortement apprécié, la vision d’Elena sur la Mort et les morts. Elle désacralise complètement la fin de vie et bien que je n’y avais jamais réfléchi, je me suis complètement retrouvée dans cette façon de voir l’après vie.

Je n’ai pas peur de le dire, Pandemonium est un coup de coeur autant pour l’objet livre que pour le contenu du livre. Je le recommande autant pour les adeptes du genre que les novices. Tout le monde peut y aller et trouver son compte!

 

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlumecoup_de_coeur

Pour le PLIB2019: #ISBN9782375680643

Avis

[Mavilyly] Le clan des loups de Cassandra O’Donnell T1 #PLIB2019

La légende des quatre

Résumé:

Ils sont quatre
Quatre héritiers de leurs clans
Ils doivent s’unir pour survivre …
Loups, tigres, aigles et serpents
Quatre clans ennemis …
Les yokaïs , créatures tantôt humaines tantôt animales vivent dans une harmonie fragile …
Sur les terres humaines, la tension est palpable …
Maya, l’héritière du clan des loups et Bregan, des tigres sont les garants de la paix …mais pourront-ils résister à leurs instincts profonds pour sauver leurs tribus?

 

Mon avis:

Je vais commencer en remerciant StorieBooks qui m’a très gentillement envoyé ce roman après avoir vu l’auteur à la foire de Brive en novembre. Il est arrivé dédicacé en plus ^^.

J’ai envie de découvrir ce premier tome depuis sa sortie. Je ne peux pas expliquer pourquoi, mais il m’a tapé dans l’oeil. La couverture est sublime, je pense que cela a joué pour beaucoup. L’intérieur est aussi très sympa, ce sont des petites choses mais il y a une illustration à chaque début de chapitre par exemple.

Et le contenu est aussi bien voir plus que le contenant ^^. Cette lecture a effleuré le coup de coeur pour moi.

Comme souvent avec Cassandra O’Donnell, je rentre tout de suite dans ces romans et je m’attache très vite à ses personnages. Je ne saurais même pas vous dire lequel je préfère entre Maya, Bregan, Nel, Wan ou même Mika. Ils sont tous attachants et sympathiques à leur manière.

Quand à l’histoire, un peu comme avec la saga Malenfer, l’auteur y met ce qu’il faut de suspens, d’action, de sentiments pour que ça marche avec la plus grande partie des lecteurs. Bien sûr, il y a quelques facilités prises mais je ne m’y suis pas arrêtée et j’ai juste pris mon pied.

Depuis que je l’ai refermé, je n’attend qu’une chose lire la suite!!!

Ma note:

PlumePlumePlumePlumePlume

 

Pour le PLIB: #ISBN9782081394254